Actualité générale.Actualités

Christophe Cavard interroge le ministre Peillon sur la carte et les livrets scolaires

Lors de l'audition du ministre de l’éducation Vincent Peillon par le groupe de députés écologistes mardi 19 février, Christophe Cavard, député écologiste de la 6ème circonscription, a interrogé le ministre sur les rythmes scolaires, la carte scolaire et les modes d'évaluation (livrets scolaires).

Christophe Cavard interroge Vincent Peillon Photo/DR

 

Sur le premier point le ministre a rappelé qu’un long débat avait traversé l’assemblée nationale depuis plusieurs mandatures et qu’il avait lui-même lancé les travaux de concertation dès le mois de juin. "Néanmoins, il est nécessaire que l’ensemble des personnes concernées par l’éducation des enfants se mobilisent pour définir au plus près des réalités de terrains les activités extra scolaires les plus adaptées aux ressources et besoins locaux."

Il a affirmé son intérêt à travailler avec les écologistes, notamment sur des thèmes comme l’ouverture des esprits à l’art et aux cultures locales ou étrangères, aux problématiques environnementales, mais aussi à une pédagogie qui privilégie la non-compétition, l’autonomie de l’enfant et la prise en compte du milieu social et culturel.

Sur la carte scolaire et les modes d’évaluation (livrets scolaires), Christophe Cavard a posé la question des critères choisis dans la répartition des postes." Le directeur académique utilise des seuils en fonction des zones, pourrait-on permettre aux acteurs locaux d’utiliser des critères sociaux ?

Il a souligné que « le Gard est un département sous-doté en postes relativement aux nombres d’élèves et à la croissance démographique attendue, il faut une approche prospective pour aider les collectivités locales à s’organiser ».

Concernant l’évaluation et les livrets : « sur un même niveau l’évaluation peut être différente selon les classes ou les écoles, cela pose la question du sens de l’évaluation ».

Le Ministre a répondu que sur la carte scolaire, les critères n’ont jamais été strictement démographiques et tiennent compte des réalités socio-économiques, sur les 1000 postes de professeurs des écoles créés en 2012, 300 sont allés en zone rurale, mais il faut bien prioriser et voir que ce sont les territoires urbains qui souffrent le plus des problèmes sociaux.

Sur l’évaluation, « il faut reprendre le livret qui est inadapté. C’est une surcharge de travail et une approche contestable de l’enseignement. Il faut distinguer ce qui aide l’enseignant à faire cours et ce qui relève de la gouvernance. Le but c’est l’aide à la pédagogie ».

R.M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité