A la uneEcologie.EconomieEconomie.Insolite

INSOLITE Des journées nationales pour le retour de l’âne de Provence

Le retour de l'âne de Provence. Ph DR/RM
Le retour de l'âne de Provence. Ph DR/RM

Après une journée de concours samedi aux Haras Nationaux, les élevages français d'ânes de Provence passaient ce dimanche matin devant le jury avant de rencontrer le public à Uzès.

On peut dire qu'il revient de loin, le petit âne de  la crèche, celui qui porte une croix noire sur son dos ! Alors qu'à la fin du XIXe siècle la France comptait près de 13.000 ânes, en 1993 lorsque l'association "L'âne de Provence" a décidé d'agir, il ne restait plus que 330 animaux de la race. Or, depuis le XVe siècle, l'âne de Provence avait été un des acteurs essentiel de la transhumance des moutons en portant grâce à des bâts adaptés, le matériel pour les berger, le sel pour les brebis et même les agneaux nés en chemin. "Aujourd'hui cet animal présente des qualités  multiples : il est rustique, solide, calme, patient et facile à éduquer" explique Elisabeth Bignon. "Certains s'en servent pour randonner, d'autres pour débroussailler, ou encore pour travailler que ce soit au bât, à l'attelage ou en traction. Il est d'ailleurs de plus en plus utilisé en maraîchage aujourd'hui, notamment dans les départements de la Drôme et du Gard".

E. Bignon pour la défense de l'âne de Provence. Ph DR/RM
E. Bignon pour la défense de l'âne de Provence. Ph DR/RM

Aujourd'hui les éleveurs s'organisent, "L'âne de Provence" regroupe 90 adhérents en France. "Il y a quelques gros élevages mais la grande majorité des membres sont des propriétaires qui n'ont que quelques animaux. On compte environs 1000 à 1200 sujets pour l'âne de Provence qui constitue l'une des sept races d'ânes" explique Elisabeth Bignon, secrétaire de l'association L'âne de Provence que préside son mari Daniel, mais également secrétaire générale de France Animalé, vice-présidente de l'Institut National des Anes et des Mules et de la SFET (Société Française des Equidés de Travail). Hier aux Haras Nationaux, les élevages ont participé à des concours d'utilisation qui constituent des qualifications pour la finale nationale qui a lieu au salon du cheval en décembre. Ce matin les animaux sont passés devant un jury. Tobali, Anaba, et Borane, les animaux présentés par l'asinerie du Colombier que dirigent Daniel et Elisabeth ont fait bonne figure en enlevant les deux premières place et une seconde place dans leurs catégories respectives. Dimanche après-midi, les ânes avaient pris leurs quartiers dans le centre d'Uzès pour des démonstrations et un défilé.

"La rencontre avec le public est importante car il y a de nombreux à prioris sur l'âne : On dit qu'il est bête et têtu par exemple" commente Elisabeth Bignon,  "or on sait aujourd'hui que l'âne est plus intelligent que le cheval mais qu'il ne fera pas les choses s'il ne les comprends pas ou s'il a peur. L'âne est un animal extrêmement gentil et fidèle. Quand il a confiance en vous, il vous suit les yeux fermés. En revanche un âne ne tue pas au travail et jamais il ne se fatigue plus que nécessaire. Beaucoup de gens aujourd'hui lui reconnaissent déjà ses qualités d'animal de compagnie. Certains l'utilisent pour travailler avec des enfants, ou même dans un  but thérapeutique..."

Les éleveurs d'ânes de Provence se retrouvent plusieurs fois dans l'année. A St Martin de Crau en février (pour la confirmation de la race des animaux), en Drôme ou en Savoie (une année sur deux) en août, et, depuis 12 ans, aux Haras Nationaux à Uzès en septembre pour le Championnat de France avant le salon du cheval de Paris. A Uzès le public est séduit. "Posséder son âne n'est pas très compliqué", explique Elisabeth Bignon, "avec ou sans cabane, il mange du foin et de l'herbe, nécessite un vaccin, et il faut aussi lui parer les pieds deux fois par an. Le gros frein, c'est que les ânes de race sont encore trop chers, si nous les vendons moins de 600 euros à l'âge de six mois, c'est nous qui perdons de l'argent, c'est pour cela que l'âne de Provence ne se développe pas plus rapidement."

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité