Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.Personnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Société

ALÈS Le conseil municipal prend des allures de tribune libre

Tour à tour, J-M Suau, B. Mathéaud et F. Gabillon prendront la parole à plusieurs reprises pour des commentaires politiques. Ph DR/RM
Tour à tour, J-M Suau, B. Mathéaud et F. Gabillon prendront la parole à plusieurs reprises pour des commentaires politiques. Ph DR/RM

On s'était habitué à ce que l'ordre du jour du Conseil Municipal d'Alès ne soit  le prétexte à de larges digressions sur les sujets politiques et celui ci n'a pas dérogé à la tradition puisque la première délibération sur la modification du budget primitif ouvrait la porte à la quasi totalité des affaires en cours. Avec les élections municipales en ligne de mire, chacun, le maire y compris a donc ressorti ses dossiers favoris des cartons.

Effectuant une digression sur la politique nationale Le conseiller PC Jean-Michel Suau a donc ainsi commencé la séance en s'inquiétant des 2000 alésiens qui payent aujourd'hui l'impôt et ne le payait pas avant, conséquence des lois votées par la précédente majorité. Autre sujet : le recours au partenariats-public-privés (PPP) "qui entraînent les collectivités dans des dépenses excessives tout en enrichissant les secteur privé". Il cite ainsi l'exemple  de la chaufferie de l'hôpital d'Alès, dont le coût initial est de 12 M€ et dont le montage coûtera au final près de 40M€. Jean-Michel Suau reviendra d'ailleurs sur cette question de l'enrichissement du secteur privé sur le dos des collectivités et des populations à plusieurs reprises au cours du conseil. Notamment à propos de la facture de chauffage des alésiens qui augmente alors même que la passage au combustible bois et l'abaissement de la TVA entraîne une baisse de près de 20%. "C'est la nature même de la convention qui a permis à l'opérateur privé d'augmenter considérablement la partie des charges dans sa facturation que vous avez le devoir de renégocier pour la population alésienne" enjoint le conseiller du Front de Gauche. C'est encore dans cette vision qu'il apportera un commentaire sur les questions de l'aménagement du centre ville ou du parc de loisirs de Mercoirol (voir ci-dessous) en rappelant que le fait de confier systématiquement les projets à des privés ne permettait d'une part ni le contrôle sur des projets stéréotypés "sortis de boites toutes faites au niveau national et peu adaptés à la réalité de notre  pays" et dont les conséquences en cas d'échec "retombaient toujours sur les collectivités qui devaient les gérer au final. (Il cite ici  l'exemple du Pont du Gard).

Le chômage et la création d'emplois

Fabien Gabillon (PS) s'inquiète du bilan de l'emploi de cette municipalité. "Le taux de chômage était de 20% à votre arrivée et de 14% au national. Il est aujourd'hui de 17% à Alès et de 10% au national.  Où est la progression ?" demande l'élu socialiste qui conteste la présentation optimiste du récent projet de territoire et les terme de "dynamisme économique" employé par le maire. Max Roustan qui fait remarquer au passage que les chiffres du chômage ne concernent pas seulement la ville d'Alès mais englobent également les secteurs de Molières ou La Grand Combe ajoute : "Je n'ai jamais prétendu créer des emplois, les seuls emplois que je crée sont des emplois territoriaux. "Faux" dira Benjamin Mathéaud (PS) dans cette partie de ping-pong politique, "lors de votre premier projet sur le site de Mercoirol en 2008, vous aviez bien annoncé la création de 180 emplois et un financement 100% privé avant de tout remballer dans les cartons pour nous le ressortir aujourd'hui !"

La base de loisirs de Mercoirol

Cette question de la création d'un base de loisirs sur le site de Mercoirol figurait bien, elle à l'ordre du jour, sous a forme d'une délibération concernant un échange de terrains avec l'ONF.  Alès dispose en effet d'un terrain de quelques 300 hectares, dont 10% seraient constructibles sur un ancien site minier de la commune de Laval-Pradel, et comprenant une sorte de lac. Le projet initial ambitieux, réalisé avec l'appui d'un privé des villages de vacances avait du être abandonné. Le projet cette fois est beaucoup plus modeste puisqu'il revient à ouvrir le site à des partenaires privés ou des associations sportives  afin d'y organiser des activités multiples (Quad , Jetski, Vtt, Equitation...), et pourquoi pas un camping. Accusé par ses opposant de "ressortir" à des fins électorales un dossier qui fut un échec avec un projet qui est "flou, pour ne pas dire fumeux" selon les termes de B.Mathéaud, le maire a rappelé qu'il ne s'agissait à ce stade que d'un projet dans lequel le maire de Laval-Pradel, Yves Baldit, gardait la maitrise du permis de construire... "Si le projet est encore très flou à ce stade c'est parce que nous cherchons un projet qui convienne à tous"... explique-t-il "mais ce terrain situé à six kilomètre de la ville d'Alès constitue une formidable opportunité à la fois pour les touristes et pour les alésiens !"

Etiquette

1 commentaire sur “ALÈS Le conseil municipal prend des allures de tribune libre”

  1. On a l’impression que pour votre journaliste la vie de la cité ce n’est pas de la politique sauf que cela en est l’essence m^me. Après le coté politicien , on n’y échappe pas, c’est la loi du genre surtout en période électorale pour le sortant comme pour ses challengers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité