A la uneActualité générale.Actualités

RADAR MOBILE L’arme fatale arrive à la gendarmerie d’Alès !

Le véhicule à l'arrêt. En position route le radar est sous la plaque minéralogique apparente. Ph DR/RM
Le véhicule à l'arrêt. En position route le radar est sous la plaque minéralogique apparente. Ph DR/RM

Les délinquants de la route n'ont qu'a bien se tenir, l'une des vingt premières voiture radar mobile de la dernière génération en France, et la seule pour l'instant dans le département du Gard, entrera en service dès lundi sur le secteur d'Alès. C'est le sous-préfet Christophe Marx lui-même qui a présenté  à la presse ce nouvel outil de travail des gendarmes ce vendredi 19 à l'occasion des "rencontres de la sécurité". 

Cette nouvelle génération de radars embarqués au sein de voiture banalisées, (ici une Renault Mégane) permet de photographier sans flash visible et en roulant non seulement tous les véhicules qui dépassent par la gauche mais également tous ceux qui arrivent en sens inverse sur une, deux ou trois voies, à conditions toutefois qu'aucune séparation (barrières, muret...) n'existe entre les deux sens de circulation. Le dispositif fonctionne de jour comme de nuit.

Le sous préfet d'Alès, Christophe Marx, venu présenter le nouvel outil. Ph DR/RM
Le sous préfet d'Alès, Christophe Marx, venu présenter le nouvel outil à Alès. Ph DR/RM

Ces radars ont été conçus pour cibler les conducteurs responsables de grands excès de vitesse. La marge technique à donc été fixée à 10km/h pour les véhicules roulant à moins de 100km/h et de 10% pour les vitesses supérieures à 100 km/h. "Cela veut dire que l'on verbalisera à partir de 61 km/h pour une limitation à 50, à 102 km/h pour une limitation à 90 km/h et à 124 km/h pour une limitation à 110 km/h (sur la RN 106 notamment) " explique le sous-préfet qui précise :  "Notre cible se concentrera sur les  nationales et les départementales autour d'Alès qui totalisent près de 60% des accidents".

Radar, ordinateur, GPS, caméra, tout est embarqué ! Photo DR/RM
Radar, ordinateur, GPS, caméra, tout est embarqué ! Photo DR/RM

Techniquement, la voiture est équipé d'un GPS qui détermine automatiquement le lieu de l'infraction en longitude et en latitude et les encode dans le message d'infraction envoyé au centre de traitement. L'usager lui recevra sur son avis de contravention, en plus de ces coordonnées, l'heure, la commune, l'axe et le sens de la circulation du véhicule en infraction. Autres précision, tous les véhicules motorisés peuvent être flashés et une fois paramétré le radar se déclenche automatiquement à chaque infraction.

13 nouvelles Renault Méganes et 7 Peugeot 208 entrent "en service" ce lundi en France. Il est prévu d'en déployer 300 (de couleurs différentes) sur le territoire français d'ici la fin 2015. Un second véhicule est annoncé dans le Gard au peloton de Gallargues.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “RADAR MOBILE L’arme fatale arrive à la gendarmerie d’Alès !”

  1. S’agit-il de lutter contre l’insécurité routière, ce qui est louable, ou plutôt d’une volonté de récupérer du fric, ce qui l’est moins ?
    La réponse se situe probablement entre les deux.

  2. Avouez que la technologie n’est pas utilisée comme il le faudrait….Que penser de toute cette machine avec un GPS pour localiser le lieu de l’infraction?…Si le problème était vraiment la vitesse alors pourquoi l’état n’incite pas les constructeurs automobiles a développer un limiteur de vitesse associé à un GPS qui garantirait aux utilisateurs de véhicules de ne pas se faire piéger par ses engins toujours plus sophistiqués qui monopolisent nos effectifs sur les routes alors qu’ils ont fort à faire dans les communes et agglomérations pour assurer la sécurité des personnes.
    Non le vrai enjeu de la sécurité routière est l’argent et on se moque de la relation état – nation qui n’a jamais été aussi basse dans l’esprit des citoyens et surtout des automobilistes qui ont besoin de leurs permis pour aller travailler.

  3. « Les délinquants de la route n’ont qu’a bien se tenir… » : Même à Objectif Gard on cède à la tyrannie de ces associations anti tout, grassement subventionnées par nos impôts ? Vous cautionnez leurs poncifs qui font d’un usager de la route un « délinquant » dès lors qu’il dépasse involontairement de quelques kilomètres-heure la vitesse limite autorisée ? La ficelle qui voudrait nous faire croire que la vitesse excessive est la seule cause des accidents de la route est devenue insupportable, tout simplement parce que c’est la seule infraction qui est sanctionnable avec un minimum de moyens (techniques et personnels) alors que toutes les autres « infractions » génératrices d’accidents ne sont pas ou peu sanctionnées : Non respect des priorités, des feux rouges, des stop, dépassements par la droite, circulation permanente sur la voie centrale des autoroutes, non respect des distances de sécurité, non usage systématique des clignotants, usage du téléphone (et assimilés) en conduisant, oubli systématique des rétroviseurs, défaut d’éclairage ou usage inapproprié des feux de brouillard (avant et/ou arrière),etc, etc, etc ….

  4. Arrêter les chauffards? Génial, le gars qui roule a 200 km/h sur nationale se fera flasher !! Il recevra son amende 3 jours plus tard, mais bon, il aura peu être déjà causé un accident mortel entre le moment ou il c’est fait flasher et la réception de son amende. Mais bon, si il n’est plus de ce monde, ses successeurs paieront, pour aider a amortir les 70000 euros que coûte chaque nouveaux véhicule 🙂 Non sérieusement, vous y croyez encore vous?? Pour rappel, en 2012, 3645 morts sur la route (d’accord c’est trop), et 148000 décédés du cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité