A la uneActualité générale.Actualités

CHIFFRE DU JOUR 3,50€ en moyenne pour un brin de muguet

(Photo J.-M.C.)
Samantha sur le boulevard Victor Hugo. (Photo J.-M.C.)

Ce mercredi 1er mai, à l'occasion de la fête du travail,  des petits stands dédiés au muguet fleurissent sur les trottoirs du département.

Sur le boulevard Victor Hugo, devant l'un des rares commerces ouvert, Samantha est assez perplexe. Il faut dire que les ventes de muguet ne font pas recette. " J'ai 50 brins à écouler et les clients ne sont pas trop au rendez-vous. " Devant la boulangerie, le passage est pourtant assez important mais rien n'y fait. " Les gens me demandent combien cela coûte et regardent mais peu achètent. C'est la faute à la crise ". Habituée, puisqu'elle vient tous les ans, elle compte bien rester là " tant que tous ne sera pas vendu. "

(Photo J.-M.C.)
Ibrahim installé bouelvard Jean Jaurès. (Photo J.-M.C.)

Ibrahim a tenté un coup de poker. Cette année, avec sa femme et sa belle-sœur, il a investi dans le muguet pour " arrondir le mois " et se faire " une petite marge ". Installé dès l'aube à 6 heures du matin boulevard Jean-Jaurès, " pour ne pas me faire piquer la place ", il a tout prévu, table de jardin et parasol " trouvés dans le fond du garage. " Malgré cela, les recettes ne sont pas très bonnes. " Je suis loin d'avoir atteint ma recette ", lance-t-il. Mais le jeune homme préfère garder le sourire. Pour élargir son offre, il propose aussi des roses rouges, blanches ou jaunes.

Edwige et Martine pendant une vente. Photo TD
Edwige et Martine pendant une vente. Photo TD

A la sortie de la ville, sur l'avenue du Maréchal Juin, près de la route de Montpellier, Edwige et sa maman Martine affichent un large sourire. Si les concurrents du centre-ville ne font pas le chiffre escompté, la petite entreprise familiale, elle, se porte plutôt bien. "Ca fait six ans que je viens ici, explique Edwige. Et ça marche très bien. C'est pour ça que je reviens tous les ans". Sur le trottoir depuis 7h30 du matin pour avoir la meilleure place, la mère et la fille se tiennent mutuellement compagnie et se relaient pour les pauses. A 3,50€ le muguet (sans la rose) et 4€ (avec), les commerçantes d'un jour sont dans les prix pratiqués par les concurrents. Avec l'argent qu'Edwige va gagner, elle envisage "d'améliorer ses vacances avec ses deux enfants". Quant à la maman, elle n'aura le droit à rien :"Oui mais elle vient en vacances avec moi", sourit Edwige. Tout le monde s'y retrouve !

Jean-Marie Cornuaille & Tony Duret

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité