A la uneFootball

UZES-PONT-DU-GARD Des salaires impayés dus à des retards dans le versement de subventions

Seydou Koné (Nîmes Olympique) marquera le 2e but de son équipe (53e) - Photo © objectifgard.com / MA
Uzès contre Nîmes, lors d'un match amical en juillet 2012. (D.R./M.A.)

Depuis près de trois mois, les joueurs de l'Entente sportive Uzès-Pont-du-Gard doivent vivre sans percevoir leur salaire. Derniers du championnat de National, le club descendra à l'issue d'une saison aussi compliquée sur le plan sportif que sur le plan financier. Face à cette réalité, la direction du club ne se cache pas. Jean-Pierre Laurent, vice-président, assure de la bonne foi de sa structure. Les salaires impayés proviennent d'un report de subventions " que nous trainons comme un boulet depuis le début de saison ". En cause, 50 000€ promis par la communauté de commune de Remoulins qui n'ont pas été versés en août dernier. " L'ancienne équipe voulait attendre les élections. Nous devons rencontrer les nouveaux élus prochainement pour savoir s'ils nous donnent ce qui a été promis. " En début de saison, le club avait accepté de repartir en National si les collectivités lui donnait un coup de main. Ces dernières " région, ville, communauté de communes et conseil général ", avaient alors décidé de s'engager. Face à ce non versement de la communauté de communes de Remoulins, le club, déjà relégué en National l'an prochain, risque même de " repartir en CFA2 ", malgré un exercice 2013-2014 " à l'équilibre ". Un premier mois de salaire en retard devrait être payé " d'ici la fin de la semaine. " Quant au reste des impayés, le club espère régler tous les problèmes " courant mai ".

" Nous ne sommes pas à notre place "

Ces difficultés soulèvent un autre problème. En National depuis deux ans, l'Entente sportive Uzès-Pont-du-Gard n'a pas réussi à se maintenir. " Nous sommes le petit poucet. La première année, en 2012-2013, nous avons été repêchés mais nous ne sommes pas à notre place " reconnaît Jean-Pierre Laurent. Les limites financières qu'exigent la troisième division du football auront eu raison du plus petit budget du championnat, estimé à 1,460 million d'euros. " C'est une expérience usante. Nous ne sommes que des bénévoles mais on ne parle que du financier et presque plus de sportif. On n'a pas de structures, de commerciaux ni de directeurs administratifs. " D'ailleurs, le club est resté une association loi 1901, ce qui ne lui permet " aucun découvert ", et réduit considérablement sa marge de manœuvre. Face aux soucis actuels, " le président a investi de sa poche ", lance Jean-Pierre Vincent. Il faut dire que les ressources sont difficiles à trouver dans une ville de 8 000 habitants ne disposant pas d'un bassin économique d'importance comme à Nîmes ou Avignon. Pourtant, on ne veut jeter la pierre sur personne. " Il est normal que certaines entreprises, pour qui c'est difficile avec la conjoncture, préfèrent boucler leur budget que de financer un club sportif. " Jean-Pierre Laurent ne veut pas jeter l'éponge pour autant. Dès la saison prochaine, il espère repartir en CFA avec une équipe composée " de nos jeunes U19 qui réalisent une très belle saison. "

Jean-Marie Cornuaille

jeanmarie.cornuaille@objectifgard.com

 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité