A la une
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 02.10.2016 - thierry-allard - 2 min  - vu 426 fois

FAIT DU JOUR À Uzès, la boxe, c’est du lourd !

Alban Galonnier (en bleu) et Johann Duhaupas sous les yeux de l'entraîneur Salem Maharzi, lors de leur dernière mise de gants, vendredi soir au Boxing Club d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Il fallait les voir, encore vendredi soir, sur l’un des rings du Boxing Club d’Uzès.

Même si ce n’était qu’un match d’entraînement, les deux boxeurs Alban Galonnier et Johann Duhaupas n’ont pas retenu leurs coups, ni compté leurs efforts.

Le titre européen en ligne de mire

Il faut dire que le local de l’étape Alban Galonnier, 35 ans, vise rien de moins que le titre européen de l’organisation internationale de boxe anglaise, l’UBO, dans la catégorie poids-lourd. Le combat, qui se tiendra en novembre à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, l’opposera au champion d’Angleterre Asher Derbyshire.

Un combat que le boxeur et son entraîneur Salem Maharzi préparent intensivement. « Je m’entraîne vraiment tous les jours », explique le boxeur professionnel, qui est également maçon : « je m’arrête à chaque fois trois semaines pour m’entraîner. » « Il fait beaucoup d’entraînements spécifiques, note Salem Maharzi, qui s’occupe avec ses adjoints Pascal Mora et Haricane du poids-lourd local. On fait un travail de vidéo en amont, puis sur les spécificités nécessaires pour contrer l’adversaire, la vitesse, la technique, avec pas mal de mises de gants. »

Par mise de gant, comprendre un match d’entraînement face à une réelle opposition, un « sparring partner ». Et question « sparring partner », Alban Galonnier a pu bénéficier pendant ces quinze derniers jours de ce qui se fait de mieux, à savoir le champion du monde WBC silver Johann Duhaupas.

Un champion du monde comme sparring partner

Originaire d’Abbeville, Johann Duhaupas est venu en mars s’entraîner pour aller décrocher son titre, avec le succès que l’on sait. « Ça a été un réel plaisir de venir ici, on s’y sent vraiment accueilli, et j’adore la ville et le club », expliquera-t-il au moment de recevoir une médaille honorifique des mains du maire Jean-Luc Chapon. « Il m’a beaucoup aidé », note Alban Galonnier, quand son entraîneur estime que « c’est une chance extraordinaire, c’est énorme de l’avoir comme sparring partner chez nous. »

Le maire d'Uzès Jean-Luc Chapon a remis une médaille honorifique à Johann Duhaupas (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

De quoi mettre Alban Galonnier dans les meilleurs conditions pour aller chercher un titre qu’il a raté de peu en 2015 lors d’un combat à Tahiti face au Polynésien Temoo Tamaititato : « il y a eu une erreur d’arbitrage, je me suis fait voler royalement », lance le boxeur, qui n’a pas vraiment digéré cet épisode.

Rendez-vous le mois prochain donc, pour savoir si Alban Galonnier parviendra à décrocher son premier titre majeur en boxe anglaise, lui qui comptait déjà deux titres de champion du monde de kick-boxing avant de se mettre à la boxe à la trentaine, et de devenir un exemple pour les jeunes licenciés du Boxing Club d’Uzès.

Et aussi :

Le Boxing Club d’Uzès compte près de 200 licenciés, ce qui en fait « un des plus gros clubs du Languedoc-Roussillon », dixit Salem Maharzi, qui affirme devoir « refuser du monde ». Il faut dire que le club bénéficie « d’installations de top niveau », estime l’entraîneur. Un investissement de la ville justifié par « le travail extraordinaire mené par une équipe dynamique », se félicite le maire Jean-Luc Chapon.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais