Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 11.05.2022 - corentin-corger - 3 min  - vu 973 fois

LÉGISLATIVES Yoann Gillet (RN) repart sur la 1ère circonscription, Julien Sanchez suppléant

Yoann Gillet et Julien Sanchez espèrent enfin battre Françoise Dumas (Photo Corentin Corger)

Yoann Gillet et Julien Sanchez partent avec le slogan : "La seule opposition à Macron" (Photo Corentin Corger)

Battu de 3 000 voix par Françoise Dumas en 2017, Yoann Gillet, conseiller municipal à Nîmes et communautaire (Nîmes métropole) d’opposition Rassemblement national, a décidé de retenter sa chance en se présentant sur la première circonscription du Gard lors des élections législatives des 12 et 19 juin. Le maire de Beaucaire, Julien Sanchez, qui s’était présenté en 2012, sera son suppléant.

Après deux mandats d’Yvan Lachaud, c’est Françoise Dumas qui est députée depuis dix ans sur la première circonscription du Gard. Après un premier mandat sous l’étiquette du Parti socialiste, elle a basculé avec En Marche et est désormais candidate à sa propre succession. Un territoire qui comprend Beaucaire et les communes de Terre d’Argence (Jonquières, Bellegarde, Vallabrègues, Fourques), de la Vistrenque (Garons, Bouillargues, Caissargues, Rodilhan), Milhaud ainsi qu’une partie de Nîmes.

Lors des deux précédentes élections, le Rassemblement national s'est hissé à chaque fois au second tour. Julien Sanchez termine troisième en 2012. Cinq ans plus tard, Yoann Gillet arrive derrière Françoise Dumas avec 126 voix de retard au soir du premier tour. Le dimanche suivant, il perd de 3 000 voix (54,5 % contre 45,5 %). Le directeur de cabinet du maire de Beaucaire depuis huit ans, conseiller municipal d’opposition à la ville de Nîmes et à Nîmes métropole a décidé de retenter sa chance sous l’étiquette du Rassemblement national. "On a assisté à une reconduction sans enthousiasme d’un président impopulaire, surtout dans le Gard. Les Français veulent-ils donner les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron ? Non !", lance le candidat qui espère que cette fois est la bonne.

Le Rassemblement national veut surfer sur les résultats de la Présidentielle puisque sur cette première circonscription, Marine Le Pen est arrivée première au second tour sur dix des onze communes qui la compose avec des scores autour de 60 % sur la Terre d’Argence. Un territoire devenu un bastion du Rassemblement national où Julien Sanchez est maire de Beaucaire depuis 2014. Mais à Nîmes, le bât blesse car Marine Le Pen a fini troisième au premier tour et Emmanuel Macron s’est adjugé 60 % des suffrages au second tour. Si la candidate RN l’a emporté dans le Gard et sur quatre circonscriptions, le président réélu s’est imposé sur la sixième et la première avec 51,7 % des voix, qui concernent toutes les deux la capitale gardoise.

"Françoise Dumas ne sera pas au second tour"

"Ça ne m’inquiète pas. Ce n’était pas un vote d’adhésion, la seule opposition crédible c’est le RN. Françoise Dumas ne sera pas au second tour. Les gardois ne veulent pas de la Macronie", réagit Yohan Gillet qui une fois élu souhaite voter une loi sur la baisse de la TVA sur les énergies, augmenter les effectifs de police et relancer l’activité économique. Pour gagner, ce dernier a choisi Julien Sanchez, comme suppléant. Ce dernier commente : "Je le connais bien. En tant que directeur de cabinet, j’ai pu mesurer ses capacités de travail. Il sera un bon député ! Il est jeune, dynamique, c’est quelqu’un qui a envie de faire et qui ne compte pas ses heures. Il a les qualités personnelles et professionnelles adaptées face à la nullité de ses adversaires."

Charles Ménard pour l’Union populaire de gauche, Érick Cavaglia pour Reconquête, Véronique Gardeur-Bancel pour Les Républicains et Françoise Dumas apprécieront. "C’est une députée fantôme. En dix ans, j’ai dû la voir deux fois. C’est quelqu’un d’extrêmement sectaire", tacle le premier édile beaucairois qui ne souhaite pas encore lâcher la municipalité. "Je suis encore jeune (rires) ! Outre la loi sur le cumul des mandats, il y a encore des projets en cours. Beaucoup de choses ont été enclenchées et ont besoin d’être suivies. S’il n’y avait pas eu de candidat pourquoi pas, mais là on en a un bon, je ne suis pas inquiet."

Le RN espère mobiliser ses électeurs. Pour y parvenir, la campagne devrait battre son plein durant un mois. Il n’est pas exclu que Marine Le Pen vienne rendre visite aux candidats gardois. Pour le moment, le parti d’extrême-Droite a investi Nicolas Meizonnet, député sortant, sur la deuxième, Pascal Bordes, sur la troisième et Pierre Meurin, sur la quatrième. Les candidats de la cinquième et sixième seront révélés en fin de semaine. Ils seront tous présents lundi matin dès 9h30 à la préfecture pour déposer ensemble leur candidature.

Corentin Corger

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio