A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 16.01.2018 - veronique-palomar - 1 min  - vu 387 fois

NÎMES Prison : blocage et revendications

Ce matin, les syndicats pénitentiaires bloquaient à nouveau la Maison d'Arrêt de Nîmes. Une liste de revendications est remise à la ministre qui reçoit une délégation en fin d'après-midi.
Ce matin devant la prison le blocage était plus dur qu'hier

Ce matin les syndicats ont bloqué tout le système judiciaire, permettant juste la relève des personnels et la sortie du service de nuit et en laissant rentrer le service de jour au compte goutte. Seul les personnes en comparution immédiate ont pu sortir pour éviter que l'application stricte de la loi n'oblige à une libération. 

Cet après-midi, les parloirs sont autorisés. C'est aussi en fin d'après-midi qu'une délégation nationale sera reçue par la ministre de la justice, Nicole Belloubet. Au programme des négociations, la liste des revendications précises est longue. Elle place au centre des préoccupations des syndicats la sécurité des personnels.

Des revendications centrées sur la sécurité des personnels

C'est ainsi qu'est demandé : un recrutement de personnel, hors corps et grades confondus pour palier au emplois vacants qui obligent à découvrir des postes. C'est à dire par exemple, à mettre une personne à un poste où il en faudrait deux. Le recrutement étant un problème délicat, selon les syndicats, puisque la reconnaissance des métiers pénitentiaires est entachée par les mauvaises conditions de travail et qu'un important pourcentage des recrutés démissionnent assez rapidement … À Nîmes, il faudrait recruter 20 personnes de plus dont 2 premiers surveillants et un chef, selon Émile Ruiz, représentant UFAP (syndicat de justice). Au nombre des revendications figurent une gestion spécifique des détenus radicalisés garantie par des structures étanches ainsi qu'une reconnaissance de l'autorité des personnels accompagnée des moyens nécessaires.

Blocage suspendu mais …

Dans l'attente du résultat de l'audience à la Chancellerie, les syndicats ne bloqueront pas la prison demain. Mais sans propositions concrètes, le mouvement pourrait reprendre dès jeudi. À suivre donc…

Véronique Palomar

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais