Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 06.02.2020 - philippe-gavillet-de-peney - 2 min  - vu 512 fois

USAM La Green team met une bonne raclette à Chambéry !

En s'imposant largement ((38-31)) face à des Chambériens qui n'ont fait illusion que durant le premier quart d'heure, les Nîmois ont rassuré et remis les choses au(x) point(s). De bon augure pour la Coupe d'Europe...

Après une défaite et une élimination aux jets de 7 mètres aussi surprenante que peu glorieuse en Coupe de France face à Aix-en-Provence, pour son retour dans son antre du Parnasse, la Green team de Franck Maurice devait une revanche à ses supporters.

Après un premier quart d'heure équilibré au plan comptable mais à l'avantage de Chambéry au plan du jeu, tout était à faire de part et d'autre et l'artilleur Guigou égalisait à 7 mètres pour une Usam à la poursuite (9-9, 18e).

Dans les cages savoyardes, Meyer faisait le show avec sang-froid et soufflait le froid face à Guigou (20e). Orphelins de Prandi pour 2 minutes, les Nîmois, en infériorité numérique, laissaient à nouveau provisoirement le leadership aux visiteurs (10-11, 22e).

Il fallait attendre une transmission éclair "box to box" Desbonnet-Guigou pour donner le premier avantage aux locaux (12-11, 23e). Chambéry accusait le coup sur un bis repetita d'un scénario jumeau et l'Usam prenait trois buts d'avance dans la foulée (14-11, 24e)...

Après un temps-mort réclamé par Franck Maurice, les Nîmois, très solides en défense et fulgurants en attaque, laissaient la fièvre redescendre et rentraient aux vestiaires avec un solide vade-mecum positif (18-14, 30e) après que Meyer, depuis sa cage, a loupé le portique déserté par le gardien local (28e).

Un Nîmes de haut niveau

Le retour sur le parquet débutait en fanfare pour les locaux avec un missile air-air du "Massif central" Salou qui trouvait la cible (19-15, 31e). Affichant une maîtrise de vieux briscards de bon aloi, les Gardois alternaient jeu rapide et attaques placées et confortaient leur emprise au tableau d'affichage (22-17, 36e). Incapable de trouver la solution face à la mobilité et à la précision chirurgicale des Verts, Chambéry, liquéfié comme du fromage à raclette, accusait le coup et un sérieux débours qui allait grandissant (24-19, 41e ; 27-21, 45e).

Le nouveau gardien slovaque des Gardois, Baznik, s'invitait au festin en arrêtant un penalty (47e) avant que son collègue de portique Desbonnet ne profite d'un mauvais replacement pour inscrire son petit but depuis sa cage (30-22, 49e). En face, Costoya, meilleur joueur visiteur, faisait ce qu'il pouvait pour endiguer l'hémorragie. Sans effet !

Franck Maurice pouvait même se permettre le luxe de laisser le champion d'Afrique Sanad et Cap'tain Rebichon attraper des escarres sur le banc... Nîmes était beaucoup trop fort pour son adversaire du jour. Et très fort, tout simplement...

Stabilisé à +7, l'écart jouait au yoyo mais sans incidence sur le résultat final (38-31). Cravate verte et poing levé, le président David Tebib pouvait savourer : ses protégés avaient largement fait le job alors que dans le même temps le rival Montpelliérain s’inclinait à Ivry. Ce soir Nîmes est toujours et plus que jamais 3e mais avec 2 points d'avance sur les Héraultais. Y'a des jours comme ça où ça rigole... .

Philippe GAVILLET de PENEY

Philippe Gavillet de Peney

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio