Publié il y a 13 jours - Mise à jour le 13.05.2024 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 5366 fois

ALÈS Un étudiant du lycée Jean Baptiste Dumas arrêté pour apologie du terrorisme

Ce jeune de 19 ans, avait créé un compte sur les réseaux sociaux en référence à un tueur des attentats de Paris. Il promettait un nouveau 13 novembre !

Il place sa dérive écrite sur le compte de la " bêtise " et de la " blague potache ". Pourtant sa blague qui a été constatée sur la plateforme nationale spécialisée PHAROS qui veille au contenu illicite en ligne, a mis les services de sécurité en émoi. Des messages qui évoquaient notamment les 2 et 3 mai dernier : " Les gens, je suis un terro. Je recherche un fusil d'assaut AK-47 et des grenades sur Paris". "Il y a eu le 13 novembre 2013, attention au 13 mai 2024". Des messages suffisament inquiétants pour qu'un office central parisien se mettent dans la boucle avec des services de l'anti-terrorisme parisiens. Mais rapidement un profil plus nuancé va apparaître en la personne d'un jeune de 19 ans... Un habitant d'Alès, sans aucune histoire judiciaire ou de radicalisation dans son passé. 

Une fois identifié, le vendredi 10 mai à 17h, la parquet d'Alès était saisie pour la suite des opérations. L'ancienne antenne de la Police judiciaire de Nîmes a effectué les investigations sur réquisition du parquet d'Alès et avec l'aval du juge des libertés et de la détention de ce tribunal. Les policiers gardois partaient à la recherche de cet "individu". Arrêté vendredi à 20h, cet étudiant en BTS au lycée Jean baptiste Dumas a avoué  sa "bêtise", selon le procureur Abdelkrim Grini qui affirme que ce jeune a été placé en détention provisoire dimanche soir, en attendant sa comparution immédiate de ce lundi après-midi au tribunal d'Alès. Il comparaîtra pour " apologie publique d'un acte de terrorisme au moyen d'un service de communication au public en ligne", selon le procureur Grini. Le magistrat affirme : " il n'y a aucun lien avec une organisation terroriste".  "Il n'est pas connu de la Justice et il n'y a aucun signe de radicalisation pour lui ou sa famille", précise le procureur Grini. 

Un jeune qui aurait utilisé frauduleusement les ordinateurs du lycée public alésien pour diffuser les messages. Un autre jeune du même âge a été arrêté durant le week-end mais rapidement relâché et sans aucune poursuite à son égard.

C'est pas le biais des ordinateurs de l'établissement scolaire que l'étudiant incriminé a été retrouvé par les services spécialisés. Il attend son jugement cet après-midi.... 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio