A la unePolitique

FAIT DU JOUR Jean-Paul Fournier : « Je serai peut-être candidat en 2020 ! »

Le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier et son premier adjoint qui avait assuré lintérim durant sa période de convalescence. (Photo CM).
Le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier et son premier adjoint qui avait assuré l'intérim durant sa période de convalescence. (Photo CM).

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a reçu cette semaine la rédaction d'Objectifgard. Malgré ses ennuis de santé et surtout, sa promesse de ne faire que trois mandats, l’homme fort de la droite locale laisse planer le doute sur une éventuelle candidature aux prochaines Municipales. 

Ce samedi, Jean-Paul Fournier ouvre son conseil municipal. Un rituel dont il ne se lasse pas depuis 16 ans. Ici, l’ancien peintre en lettres a dessiné ses victoires et gribouillé ses défaites. Dans la salle du conseil, sa place a été durement acquise. Il n’est pas prêt à la lâcher. Pas aussi facilement. En 1995, au lendemain de la défaite de la droite, l’ancien adjoint de Bousquet annonce sa candidature pour 2001. À l’époque personne n’y croît. Fournier à Nîmes ? « L'odyssée de l'espace », titrait Midi Libre ! L’ambitieux mettait déjà tout en oeuvre pour parvenir à ses fins. Sa conquête du parti - le RPR, en 1992 - lui a servi de marchepied pour atteindre son Graal, neuf ans plus tard. Un travail de longue haleine. Nîmes, il la vit, la ressent, la respire. Il en a une idée certaine qu'il divulgue dans ses « Confidences au cœur de Nîmes », brindis à la cité antique. Seulement les années passent. Son opération, cet été, suivie de six mois de convalescence, a précipité la question de sa succession. Est-il vraiment prêt ? Qui peut lui succéder ? Son premier adjoint, Franck Proust lorgne sur le parti. Il semble s’inscrire dans les pas de son pair. Dauphin tout désigné, l’euro-député semblerait toutefois moins épris de la cité nîmoise que du parlement européen, où il siège depuis 2011. La faute à qui ? À la législation qui a affaibli le pouvoir du maire ? À l'édile qui n'a, en fin de compte, jamais vraiment prévu la relève, de peur d'admettre la fin de son règne ? Et si l'ambiguïté, l'incertitude, des intentions du premier adjoint n'étaient qu'une stratégie ? Un plan fomenté en toute complicité pour calmer les éventuelles échappées de l’éternel rival UDI, Yvan Lachaud ? Si la bataille semble lointaine pour les électeurs, dans les rangs de la droite et du centre, elle est déjà belle et bien engagée. 

Objectifgard : Comment vous sentez-vous ?

Jean-Paul Fournier : Ma santé va bien. Mon cardiologue, que j'ai vu la semaine dernière, m'a dit que ça allait. Depuis trois mois, j'ai repris mes activités municipales. Je fais six à sept heures de travail en mairie, contre une dizaine avant l'opération. Pendant mes six mois de convalescence, la mairie m'a manqué. Vous savez, c'est un peu mon adrénaline…

On a remarqué qu'à certains moments vous êtes fatigué… Allez-vous pouvoir terminer votre mandat de la même façon que vous l'avez commencé ?

C'est vrai qu'il y a une fatigue. Une opération comme ça vous marque. Il y a des moments plus faciles que d'autres… En fin de journée, je suis plus fatigué. Mais je vais être libéré du Sénat au mois d'août. Ça va me dégager du temps. Du temps que je consacrerai à ma ville.

Un autre mandat que vous lâcherez après les élections, le secrétariat départemental Les Républicains. Quel candidat proposerez-vous, à votre parti, pour vous succéder ?

Je vais proposer Franck Proust, ça a l'air de l'intéresser. Il a les capacités pour être le chef du parti, il sait manager des équipes. Alors oui, être député européen l'amène à être absent du Gard assez souvent. Mais je pense qu'il a une puissance de travail qui lui permettra de s'occuper des deux.

Franck Proust, c'est aussi votre successeur à la mairie de Nîmes... 

(Il nous coupe) Attendez, je serai peut-être candidat aux prochaines Municipales…

Ah bon ? En 2014, vous aviez dit que ce mandat était votre dernier !

Oui, mais dans la vie, on peut changer d'avis.

Mais qu'en est-il de la valeur de la parole politique ?

On peut avoir des envies de temps en temps, non ? Je ne dis pas que je le ferai, mais pour l'instant, je n'ai pas pris ma décision.

Pour résumer, si personne n'émerge d'ici 2020, si Franck Proust continue à l'Europe, si Julien Plantier est élu à l'Assemblée nationale, vous vous représentez ?

Oui, bien sûr.

Êtes-vous bien sûr, en revanche, que votre état de santé le permette ? Refaire une campagne comme en 2014, avec plusieurs réunions d'appartements, des rencontres publiques…

Pourquoi pas ?

Revenons à Franck Proust. En 2019, il sera soumis à la loi sur le non-cumul des mandats. Dans une interview qu'il nous a accordée mercredi, il annonce qu'il choisira l'Europe et abandonnera son mandat de premier adjoint. Qu'en pensez-vous ?

Tant qu'il n'a pas l'assurance d'avoir Nîmes, il a raison. Il se préserve. S'il veut être candidat à Nîmes, il pourra toujours démissionner de l'Europe.

L'assurance ? Vous dites ça parce qu'il est assureur de profession... 

(Il sourit) L'assurance que je ne sois pas candidat ! C'est une possibilité, je viens de vous le dire.

Franck Proust laisse entendre qu'au vu des transferts de compétences à l'Agglo de Nîmes Métropole, la mairie n'est plus un vrai centre de décisions.

C'est vrai que la ville a perdu des compétences, au profit de Nîmes Métropole, je suis bien placé pour le savoir : j'ai été président de cette agglomération pendant 12 ans ! Mais la mairie a toujours du pouvoir dans la prise des compétences (la ville centre a une capacité de blocage pour prendre des compétences ou passer en Communauté urbaine, NDLR). Récemment, on s'est débrouillé pour que l'urbanisme reste dans le giron des mairies. Nous avons conservé la compétence tourisme, la voirie, l'éclairage public…

Nîmes Métropole a quand même un certain pouvoir… 

Le transport et le développement économique. Et après ? Qu'en fait le président actuel (Yvan Lachaud, UDI, NDLR) ? L'arrivée de l'entreprise Orchestra à Nîmes, c'est moi qui avais commencé à travailler ses dirigeants quand j'étais président. Franchement, c'est pas la panacée. Moi, j'ai quand même créé 15 000 emplois en douze ans !

*La suite de l'interview de Jean-Paul Fournier (Législatives, Unesco, Romanité...) est à retrouver lundi sur Objectifgard. Restez connectés !

Propos recueillis par Abdel Samari, Anthony Maurin, Coralie Mollaret.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “FAIT DU JOUR Jean-Paul Fournier : « Je serai peut-être candidat en 2020 ! »”

  1. Pourvu que la fatigue ne nous prive pas de Monsieur Fournier, le diamant noir de Nîmes ! Croisons les doigts !
    Cela étant, avec Monsieur Plantier la relève est assurée.

  2. Fournier soutient Fillon !!! Pas de honte…
    Et Maruine Le Pen tape sur Macron, comme Fillon. Bizarre.
    Il faut dire à Fillon de concentrer les tirs sur la candidate de l’extrême droite, mais peut-il le comprendre ? Il sombre avec son Barroin et son Ciotti.
    Pauvre France !

  3. Mdr. Pour un 1er avril deux blagues d’un coup.
    Fournier candidat en 2020 alors qu’il n’est même pas capable de diriger aujourd’hui.
    Plantier élu député, il va faire entre 2.5 et 4% comme Bourbousson et Casas.
    2 blagues dans le même article c’est fabuleux.

  4. Monsieur Fournier vous devriez faire du théâtre!!! Mais plus de politique….

    Après avoir été condamné pour le diamant noir, sauvé de justesse de inéligibilité par une loi sortie du chapeau 15 jours avant, la légion d’honneur suspendue pendant 1 an, vous osez aussi encore revendiquer 15000 emplois c’est honteux, la ville de Nîmes meurt.

    Vous allez faire perdre la droite aux législative a moins que vous ne réserviez pour ce pauvre Plantier le même sort qu’à Proust lors des dernières législatives que vous avez enlevé au dernier moment pour mettre Casas qui avait déjà ses affiches prêtes en 2 jours, ce pauvre Plantier va avaler des couleuvres comme Proust et bien d’autres de vos élus, soyez sérieux Monsieur Fournier votre temps est passé soignez vous et profitez encore du temps qu’il vous reste en toute sérénité, occupez vous de votre épouse, enfants et petits enfants.

    Prenez votre retraite, ne présumez pas de vos forces et ne faites pas perdre la droite par vanité !!!

    Ne partez pas sur une défaite, il y a une citation qui dit :-

    Qui cherche à trop vouloir, finit au placard !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité