A la uneActualités

LÉGISLATIVES Françoise Dumas : « Je me suis battue comme une diablesse »

Photo : droits réservés.
La députée-candidate Françoise Dumas et son équipe, dans son local de campagne, avenue Jean Jaurès. (Photo : droits réservés).

Cette semaine, Objectif Gard interroge les députés qui briguent un nouveau mandat. Ils sont quatre dans le Gard : Françoise Dumas (ex-PS), Gilbert Collard (proche du FN), Fabrice Verdier (PS) et Christophe Cavard (ex-EELV). Place aujourd’hui à la députée sortante de la 1e circonscription, Françoise Dumas. La Nîmoise s'inscrit dans la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron.

Objectifgard : Pourquoi souhaitez-vous vous représenter ?

Françoise Dumas : Quand on est élu député, il faut un certain temps pour comprendre les règles du jeu. Au cours de mon mandat, j’ai été passionnée par le contrôle de l’action du gouvernement. Je me suis penchée sur les difficultés que pouvait connaître le monde associatif et celui de la lutte contre le terrorisme, après l’attentat du Bataclan. Cela a abouti à la rédaction de deux rapports parlementaires. Ce sont des centaines d’auditions, de personnes rencontrées… Le travail d’un député ne se résume pas à sa présence dans l’hémicycle ou au nombre d’amendements déposés ! Concernant le monde associatif, nous avons dressé une liste de dysfonctionnements, avant de proposer des solutions. Ce rapport a servi de référence pour l’élaboration de plusieurs lois. Dans le cadre d'une loi de finance, nous avons autorisé les opérateurs téléphoniques à permettre le don par SMS. Tout ce travail m’a passionné… Je me suis sentie utile ! Je veux faire la même chose au côté d'Emmanuel Macron. 

Citez l’une des principales difficultés des habitants de la 1e circonscription et la réponse que vous avez apportée ?

L’accès au logement ! C’est une demande récurrente des gens... Je me suis battue comme une diablesse, avec le ministre délégué à la Ville, François Lamy, pour que les quartiers nîmois (Pissevin, Valdegour, Chemin-Bas et Mas de Mingue) soient retenus dans le deuxième programme de rénovation urbaine. Dès 2012, il m’a proposé de travailler avec lui sur l’ANRU 2 (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). J’ai été assistante sociale, je me suis occupée de la gestion locative d’un bailleur social et j’ai été conseillère auprès de Damien Alary (ex-président du Département). Voilà comment je me suis faite repérer... J’ai participé à une dizaine de réunions au ministère. Si je n’avais pas travaillé avec M.Lamy, je n’aurai pas eu tout ce que j’ai obtenu. L’ANRU permettra une répartition plus humaine des logements en favorisant la mixité. C'est un souffle d'espoir pour les gens. 

De quoi êtes-vous le plus fière ?

Sur le mandat, le texte le plus symbolique est celui du Mariage Pour Tous. Ce fut le moment le plus beau, le plus exaltant… J’ai eu Robert Badinter comme professeur. En 1981, la peine de mort a été une vraie avancée humaine. Là, c’est la même chose. Je suis fière d’avoir voté ce texte. 

A contrario, quelle est votre déception ?

Peut-être la manière dont la déchéance de nationalité a été lancée par le président de la République. Ce n’était pas nécessaire… Ça a participé à cliver la société, à un moment où les Français devaient être rassemblés. Je suis aussi sévère sur les inégalités sociales entre les élèves qui n'ont pas été réduites. Malgré toutes les créations de postes, nous n'avons rien changé !

Enfin, vous avez une carte blanche : l’opportunité de parler d’un sujet qui vous tient à coeur. 

La volonté d'Emmanuel Macron d'intégrer la société civile dans la vie politique française. Aux Municipales de 2014, j’ai imposé 25% de société civile sur ma liste. Mon parti et mes partenaires m’en ont voulu. Avec Emmanuel Macron, je vais pouvoir vivre et expérimenter ce que j’ai souhaité. Les clivages sont trop douloureux et les partis trop contraignants, sclérosants. Emmanuel Macron ouvre des espaces politiques nouveaux, basés sur la recherche de l’intérêt général. J'ai très envie de participer à cette aventure. Une aventure dans laquelle nous sommes condamnés à réussir...

Propos recueillis par Coralie Mollaret

Lire aussi : LÉGISLATIVES Le PS modifie ses investitures…

LÉGISLATIVES Qui sont les candidats du Parti Socialiste ?

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

14 réactions sur “LÉGISLATIVES Françoise Dumas : « Je me suis battue comme une diablesse »”

  1. « Je me suis battue comme une diablesse, avec le ministre délégué à la Ville, François Lamy »
    Ah oui !! Et qui a eu le dessus ?? En tout cas, au niveau de Nîmes ça ne s’est pas vu.
    « comment je me suis faite repérer »
    Ah bon,, c’est grâce à Damien Alary. Je croyais naïvement que vous y étiez arrivée toute seule comme une grande. Quelle déception !!
    « En 1981, la peine de mort a été une vraie avancée humaine. »
    L’avancée humaine, c’est la peine de mort ou son abolition ??
    « je vais pouvoir vivre et expérimenter ce que j’ai souhaité »
    Je vais surtout pouvoir continuer à aller à la soupe, mais à une autre cantine.
    Bonne chance Madame Dumas !!

  2. « Je me suis battue comme une diablesse » elle se fout de la gueule du monde! Vous changez d’avis comme de partis Madame Dumas. Vous n’avez aucune parole, pourtant éducatrice de formation vous êtes devenus une politique d’accaparation!
    Vous n’êtes plus légitime pour ce mandat!

  3. Cette femme est un boulet pour Emmanuel Macron. Autant, certains de ces ministres ont du bon sens, mais Madame Dumas c’est la gauchiste par excellence.
    Toujours en train de parler des quartiers ou des sujets sociétaux, mais les chefs d’entreprises ou les citoyens (trop) français qui lui envoyaient des lettres n’ont jamais vu la couleur de sa réponse.
    J’aurais pu, s’il y avait eu un candidat En Marche non bien-pensant voter pour lui, mais n’étant pas le cas, j’irai donc voter sans aucune hésitation pour le candidat LR-UDI.

  4. Je regarderai bien avant de voter, je l’ai quand même mal avalé la nomination de Mr Hulot, j’ai pas voté Macron par deux fois et par convictions pour ce genre de nomination…
    Mme Dumas je ne pense que ce soit un boulet pour E Macron, c’est une femme de convictions et ses combats sont à l’image des convictions qu’elles portent et les quartiers et sujets sociétaux sont une réalité quotidienne avec des problématiques gravissime…Si il y a un boulet pour E Macron c’est bien le cas Nicolas Hulot qui ne regarde et écoute que dans un sens et prend ses sources que dans un camp ceux qui tous les ans cherchent des budgets pour leurs recherches et de leurs lobbyistes aussi sur les problématique climatiques (nombreux)et donc pas de ce qui s’arrange par la nature elle même ou par l’homme ils n’ont aucun intérêt à en parler des avancés et des résolutions en cours non lui agite le chiffon du catastrophisme et de la culpabilité dans un sens uniquement dans un sens bref un spécialiste parmi d’autre de l’enfumage massive pour reprendre un adjectif fort utilisé lors de la campagne Présidentielle par des agitateurs eux de la peur de l’autre et de la perte d’identité…

    1. « lobbyistes aussi sur les problématique climatiques (nombreux)et donc pas de ce qui s’arrange par la nature elle même ou par l’homme ils n’ont aucun intérêt à en parler des avancés et des résolutions en cours  »
      D’abord c’est incompréhensible et à peine du Français.
      Ensuite êtes vous un scientifique spécialisé dans les domaines des sciences e la terre, sciences du climat,…? Si ce n’est pas le cas, ne parlez pas de choses que vous ne connaissez pas, s’il vous plaît. Merci !
      L’enfumage, c’est vous !!

  5. Drôle de voir à quel point les commentaires sous pseudonymes affluent en période électorale, surtout quand leurs auteurs n’ont aucun argument. Les faits et le bilan parlent d’eux-mêmes et Emmanuel Macron sait parfaitement à qui il a donné sa confiance pour porter son programme : des nouveaux visages et des femmes et hommes d’expérience.

  6. Elle a au moins le mérite d’avoir soutenu le président lors de son mandat alors que les auto-proclamés frondeurs n’ont aboutis qu’à 6% et à un duel fn macron.

  7.  » Macron  » et  » intérêt général  » dans la même phrase, j’ai failli m’étouffer !

    Donnez lui une majorité parlementaire et le néo-monarque va finir de dépecer le pays pour quelques intérêts privés très bien représentés dans ce gouvernement intérimaire.

  8. Chère Françoise, tu vas pouvoir bientôt te consacrer à ta nouvelle paire de Lou Boutin car tu vas prendre une raclée maison ! Tu ne peux imaginer le mépris que moi, socialiste de toujours, je te porte. Tu es une honte pour la politique de ce pays qui est déjà médiocre et méprisable. Jamais l’électorat de gauche ne t’accordera sa voix tant il s’est senti floué par ta législature calamiteuse !

  9. Quand est-ce que les officines nîmoises donneront leur chance à la nouvelle vague ?? Quand pourrons-nous enfin faire de la politique avec Antoine Roger, Nicolas Cadène, Julien Devèze ou Fabien Courtiel, les 4 valeurs montantes locales des partis républicains et qu’on laisse sous l’étau ??

  10. Elle s’est surtout battue pour avoir l’investiture d’EN MARCHE. Quand on a touché à la paye de député difficile de s’en passer.
    Vivement qu’on réduise le salaire d’un député au salaire d’un technicien supérieur.

  11. Quelle honte ! J’ai voté pour elle en 2012 et je suis cocu.
    A Jonquières on ne l’a JAMAIS vu. Elle croit se déguiser « En Marche » la socialiste ?

    Ras le bol de ces mange-gamelle. Du balai

    Cette fois-ci je vote Procida

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité