A la uneEconomiePolitiqueSports Gard

VUELTA Julien Plantier : « Un premier bilan très positif pour Nîmes »

Dissident Les Républicains sur la première circonscription pour les Législatives, Julien Plantier défend bec et ongle sa candidature. (Photo : Anthony Maurin)
L'adjoint aux sports de la Ville de Nîmes, Julien Plantier. (Photo : Anthony Maurin)

Entre 300 000 et 350 000 spectateurs ont assisté au lancement du Tour d’Espagne à Nîmes, ce week-end. Un premier bilan très positif pour l'adjoint aux sports de Nîmes qui espère accueillir en 2019 le Tour de France.

Objectif Gard : Le tour d’Espagne a été lancé à Nîmes ce week-end. Un succès ?

Julien Plantier : Oui, c’est clair ! Nous sommes très satisfaits. Il y avait beaucoup d’attentes autour de l’événement. Cela fait trois ans que nous préparons l’organisation de la Vuelta. Tout le monde a été unanime : la mission est réussie.

Quel premier bilan chiffré tirez-vous ?

Les organisateurs de la Vuelta tablent sur 300 000 à 350 000 spectateurs sur l’ensemble du week-end. Samedi après-midi pour la première étape du Tour, il y avait 6 500 personnes dans les Arènes. Les hôtels et les terrasses des restaurants étaient remplis… Les retombées économiques directes sont estimées à 7M€. Et on ne compte pas les retombées indirectes : les spectateurs qui auront envie de découvrir notre ville après l’avoir vue à la télévision ou dans les journaux.

Il y a donc eu retour sur investissement pour Nîmes ?

Oui. Le ticket d’entrée pour participer à la Vuelta était de 1M€, auquel il faut ajouter les dépenses liées à l’organisation de la course. Alors certes, ça peut représenter une somme importante, mais c’est un investissement très rentable au vu des retombées.

Julien Plantier, Javier et Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes. Photo : droits réservés)
L'adjoint aux sports, Julien Plantier, l'organisateur du tour d'Espagne Javier Guillén et Jean-Paul Fournier, le maire de Nîmes. (Photo : droits réservés)

En quoi la Vuelta peut-elle aider Nîmes pour son classement à l’UNESCO ?

Nous avons un patrimoine magnifique et bien conservé. Ce week-end, toutes les télévisions du monde ont eu les yeux rivés sur Nîmes. Les coureurs se sont élancés depuis la Maison carrée, ont traversé les Arènes… Les images d’hélicoptère étaient fabuleuses ! « L’antiquité au présent », slogan de Nîmes pour son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO, a été mis en exergue. De plus, tous nos monuments sont à portée de main. On pouvait tout faire à pied… Les organisateurs étaient ravis. L'organisateur du Tour, Javier Guillén, nous a même dit qu’il était mieux accueilli ici qu’en Espagne (rires) ! Des responsables politiques espagnols (le ministre du Tourisme de la principauté d’Andorre, le maire de Malaga...) nous ont aussi assuré de leur soutien pour le classement à l’UNESCO.

Y-a-t-il eu des couacs ? Des soucis au niveau de l’organisation qu’il faut à l’avenir corriger ?

Non, juste l’incident près de la gare. Mais nous n’avons pas eu de gros problème.

Au niveau de la sécurité justement, combien d’agents étaient mobilisés ?

Environ 12 000 forces de l’ordre étaient mobilisées ce week-end : la Guardia Civil, la gendarmerie, la police municipale et nationale, le GIGN, la brigade cynophile… Il y avait aussi quatre hélicoptères, dont trois pour la sécurité. Nous étions au taquet. Suite aux attentats de Barcelone et de Cambrils, nous avons eu une compagnie de CRS supplémentaire. Aussi, nous tenons à remercier les 250 bénévoles qui étaient en bord de course pour gérer les barrières et faire traverser les passants.

Et la suite ? Nîmes pourra-t-elle accueillir d’autres compétitions ?

Nous avons montré que Nîmes était capable d’accueillir des événements de cette ampleur-là. D’un point de vue sportif, c’était le plus grand événement que la ville ait organisé depuis des dizaines d’années. Alors oui, on réfléchit à la suite… Nous avons déjeuné avec Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France. Il ne nous a pas fermé la porte pour accueillir le Tour de France dans les années à venir. Nous l’avons déjà accueilli 17 fois, dont trois fois sous la mandature de Jean-Paul Fournier. Nous aimerions qu’en 2019 Nîmes soit une ville d’arrivée et de départ. L’année dernière ce n’était pas le cas et il n’y avait eu aucune retombée économique.

Propos recueillis par Coralie Mollaret

Lire aussi : NÎMES La Vuelta, c’est quoi?

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “VUELTA Julien Plantier : « Un premier bilan très positif pour Nîmes »”

  1. Pas de couac, si ce n’est la fermeture totale de l’accès au centre ville dès le matin et non 16h comme la communication officielle l’avait annoncée.

  2. « Les hôtels et les terrasses des restaurants étaient remplis…  »

    Donc sans la VUELTA tout était VIDE ! la VUELTA a comblé quelques trous de là à dire que tout lui est due ?

  3. Des chiffres qui ne correspondent pas à la réalité, la foule présentée par cet élu est farfelue, Nîmes a attiré 150 000 personnes sur 2 jours, quand aux retombées 7 millions d’euros, c’est aussi faux car précision faite les restaurants de la place du marché étaient à 80 % remplis, place d’Assas 90 % et centre ville entre 70 et 75 %, ce dernier chiffre d’ailleurs peut se rapprocher de la foule pour la Pégoulade : La Vuelta c’est en terme de remplissage, un 75 % de Pégoulade !!

  4. Notre Julien PLANTIER sort de son silence. Il serait intéressant de connaître sa vision sur les républicains du Gard après les résultats calamiteux des législatives ainsi que sur le jeux des chaises musicales pour prendre la direction des républicains.. Le sujet mériterait réflexion et introspection ….mais on ne peut pas être la marionnette de JP FOURNIER et avoir une vision réelle des choses. Dommage il risque de passer à côté de l’essentiel… on est toujours le dindon de quelqu’un….. A méditer.

  5. Laissez Julien Plantier à sa lune de miel !
    Avec Fournier comme mentor il court vers quelques déconvenues…
    Ce monsieur Plantier est qualifié d’universitaire dans certains articles. Il serait intéressant de savoir à quel titre il peut être désigné ainsi. En effet, il n’est ni maître de conférences, ni professeur des universités. Quel est donc son statut, comment, par qui et où a t-il été recruté ? Quelle est sa fonction précise en qualité d’enseignant ? Docteur en droit c’est un grade, pas une fonction. Travail à Nîmes : un passe-droit ? Question déjà posée mais sans réponse : ya problème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité