EconomieEconomie.

LETTRE OUVERTE A DESTINATION DE JEAN-PAUL FOURNIER, SÉNATEUR-MAIRE DE NÎMES, DE LA PART DES COMMERÇANTS ET RIVERAINS DE L’AVENUE GEORGES POMPIDOU A NÎMES

084050.jpg

 

 

 

Les commerçants et riverains de l'Avenue G. Pompidou à Nîmes viennent d'adresser à la rédaction de www.objectifgard.com, une lettre ouverte à l'attention de Jean-Paul Fournier, Sénateur-Maire de Nîmes ...

 

www.objectifgard.com vous propose de découvrir le détail de ce courrier :

 

"Incompréhension et désarroi se sont emparés de nous, Commerçants et Riverains de l’avenue G. Pompidou qui subissons quelque chose que nous ressentons comme du harcèlement et de l’acharnement.

 

Incompréhension car à quoi les précédents travaux d’embellissement de 2003 à 2006 achevés il y a tout juste 5 ans ont-ils servis s’ils sont détruits aujourd’hui ? Plus de 4,6 millions d’€ de dépenses plus tard, vous étiez pourtant fier lors de leur inauguration. Dès novembre 2004, dans le bulletin Nîmes Passions, votre adjointe déléguée, Madame Martin, parlait même alors de réalisation exemplaire…

 

Incompréhension car pourquoi auparavant, le 19 octobre 2000, alors Conseiller Général, avez-vous déclaré par courrier adressé à Madame Alba Rodier, Présidente du Comité de quartier Pompidou, à propos du projet du Maire d’alors, que les travaux d’embellissement ne devaient à aucun prix se faire, sans avoir au préalable fait les travaux hydrauliques alors qu’il proposait des travaux à hauteur de 785 000

Incompréhension car pourquoi fin 2010, soit moins de 5 ans après vos onéreux travaux d’embellissement, un de vos collaborateurs, M. Roger, a-t-il la délicate mission de nous annoncer de nouveaux travaux anéantissant ceux récemment réalisés à grands frais, et ce dans le cadre d’un chantier hydraulique prévu pour 2012 ? Sur le planning, la durée des travaux, leur chronologie, le côté de la voie concerné, la seule réponse obtenue à nos questions identifie la voie montante impactée par les travaux, la logique de la chronologie des travaux nous échappant encore à ce jour, les détails aussi…

Incompréhension et stupeur car pourquoi alors les travaux se portent-ils sur la voie descendante et ce, dans la précipitation dès avril 2011, lorsque le démarrage du chantier était prévu pour 2012 ?

Incompréhension car pourquoi confirmez-vous lors de votre réunion publique « d’information » du 19 mai 2011, 19h, au Lycée Albert Camus, les travaux préparatoires ayant déjà démarré, le tracé initial comme fixé sur la voie montante, car rive riche en vestiges de la ville antique cela entraîne une intervention lourde de l’INRAP, les fouilles mobilisant des subventions plus importantes que l’autre côté…

 

Les subventions une fois obtenues, le chantier s’ouvre donc de l’autre côté, voie descendante, pour un budget moins élevé que celui demandé et obtenu et se traduit même par la suppression d’un collecteur des eaux de 2,50 m² de section préexistant, accroissant ainsi le risque inondation.

Diminuer le niveau de protection de la ville de Nîmes et des Nîmois au détriment de la sécurité des personnes et des biens en jouant sur le risque « inondations » via des travaux sous-dimensionnés par rapport à ceux prévus initialement et affichés publiquement et baisser ainsi artificiellement le coût d’un chantier sans justifier l’opportunité et l’utilisation du différentiel ne s’apparente pas à une gestion « en bon père de famille », Monsieur le Sénateur-Maire.

 

Désarroi car pourquoi 3 ans de travaux d’embellissement pour plus de 4,6 millions d’€ ne figurent-ils pas sur votre luxueux livre blanc des « 10 ans de mandat » distribué « gratuitement » avec le Midi Libre du 30 juin 2011? Est-ce par délicatesse et pudeur… ?

Désarroi car pour autant, naguère, vous assuriez verbalement vouloir corriger les nombreuses erreurs de traitement de l’avenue (parking et voies trop étroites, traitement de la chaussée de type autoroutier sans retournement possible, aménagement paysager inapproprié… qui ont déjà fortement dégradé l’activité commerciale ( -30 à-40% enregistré pour les commerces) sans diminution de charges ou d’impôts locaux ni indemnisation de perte d’exploitation en regard. Pourquoi donc entre les paroles et les actes, un fossé aussi grand que l’avenue Pompidou, cet écart ne pouvant qu’entraîner défiance de la part de vos administrés ? A qui pouvons-nous donc faire confiance si nos édiles pratiquent le grand écart ?

Désarroi car pourquoi ce qui pourrait sembler relever de la malédiction, succession de travaux, d’embellissement d’abord sans correction d’erreurs causées par le manque de concertation avec les riverains intéressés pour finir par des travaux hydrauliques à l’efficacité contestable puisque modifiés par rapport à ceux prévus… sans oublier des financements dont il faudrait revoir avec rigueur l’affectation effective…

 

Désarroi car nous partageons la détresse de tous les commerces victimes de décisions faisant fi des règles et garanties légales de l’urbanisme. Sans en partager le périmètre géographique, nous comprenons ceux qui s’élèvent contre les atteintes aux règles édictées par la mairie elle-même puisqu’en ce qui concerne le secteur sauvegardé par exemple la protection découlant de ce classement s’est soldée en fait par la destruction définitive d’éléments patrimoniaux de la ville.

 

Maire, Président de l’agglomération, votre première mission au titre de vos pouvoirs de police est de veiller à la bonne exécution des lois et règlements en vigueur dans votre ville par vos administrés mais aussi par les services de la Ville.

Sénateur vous participez à l’élaboration des lois.

 

Garant du respect des citoyens, de leurs activités, des équilibres de la Cité, vous organisez, gérez, décidez nombre d’évènements, déterminants pour vos administrés en ce qu’ils peuvent mettre en péril leur activité et leur cadre de vie. A l’analyse, les difficultés viennent, semble-t-il, tant d’un manque de concertation réelle avec ceux-ci que d’une impréparation, voire d’illégalités avérées au terme de différents jugements, relatives aux chantiers à subir.

 

Les charges très importantes qui sont les vôtres et qui vous ont été confiées par les Nîmois vous obligent pourtant à une gestion, à une rigueur, à une transparence sans faille. Elles ne vous autorisent pas par contre à n’opposer aux questions de vos interlocuteurs que votre « je suis élu » habituel comme si tout vous était dès lors permis. Dépositaire du pouvoir par délégation de la souveraineté de l’ensemble de vos administrés, il vous incombe au contraire l’obligation de rendre à ceux qui, vous faisant confiance, ont remis l’avenir de notre ville et une part de leur avenir entre vos mains, des comptes précis, justes, fiables et circonstanciés des décisions de votre conseil municipal, de vos actions et de votre gestion.

 

Faute de cette transparence c’est le règne de l’anarchie, la loi du plus fort ou du rusé et la porte ouverte à toute les déviances pour tout le monde et chacun d’entre nous…

Les Commerçants et les Riverains de l’Avenue G. Pompidou"

 

Notez qu'une copie de ce courrier a été adressé au Préfet du Gard ...

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité