ActualitésPolémique.

ALÈS : LE LYCÉE JBD VEUT SAUVER SON BTS « IPM » ET 13 POSTES DE PROF

Enseignants, parents d’élèves, élus à la région, et syndicats de parents d’élèves et d’enseignants (CGT, FO, FSU, SNES, SNETAA, SUD, SGEN-CFDT, UNSA, FCPE)… Tous se sont retrouvés Place Gabriel Péri à Alès, vendredi 20 janvier, dans un café, à l’occasion d’une conférence de presse, dans un but commun : l’indignation, avant une prochaine réaction, contre la baisse des moyens horaires dévolus au lycée Jean-Baptiste Dumas, la suppression de treize postes d’enseignants pour la rentrée 2012/2013 et la fermeture d’une classe de BTS (Brevet de Technicien Supérieur).

Notons que des élèves, des parents d’élèves et professeurs du lycée Prévert de Saint-Christol-lès-Alès étaient également présents. Cinq postes risquent de disparaître par décision du rectorat de l’académie de Montpellier pour la prochaine rentrée à Saint-Christol.

Concernant la fermeture du BTS « Industrialisation des Produits Mécaniques » (IPM), la présidente de la FCPE du Gard (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves), Délie Muller, présente sur place, nous a confié qu’il s’agirait, si la décision se confirmait, « d’une gabegie financière et humaine ». Pour elle, « c’est incompréhensible et alarmant. S’il y avait une seule section qu’il ne fallait pas fermer, c’est bien celle-là ».

Elle nous explique que cette classe, qui habituellement comporte 15 à 20 élèves par promotion, « pour des causes purement conjoncturelles, ne devrait en accueillir que 6 à 7 pour la rentrée prochaine, voire la suivante », et de ce fait entraînerait ladite décision de fermeture. Elle représente pourtant « une formation d’excellence comme il y en a peu sur le bassin d’Alès ». En effet, les cinq premiers au classement des lauréats 2011 de ce BTS, sur l’ensemble de la France, proviennent de la classe du lycée JBD d’Alès (un de ces cinq élèves a d’ailleurs défendu sa promotion lors de ce rendez-vous de vendredi après-midi). Mieux, comme en témoigne la présidente de la FCPE du Gard, le BTS « en sursis » présente un taux de réussite de 100 % à Alès. Il est, en outre, équipé d’un « matériel quasi-unique en France, avec un investissement de la part des contribuables de la région de près de 3 millions d’euros ». Mme Muller a également rappelé que nombre de patrons d’entreprises locales s’alarmaient déjà du risque de la perte d’une main d’œuvre très qualifiée sur le département, tant cette formation est un gage de plein emploi pour ceux qui en sorte diplômés.

L’autre point qui soulève la colère du corps des enseignants de JBD et d’autres du bassin alésien : l’enveloppe horaire distribuée par le recteur d’académie, Christian Philippe, à travers la Dotation Globale Horaire (DGH) et qui permet de décliner le nombre d’heures d’enseignement des matières et des options, donc indirectement du nombre de classes des établissements, et par ricochet, du nombre de professeurs.

Lors de cette conférence de presse étaient notamment présents, Fabrice Verdier (Vice-Président du conseil régional), William Dumas (Député de la 5ème circonscription du Gard), et Nelly Frontanau (conseillère régionale, et membre des conseils d’administration des lycées JBD et Prévert).

Divers plans d’actions sont attendus de la part des contestataires : tant au Parlement, par l’intermédiaire de W. Dumas, et Francoise Laurent-Perrigot (Sénatrice du Gard), que par les parents d’élèves, les enseignants et les élèves qui se mobiliseront, et qui pourraient réclamer un rendez-vous auprès du rectorat de Montpellier, prochainement.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité