A la uneActualitésPolémique.

UZÈS : L’ÉCOLE DE PONT-DES-CHARRETTES MONTE SON CAMP DE RÉSISTANCE

Photo DR

Le projet de fermeture d’une classe, à 4 km du cœur de ville d’Uzès, dans la singulière école de Pont-des-Charrettes a mis le feu parmi les parents d’élèves. On n’est pas loin de l’ambiance des « barricades » du côté de l’établissement scolaire centenaire, sauf que, Jean-Claude Pellicone, le directeur de l’école, en place depuis 1999, précise « qu’on en est pas encore là », à la veille d’une réunion avec la municipalité d’Uzès (mercredi 25 janvier), cependant, la réunion avec l’inspecteur adjoint d’académie, M. Dijon, qui aura lieu lundi 30 janvier à 17h00, présagera véritablement du durcissement du mouvement de résistance engagé depuis une semaine par les parents d’élèves et l’instituteur de cette classe unique.

En attendant, depuis ce mardi 24 janvier au soir, des tentes ont été disposés pour l’occasion au sein de l’établissement, histoire de marquer leur territoire pour les parents d’élèves menés par la présidente de l’association des parents d’élève, Mme Boissière. Une sorte de camp de résistants s’est donc installé, avant de se rendre en mairie, le lendemain, et de réaliser « une distribution de tracts sur le marché d’Uzès ».

Comme le directeur de l’école (en congés actuellement, mais mobilisé avec les parents) nous l’explique, d’après le « delta » affecté par le ministère de l’Education nationale, le recteur aurait demandé que l’on redéploye certains postes, ce qui engendre la fermeture de classes sur le département.

D’après M. Pellicone, il faut normalement avoir au moins 25 élèves pour ne pas perdre de classes dans une école à la rentrée prochaine sur le Gard. Or, le compte n’y est pas pour Pont-des-Charrettes, qui en compte une vingtaine dans sa seule classe. D’autres seraient donc en danger, mais étrangement, du côté de Vallabrix, l’école compte 56 élèves pour trois classes, mais ne serait pas menacée d’après l’instituteur. Pire, l’inspecteur adjoint, dans les mêmes conditions, l’année dernière n’aurait pas préconisé de fermeture de la classe, tandis que l’inspectrice de circonscription (subordonnée) l’avait réclamé à deux reprises déjà. Au-delà de ce pur aspect comptable, face auquel les arguments des défenseurs du maintien de la classe « ne marcheront pas », d’après M. Pellicone, il y en a un qui peut compter, c’est le risque non pas seulement de la fermeture de cette classe, mais par la même occasion, de l’école tout entière, puisqu’il s’agit d’une classe unique, qui prodigue un véritable service publique qui n’existerait pas ailleurs alentours, notamment de par son approche des enfants parfois en proie à des difficultés psychologiques notamment. Des élèves qui ne trouveraient pas les mêmes services et la même attention dans le groupe scolaire d’Uzès composé de 11 classes de 25 à 30 élèves.

Celui qui est « à un an de la retraite », « un détail » pour lui, même s’il aimerait finir sa carrière à Pont-des-Charrettes, pense à l’employé vacataire de la mairie qui perdra certainement son poste de surveillance de cantine et de ménage. Mais il voit le tragique de l’histoire aussi et surtout dans l’attachement que les parents portent à cette école et cette classe « pas comme les autres ». D’après lui, il n’est d’ailleurs pas évident que les élèves de sa classe se retrouvent dans le groupe scolaire Macé d’Uzès, plutôt que dans les petites écoles alentours. Il précise : « l’effectif à 25, je peux l’avoir [un quart seulement de mes élèves sont du quartier], mais pour une classe unique, ce n’est pas gérable ».

Pour les résistants de « ce petit village gaulois », « on se retrouve face à une logique administrative qui ressemble à un rouleau compresseur ». Notre instituteur précisant que ce sont les syndicats qui les ont prévenu de la fermeture, et non pas l’inspecteur, ce qui fait « qu’on a eu que deux semaine et demi pour se préparer à cette prochaine commission paritaire ». Le tour de chauffe avant le grand oral pour les parents d’élève est donc prévu ce mercredi en mairie d’Uzès.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité