A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES : LES ANONYMOUS ÉTAIENT PARMI NOUS…

Photo © objectifgard.com / MA

Samedi 28 janvier 2012, les Anonymous, un groupe « d'hacktivistes », qui se manifestent notamment sur Internet, avait donné rendez-vous, par le biais des réseaux sociaux, dans 36 villes de France. Ils n’étaient qu’une petite poignée à Nîmes en début d’après-midi. 200 étaient pourtant attendus, quand à Montpellier il se murmurait que l’on en comptait déjà plusieurs centaines, place de la Comédie.

Lorsque l’on parle d’Anonymous, on pense à de « méchants pirates informatiques » qui seraient plus des « empêcheurs de tourner en rond », capables de tout, que des gens comme les autres. Nous restions donc sur nos gardes avant de les rencontrer. Il faut dire que ce groupe de Hackers créé en 2006 lors de l'attaque du site Habbo Hotel  sont passés maîtres dans « l’art » de mettre hors service les sites web du monde entier (par exemple celui de Stratfor, une société de renseignement américaine). Finalement très courtois, pour ceux qui se trouvaient à Nîmes ce jour, force est de constater que les risques étaient somme toute raisonnables.

Face à la Maison Carrée, à Nîmes, ils n’étaient qu’une dizaine d’Anonymous, visage recouvert par un masque inspiré de Guy Fawkes, un personnage du XVIIème siècle, rendu célèbre par le film « V pour Vendetta ».

Photo © objectifgard.com / MA

L’un deux, un étudiant en Art appliqué âgée de 19 ans nous brosse un tableau beaucoup moins noir qu’il n’y paraît les concernant, replaçant les Anonymous entre les « Robins des bois » et « les vrais Hacker méchants », ou capable d’actes violents informatiquement parlant. Tous ceux qui étaient présents parlent de « désinformation » à leur sujet, et que de multiples fait d’armes ou intentions futures ont été démenties par ce groupe « pacifiste, qui ne cherche qu’à défendre la liberté d’expression et le libre accès à la culture », le réqeau social Facebook n’ayant jamais été une cible par exemple, de ces rebelles, grands utilisateur de Twitter pour leurs actions.

L’un d’eux ne manque pas de nous rappeler que désormais « tout le monde peut être Anonymous » [vieux, jeunes...], reprenant un célèbre slogan du groupe d’activiste du Net, « 99 % de la population » […], ce qui correspond à « ceux qui ne font pas partie des dirigeant des grandes Majors, ou industries du disque au niveau international »

« l’outil Megaupload n’est pas condamnable »

D’ailleurs, il y aurait des degrés d’implication divers parmi eux , précisent-ils. Du simple relais d’information, au groupe de « hackers actifs ». Et les attaques dit « DDOS » n’auraient pour conséquence que de créer une « surcharge » d’un site visé, la plupart du temps public et représentatif d’un pouvoir en place, afin de le rendre inaccessible, un temps, en multipliant les « requêtes » d’internautes.

Le mouvement de rébellion désormais planétaire a pris de l’ampleur depuis une semaine, après la fermeture du site Megaupload par la justice américaine (le 19 janvier 2012).

Pour les Anonymous, ainsi qu’un sympathisant du collectif, Pitt (étudiant en prépa scientifique à Nîmes), le collectif s’oppose aux accords commerciaux américains ACTA, SOPA et PIPA qui ont été validées ou sont en cours de validation au niveau européen notamment (22 pays de l'Union européenne l’on signé). L’objectif avoué de ces réglementations : contrôler de manière renforcée et commune la contre-façon, les médicaments ou les produits de luxe mais aussi le téléchargement illégal. Derrière ce que les Anonymous présentent comme « de bonnes intentions » se cache la protection des « grands lobbies du disque et de la distribution des films, qui ne se sont jamais portés aussi bien ». L’un d’eux, présent à Nîmes, ajoute que « les artistes ne sont pas rémunérés à la juste hauteur de leur travail » dans le système actuel, et que Megaupload, avant de se voir disparaître, « s’apprêtait à proposer une alternative pour rémunérer les artistes, à hauteur de 90 % des recettes des publicités diffusées sur le site de téléchargement », dans le cadre de l’offre légale MegaBox qui devait être lancée très prochainement, alors qu'est intervenue l'arrestation de Kim DotCom, le fondateur de MegaUpload. Une idée qui n’aurait pas vraiment créé l’enthousiasme parmi les maisons de disques et certains lobbies, qui aurait, d’après les Anonymous, amené à ces derniers offensive de la part des lobbies qu’ils critiquent.

L’un des hacktivistes précise que « l’utilisateur lambda qui alimentait le site de téléchargement n’est pas rémunéré », et que s’il y a eu dérive de la part de Kim DotCom (arrêté par la justice), « l’outil Megaupload n’est pas pour autant condamnable », d’après notre interlocuteur.

Photo © objectifgard.com / MA

"Une véritable chasse aux sorcières"

« C’est une véritable chasse aux sorcières qui s’annonce » insiste Pitt. "Tous ceux qui seront soupçonnés de porter atteinte à la liberté intellectuelle tomberont sous le coup de cet accord (ACTA) en discussion actuellement en Europe". « Pour un étudiant comme moi, qui a déjà du mal à joindre les deux bouts, je me rends compte que seul la culture à laquelle on aura accès sera celle des grandes chaîne de télévision ». Et à l’un des Anonymous masqué d’ajouter, si « ACTA est signé, ils [dirigeants des lobbies qu’ils dénoncent] pourront faire ce qu’ils veulent, comme récupérer des données personnelles, sans contrôle judiciaire, et mettre la pression sur les fournisseurs d’accès à Internet » […]. Il prétend que « Sous prétexte de Culture, il n’est question que d’argent ».

Alors, quelle sera la suite du mouvement dans le Gard, et partout dans le monde ? D’après les membres présents à Nîmes aujourd’hui, il n’y aurait pas de plan d’action prévisible, sauf que « si ACTA passe, je pense que le mouvement va se durcir », prédit l’un d’eux.
Pour les Anonymous, il s’agit bien là du début de la « World War Web », mais qui peut présager de l’issue d’une telle bataille planétaire ?

Photo © objectifgard.com / MA

Etiquette

4 réactions sur “NÎMES : LES ANONYMOUS ÉTAIENT PARMI NOUS…”

  1. (Le site web n’est pas mien mais est une mine d’or d’informations.)

    Un très bel article. Qui ne fait pas dans le sensationnalisme ou dans la désinformation.

    Les seules « erreurs » (je suis pointilleux) c’est que la Megabox ne devait pas être lancée « le lendemain » mais dans une date prochaine.

    C’était quand même un service lourd à mettre en place. Mais bon quelques mois, voir un an (ou deux), c’était pas si long que ça à attendre, surtout pour ce que ça aurait pu être…

    Et la rémunération aurait été à 90% des recettes (car ils parlaient d’un service payant aussi, le service était en étude et en développement) et pas uniquement grâce à la publicité. Donc contrairement à ce qui se fait sur le net, ils auraient été payé en fonction du nombre de copies et pas pour un « forfais » qui ne prend pas en compte le nombre de copies vendues.

    Sinon, un article très agréable qui laisse le sentiment qu’au moins on aura pu être entendu et transmit sans déformation.

  2. je cite : Anonymous ne DOIT pas devenir un outil de campagne électoral !
    Anonymous régule, elle ne dirige pa…s !
    Anonymous c’est le Peuple, c’est la communauté mondiale ! Ce n’est pas un parti, ce n’est pas une réalisation d’un idéal, c’est une amélioration de la réalité !
    Anonymous c’est vous, et vous désirez qu’on vous foute la paix sur Internet !
    Anonymous n’est pas altermondialiste, n’est pas libéral, n’est pas socialiste, n’est pas capitaliste, n’est pas communiste, n’est pas nationaliste.
    Anonymous c’est améliorer le monde !

  3. En même temps, n’oubliez pas que les indigné-e-s de Nîmes sont à la Maison Carrée depuis le 26 mai 2011 …. tous les jours jusqu’au 21 octobre, actuellement le mercredi à 18h au pied des escaliers de la maison carrée et le samedi à 13h sur la place de la maison carrée.
    Nous espérons y revoir nos amis Anonymous un de ces jours … car nos mouvements sont très liés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité