PolitiquePolitique.

« NÎMES MARIANNE » ET NICOLAS CADÈNE PASSENT À l’OFFENSIVE APRÈS LE DERNIER CONSEIL MUNICIPAL

Photo DR

Deux dossiers présentés à la délibération du dernier conseil municipal de la ville de Nîmes du 4 février 2012 ont suscité de vives réaction de la part de l’opposition socialiste, par l’intermédiaire de la section « Nîmes Marianne » et relayés ce jour par Nicolas Cadène (n°2 de la fédération socialiste gardoise, assistant parlementaire de Jean-Louis Bianco et membre de la cellule nationale « Riposte »).

En effet, le mouvement « s'étonne de la délibération du Conseil municipal du samedi 4 février concernant l'aménagement du carrefour du paratonnerre. Si personne ne conteste la nécessité d'aménager ce carrefour accidentogène, l'augmentation considérable de son coût — 9,5 millions d'euros contre les 4,2 initiaux — interroge […]. Cette délibération fait suite au vote de la vente, par la majorité municipale, d'une parcelle du bois des Espeisses pourtant destiné à être un conservatoire de la garrigue. Cette parcelle servira à la construction d'un lotissement cossu dont la vue, pour n'être aucunement obstruée, a semble-t-il supposé l'abaissement du pont du paratonnerre. Certains convois exceptionnels devront donc être détournés de ce tracé, contre toute logique de sécurité routière ». D’après Nicolas Cadène : « Ce lien probable entre cet aménagement public et cette opération de promotion immobilière peut laisser craindre un grave conflit d'intérêts ».

Ce n’est pas tout, puisque la question du plan d’aménagement de l’avenue Feuchères est aussi pointé du doigt par l’opposition municipale socialiste, et la période pré-électorale pousse volontiers les politiques de tous bords, au niveau national, comme local, à lancer certaines polémiques, justifiées ou non au regard des intérêts des administrés, qui deviennent plus que jamais des électeurs potentiels.

La section Marianne expose que cet aménagement « ne respecte ni la concertation avec les associations, ni l'intérêt collectif des riverains. Contre toute logique, l'avenue se voit séparée en deux avec l'abattage sauvage de nombreux arbres et la concentration de toute la circulation d'un seul côté. En plus de causer bruit et pollution pour les riverains, cet aménagement supprime les terrasses de cafés du côté de la gare et rend cet espace encore moins vivant ». A cela s’ajouterait un manque de fluidité de la circulation dû au contournement nécessaire par l’arrière de la gare.

Quel projet aurait la préférence de l’opposition municipale ? « Nous demandons donc à la majorité municipale de revoir sa copie et d'accepter d'élaborer un projet qui soit satisfaisant tant pour les piétons que pour les riverains, les automobilistes et enfin l'esthétisme de cette avenue ».

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité