EconomieEconomie.

L’INSTITUT PASTEUR DE LILLE : UN PLAN SOCIAL QUI MENACE HUIT EMPLOIS À NÎMES

Un plan social a été annoncé après le rachat de 67 % du capital de l’Institut Pasteur de Lille (IPL) par le groupe Eurofins au mois de novembre dernier. Dans le Gard, huit emplois sont menacés (à Nîmes), auxquels s’ajoutent les dix Montpelliérains pour la région.

Le 9 février 2012, ce ne sont pas moins de 25 employés qui ont fait grève sur le site héraultais.

Rappelons qu’IPL est un spécialiste dans l’analyse de l’eau à l’usage des loisirs et de la consommation. Le site nîmois s’occupe principalement de chimie organique et pourrait être délocalisé dans l’Est de la France. Les techniciens qui y travaillent actuellement pourraient être licenciés et le bâtiment vendu, ce qui condamnerait de fait l’avenir du site.

Par ailleurs, le projet d’Eurofins de monter un laboratoire d’analyse d’eau sur ses terrains de Vergèze (dans le Gard) aurait renoncé. La liquidation serait donc proche.

L’INSTITUT PASTEUR DE LILLE : UN PLAN SOCIAL QUI MENACE HUIT EMPLOIS À NÎMES

Etiquette

1 commentaire sur “L’INSTITUT PASTEUR DE LILLE : UN PLAN SOCIAL QUI MENACE HUIT EMPLOIS À NÎMES”

  1. Eurofins : Les salariés se mobilisent face aux licenciements boursiers…
    Mercredi dernier, une grande partie des salariés de la division environnement du laboratoire EUROFINS était en grève. A l’initiative du laboratoire bordelais, ex-Laboratoire Municipal de Bordeaux, puis Institut Pasteur Lille, certains avaient fait le voyage jusqu’à Paris pour manifester de façon collective Place de la Bourse, lieu hautement symbolique en regard du traitement dont ils font l’objet de la part de la direction de leur entreprise.
    En effet, Eurofins, qui a fait en 2011 quasiment un milliard de chiffre d’affaire et qui a engrangé dans le même temps 57 millions d’euros de bénéfices, soit plus du double par rapport à 2010, rachète puis démantelle les laboratoires régionaux, détruit de façon définitive les emplois, et ce pour des raisons purement boursières et pour accroitre de façon éhontée ses profits alors qu’il n’a pas la moindre difficulté financière…
    Aujourd’hui, Bordeaux et sa région disposent d’un laboratoire local, où travaillent des spécialistes dont le sérieux et la compétence sont connus et reconnus à l’échelon national. Il participe quotidiennement à la santé publique. Sa disparition entrainera la disparition définitive de plus de 100 emplois, et une perte énorme en matière de sécurité alimentaire et environnementale.
    Ne laissons pas la logique boursière mettre en danger notre santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité