A la unePolitiquePolitique.

LA GARDOISE ET PRESQUE CANDIDATE LEPAGE PENCHE POUR HOLLANDE

Photo / D.R.

Corinne Lepage, qui n’a pu faire partie des prétendantes à l’Elysée, faute de suffisamment de parrainages, ancienne ministre de l’Environnement, ancienne membre de Génération Ecologie, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996, aujourd’hui députée au Parlement européen, mais aussi résidente du Gard, dans un village proche d’Uzès, vient d’officialiser son soutien à un vote dès le premier tour en faveur de François Hollande.

Interrogée sur le sujet, la présidente de Cap 21 a tenu à préciser « qu’il ne s’agit pas d’un soutien personnel à François Hollande », « ni d’un ralliement », mais bien « d’un rassemblement de personnalités du Centre, de démocrates-républicains et d’autres personnalités qui viennent du Modem notamment [de Gaulliste sociaux etc.] qui, ensemble, appellent à un vote pour François Hollande ».

Toutefois, elle précise que ce soutien sous-tend une condition : « La future potentielle majorité présidentielle » que ce rassemblement du Centre auquel elle appartient soutient, devra « aller bien au-delà de la gauche ». Elle ajoute, en direction de ses détracteurs qui la traite de « girouette » : « Je reste centriste et écologiste, mais à ceux qui se demande si François Bayrou choisira la gauche ou la droite, moi je dis que je ne suis mariée ni à la gauche, ni à la droite, et qu’en tant que centriste, je peux choisir l’un ou l’autre ».

Corinne Lepage ajoute même, comme elle l’avait déjà déclaré, qu’elle ne peut soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy, à défaut de pouvoir soutenir « un candidat humaniste, écologiste de droite », s’il y en avait eu un pour cette présidentielle, retient-elle.

Par ailleurs, lorsque l’on évoque la possibilité de se rallier à Eva Joly, seule représentante écologiste, Mme Lepage coupe derechef : « je suis en désaccord profond avec Eva Joy et sur l’ensemble de sa vision de l’écologie. Ce n’est pas celle que je défends. Je ne m’y retrouve pas », déclare-t-elle.

Elle nous révèlera même que, dans l’hypothèse où Nicolas Hulot avait été dans la position de l’ex-magistrate, alors « sans aucune hésitation », elle se serait ralliée à la candidature de l’ex-présentateur vedette de TF1 et n’aurait pas fait cette déclaration envers le leader socialiste aujourd’hui. Un scénario identique s’il s’était agi de Daniel Cohn-Bendit… Ce qui en dit long sur les inimitiés entre les deux femmes écologistes, Corinne Lepage, lançant : « cela fait bien plus longtemps que je suis impliquée en tant qu’écologiste ».

Enfin, celle qui concède que «même si je ne suis pas candidate, c’était important de se prononcer officiellement, comme Martin Hirsch et d’autres personnalités l’ont fait… », ne semble pas oublier l’épisode des « parrainages », alors qu’elle avait tout de même obtenu 476 signatures en vue de sa présentation à l’élection présidentielle. Elle déclare sur le sujet, dont elle espère qu’il sera débattu prochainement : « ce système est mort. Je crois qu’il n’est plus acceptable, ce système, où par ailleurs, on se retrouve avec des Cheminade… » Ce dernier, tout comme Eva Joly apprécieront.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité