A la uneFootball

FOOT-CFA / UZES-PONT / SAMUEL CRUZ : « Laisser une trace dans l’histoire du club »

Photo / D.R.

Après l’accession historique pour le club gardois de l'Entente sportive Uzès Pont du Gard en National officialisée, le club de football gardois fondé en 2005 par la fusion de l’Entente sportive du Pont du Gard et du Gallia Club d’Uzès a un autre rendez-vous avec l’histoire, au cours des deux derniers matches de championnat de CFA-groupe C, à commencer par celui de ce samedi, à 18h00, au stade Pautex d’Uzès, comme l’indique le coach, Samuel Cruz.

Alors qu’ils ont d’ores et déjà acquis leur billet en National, après 7 ans d’existence, soit 4 accessions en l’espace de cette courte période, les observateurs pourraient penser que la fin de championnat se fera en « roue libre » pour les joueurs uzétiens. Hors de question de penser cela pour celui qui est déjà depuis 6 ans au club, d’abord en tant que joueur (milieu-arrière latéral gauche), puis en tant qu’adjoint et préparateur physique (pendant deux ans), avant de prendre les rênes des rouges et noirs il y a deux ans : « On est des compétiteurs, des sportifs. On va jouer notre jeu et ne pas calculer », pour les deux prochains matches.

D’autant que Samuel Cruz et ses joueurs ont d’autres challenges à relever : « Nous voulons laisser une trace dans l’histoire du club, après un 8e tour de coupe de France et une montée en National, nous voulons atteindre les 106 points, un score jamais atteint en championnat de CFA, après Besançon ». Uzès-Pont détient 101 points aujourd’hui.

Revenant sur le dernier match à Béziers qui donne le titre à son club, il y a une semaine : « c’est un petit clin d’œil… On obtient le titre de champion à Béziers, sur le terrain même où l’on s’est sauvé à la fin de la saison 2010/2011, et alors que, eux, voulais se venger du match aller [remporté par les Gardois] ». Sur le contexte : « L’officialisation de notre montée dépendait aussi des résultats de Rodez, si l’on ne gagnait pas, mais on a abordé ce match comme un derby, comme tous les autres matches : sans pression ».

Pour expliquer la réussite de club jeune : « c’est vrai que je ne m’imaginais pas en début de saison avoir un parcours de champion par la suite. Mais ce n’est sans doute pas le fruit du hasard », déclare-t-il.

Un signe déclencheur ? « A la trêve de la saison précédente, en décembre 2010, alors qu’on se dirigeait tout droit vers la descente, on a décidé avec les joueurs de ne pas prendre de vacances et de s’entraîner. Résultat : on se sauve et finissons 12e », sur le terrain de Béziers.

Record : à signaler qu’avant le match contre Marseille Consolat ce samedi soir, Uzès-Pont n’a pas perdu une rencontre à domicile (au stade Pautex) depuis un an et demi, et n’ont perdu que trois matches à l’extérieur cette saison.

Sur l’avenir du club qui grandit très vite… Peut-être trop vite ? Le club a-t-il prévu tout cela ?

« On est obligé d’anticiper. On n’a pas fini le championnat que l’on se projette déjà à la saison prochaine. Aujourd’hui, c’est vrai le sportif va plus vite que le matériel. Ce qu’il nous faut, c’est une augmentation de notre budget. Nous étions déjà le plus petit budget des 72 clubs amateurs de CFA, avec 1.200.000 euros en National, nous serons loin des 4 millions de moyenne des autres clubs professionnels », révèle-t-il. Rappelons qu’il s’agit de contrats fédéraux et non professionnels à proprement parler pour les joueurs de National, mais tout de même des contrats de travail à plein temps. Samuel Cruz ajoute : « 70 % de nos joueurs auront une licence amateur et travaillerons à côté. On va devoir compenser avec notre envie, notre motivation, nos qualités ».

Pour les structures futures : « ne serait-ce que pour répondre à des obligations légales, nous avons obtenu de la mairie l’installation d’une tribune supplémentaire, d’un parking supplémentaire avec un nouvel accès », en réponse à un cahier des charges précis correspondant aux obligations des clubs de National, ce qui fait que, Uzès-Pont, le "petit poucet", avec son stade de 650 places, contrastera avec le stade de Metz et ses 35.000 places assises.

Enfin, quant à la réussite du Nîmes Olympique, qui accède à la Ligue 2 cette année, à Montpellier et son titre de champion, Samuel Cruz en parlait « déjà en décembre dernier. Que ce serait une formidable émulation pour la région ». Il ne croyait pas si bien dire… A suivre la saison prochaine.

Infos Plus :

Samuel Cruz a joué à Redessan, Beaucaire (en National), Frontignan (Hérault), Vergèze (Gard) et Sète (Hérault) avant d’atterrir à Uzès-Pont, « pour finir près de chez moi », précise le natif de Nîmes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité