A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES : Une œuvre photographique militante interpelle… Autour des commerces du centre-ville

Exposition "Nîmes à Vendre", galerie « From Point to Point » à Nîmes - Photo © objectifgard.com / MA

L’association Nîmes pour tous, après les réunions entre commerçants, les mobilisations dans la rue, et les expressions d’humeurs envers la mairie, rendue responsable de la désertions des boutiques et de la fermeture de celles-ci, parfois, au bout du compte, il était temps, semble-t-il, de trouver un nouveau mode d’expression : l’Art.

Vous pouvez trouver, ce soir encore, et peut-être demain (samedi), l’occasion d’échanger avec le photographe Anthony Coulomb sur son exposition intitulée : « Nîmes à vendre ».  L’artiste a été chargé par l’association de commerçants dirigée par Thierry Desgoute et Jean-Christophe Foissard de raconter leur histoire, à travers une série de clichés de photos de boutique qui ont fermé.

La série de panneaux de photos accrochées sur la devanture de la galerie « From Point to Point » [ou « 2+2 »], située place de la Calade, et dirigée par Philippe Pannetier, est agrémentée de graphiques qui indiquent l’impact économique des travaux engagés dans la ville par exemple.

Il s’agit là manifestement d’une œuvre militante locale.

Exposition "Nîmes à Vendre", galerie « From Point to Point » à Nîmes - Photo © objectifgard.com / MA

Le regard porté sur l’œuvre et surtout les réactions autour de ces clichés, de la part du directeur de la galerie, lui-même installé au cœur de la ville depuis de nombreuses années apporte son lot de vérités sur ce phénomène autour de l’exposition.

Pour lui, qui rencontre et observe une partie de ceux qui presque « viennent se recueillir ici », il s’agit d’une œuvre qui « témoigne du bonheur et du malheur. Certaines personnes qui possédaient parfois plusieurs commerces en centre-ville, avec leur vécu, se rendent ici, comme au cimetière. C’est très étrange ». Il ajoute même, « c’est presque une œuvre sociologique. Elle pourrait faire l’objet d’un documentaire », à partir des réactions qu’elle suscite notamment.

La forme s’ajoute au fonds : « Anthony Coulomb s’est appliqué à un cadrage particulier, et à des clichés noirs et blanc, ce qui participe au phénomène nostalgique. Cela fonctionne bien. »

Pour aller plus  loin, M. Pannetier observe que « ces gens [qui font indirectement l’objet de l’exposition] qui semblent entrer en résistance, sont aussi conservateurs, finalement. Ils ne revendiquent pas de projet précis, et ont voté, pour la plupart, pour celui qu’il critique », sans certitude qu’il ne soutiendrait finalement pas celui-ci dans le futur. Une forme de paradoxe, sur le champ de l’analyse de l’œuvre artistique… Qui amène à penser que l’on cherche parfois à « être reconnu » aux yeux de celui qui a déçu.

Info Plus :

Un vernissage en présence de l’artiste aura lieu ce soir dès 18h30, et, peut-être encore samedi soir, apprend-on auprès de la galerie From Point to Point (place de la Calade, à Nîmes).

Mickaël Attiach
mickael.attiach@objectifgard.com

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité