A la uneNîmes Olympique

NÎMES OLYMPIQUE – FC ISTRES : 1-0. C’est bien payé !

Ce n’est pas la plus belle des prestations nîmoise cette saison mais cette courte victoire assure définitivement le maintien aux crocos. Mais surtout, elle permet de continuer cette folle course derrière les grosses écuries de Ligue 2. En gagnant ce soir, la petite équipe gardoise, qui monte de National, conserve sa sixième place au classement et reprend trois points sur l’ancien troisième, Guingamp, prochain adverse du Nîmes Olympique samedi prochain.

Dans un froid glacial, la première mi-temps n’a pas permis aux 5 800 spectateurs de se réchauffer. Ce sont, à la rigueur, les supporters istréens qui ont eu le plus l’occasion de s’enflammer. Comme à la 5eme minute quand Fouad Chafik, excellent joueur, très rapide, part à la limite du hors-jeu et se retrouve seul face à Merville. Sa frappe, trop forte, passe au-dessus du but. Un ange passe dans le stade. Les nîmois réagissent timidement sur un coup-franc de Vincent Gragnic, à 22 mètres, qui est facilement intercepté par Petric. On notera enfin une belle frappe de Niangbo qui frôle la barre de Merville qui semblait battu (30’). C’est tout ce qu’il y a à dire sur cette première période où Istres a parfaitement quadrillé le terrain, jouant chaque contre avec quasiment quatre attaquants, et surtout en maîtrisant les attaquants nîmois bien transparents. Le plan du tacticien Pasqualetti est en passe de fonctionner.

Le buteur Nicolas Benezet

Seulement, la deuxième mi-temps va partir sur d’autres bases. Certainement un peu secoués à la mi-temps par leur coach, les nîmois vont marquer contre le cours du jeu. Mais personne ne va s’en plaindre. Excepté l’adversaire… Sur une bonne percée de Gragnic qui tente de repiquer dans l’axe de la défense, la défense centrale adverse repousse le ballon à l’entrée de la surface pour un Benezet qui arrive lancé et qui ouvre son pied droit pour placer une frappe en finesse au ras du poteau. 1-0. Un but qui agacera Joris Sainati, auteur d’un tacle assassin sur le tibia de Nicolas Benezet cinq minutes plus tard. L’arbitre voit jaune. Un peu léger… Dans la minute suivante, Nouri a la balle de 2-0 dans les pieds. Seul aux six mètres, oublié par la défense sur un coup-franc de Fanchone, il manque complètement son tir. Quelle occasion de tuer le match ! Au lieu de ça, il faudra craindre les assauts des joueurs des Bouches-du-Rhône comme la tentative de Yahia Chrif au-dessus des buts de Merville (62’) ou celle d’Akrour, dans la surface, qui frappe dans les bras du portier nîmois (75’). Obligés de se découvrir, les istréens vont laisser beaucoup plus d’espaces. A Koné, par exemple, qui part seul aux buts mais qui perd son duel face à Petric après avoir poussé trop loin son ballon. Ou sur cette double tentative, à la 89eme minute, de Benezet d’abord qui trouve le poteau de Petric. Le ballon revient sur Koné qui cadre son tir mais le gardien le repousse des deux poings sur sa ligne. Ce soir, Nîmes a fait le boulot. La manière n’y était peut-être pas. Mais les trois points, eux, sont bien là.

Jean-Alain Fanchone en conférence de presse

Les réactions :

Nicolas Benezet : « Ce sont trois points qui nous font voir plus haut. Après Niort, c’est le deuxième match où l’on n’est pas très brillant. Mais on n’a rien lâché. Maintenant, dans nos têtes, on pense un peu plus haut que le maintien. On est bien. On continue à gagner des matchs sans en perdre beaucoup. Si on peut aller plus haut, on fera tout pour titiller les trois premiers ».

José Pasqualetti : « Je suis déçu. On avait à cœur de poser des problèmes à des nîmois euphoriques. Il va falloir cravacher. On n’est pas récompensés. En jouant comme ça, il n’y a pas de raison, il ne faut pas se laisser abattre. Je dis bravo à Nîmes pour son efficacité extraordinaire, pour sa simplicité de jeu. C’est un groupe de qualité. On en a vu d’autres monter alors pourquoi pas Nîmes ? »

Victor Zvunka : « On a eu une première mi-temps compliquée. Mais je m’en doutais. Ils nous ont pressé, ils ont été agressifs sur le porteur du ballon, ils nous ont empêché de trouver des espaces. Ils ont des joueurs très rapides. Et surtout on n’a pas été assez collectifs. La deuxième mi-temps est de meilleure qualité. On a souffert jusqu’à la 94eme. Avec 43 points ce soir, je pense que c’est bon pour le maintien. Le premier contrat est rempli. On va voir contre Guingamp qui reste une équipe solide. Ce sera un match très intéressant. On va essayer d’être à la hauteur de l’événement. On est à la chasse des trois premiers. Il nous reste encore douze matchs à gagner ! »

Jean-Alain Fanchone : « Istres nous a bousculé physiquement, ils ont fermé le jeu et ça a été difficile de trouver nos attaquants. On a été patients. Il faut savoir prendre trois points et mettre la manière de côté. On va savourer la victoire et pour moi, perso, si on peut monter, on va monter. On a pas mal d’ambitions et pourquoi pas nous retrouver l’an prochain en Ligue 1 ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité