A la uneActualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

INNOVATION Une timide rentrée pour le tableau blanc interactif dans les écoles

Max Roustan et son adjoint devant le nouveau  "Tableau Blanc Interactif"
Max Roustan et Christan Chambon, conseiller municipal délégué aux affaires scolaires  devant le premier "Tableau Blanc Interactif" installé à l'école de la Montée de Sihol à Alès. Ph DR/RM

Le maire d'Alès, Max Roustan, l'avait annoncé : "La mise en place du tableau numérique dans les écoles se ferait sur un acte volontaire à Alès". De fait pour cette rentrée 2013-2014 seules deux écoles ont décidé de faire le pas à Alès  : la Montée de Silhol et des Prés-Saint-Jean. Quelques jours avant la rentrée la société Ordissys est venu présenter les nombreuses fonctionnalités de cet outil en présence des élus dans la classe de Jean Michel Levain le directeur de l'école de la Montée de Sihol qui s'est porté candidat. "C'est simple, ce tableau peut a peu près faire tout ce dont est capable un ordinateur en y intégrant toute les fonctionnalités d'Internet dès lors qu'il est connecté" explique M. Gallo chargé de mission chez Ordisys. Cette question de la connexion reste pourtant capitale car si des connexions sont aujourd'hui possible dans toute les écoles, elles ne sont pas encore disponibles dans chaque classe ! Or il existe une polémique sur les réseaux Wi-Fi (sans fil) et le maire admet "que l'on ne peut pas prendre la décision d'équiper toute le ville tant que cette questions n'est pas clarifée".

Pour les enseignants qui le choisissent, le Tableau Blanc Interactif (T.B.I) , un nom auquel il faudra s'habituer, est volontairement installé à la place même de l'ancien tableau. Cela nécessite donc un révolution complète des pratiques et explique sans doute les hésitations nombre d'enseignants. Pourtant une fois installé cet équipement permet à la fois de travailler comme un simple un tableau (écrire, dessiner et effacer), mais aussi comme un ordinateur vidéo-projeté capable de numériser tout ce qui s'y passe et donc tous les cours.  Des cours qui peuvent donc être chargés sur une clef USB, conservés ou même envoyés directement par Internet. L’enseignant peut aussi, du fond de la classe, écrire sur sa tablette un texte qui s’affiche immédiatement sur le tableau, ce qui correspond à une nouvelle approche de l'enseignement, le professeur étant derrière se élèves et non plus devant. C'est vrai qu'au cours d'une simple démonstration, les fonctionnalités apparaissent infinies : l'histoire, la géographie, en donnant accès à toutes les images (que l'on peut pointer modifier, commenter...) mais aussi les maths avec des outils de géométrie, le français (bibliothèques), les arts (visites virtuelles des musées). "Une véritable richesse pour des enfants qui ne voyagent pas forcément ou qui n'ont pas  accès à tout cela chez eux" commente le maire. Il faut maintenant que les enseignants puissent s'approprier le nouvel outil ! Techniquement, le tableau s'installe en moins de deux heures, il est auto porté et fixé au mur. Le vidéo projecteur, placé proche du tableau évite les ombres, la surface est mat sans reflets et on peut y travailler avec des stylets neutres (sans piles). A partir de ces deux premières expérience la municipalité espère que  l’an prochain l'installation de ces tableaux blancs interactifs s'étendra à un grand nombre d’écoles..., toujours sur le mode du volontariat.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité