A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.EconomieEconomie.

RESTOS DU CŒUR 20% de demandes supplémentaires dès le premier jour

A Alès l'équipe du vestiaire s'organise petit à petit. Ph DR/RM
A Alès l'équipe du vestiaire s'organise petit à petit. Ph DR/RM

A Alès, les restos du cœur , qui commençaient la distribution ce mardi matin, affichaient déjà 20% de demandes en plus que l'an dernier à la même période.

"On avait tablé sur 10% d'augmentation" explique la responsable du centre alésien" Ginette Gaillard, "or à dates identiques on est déjà passé de 362 à 445 inscrits. Ce qui m'inquiète c'est que bien que les différents centres présentent des caractéristiques différentes selon qu'ils soient en ville ou plutôt en campagne on s'est aperçu au fil des ans que nos évolutions étaient toujours du même ordre".  L'autre sujet d'inquiétude c'est bien évidemment l'approvisionnement. "L'Union Européenne considère aujourd'hui que chaque pays doit gérer sa pauvreté et nos approvisionnements seront donc diminués de moitié". Une inquiétude qui est amplifié par le résultat des opérations caddies. "On sent bien que les gens qui donnent sont eux-même en difficulté et ils nous le disent" explique l'une de ses collaboratrice. Au niveau des inscriptions la tendance déjà amorcée les années précédentes se poursuit avec un nombre croissant de jeunes et de personnes âges aux cotés des familles. Plus aucune tranche de la population n'est épargnée.

Au dernier moment

"Ce qui est dommage" explique Ginette Gaillard, "c'est que bien que nous recevions les gens pour les inscriptions depuis le 4 novembre, le public attend le début de la distribution (et peut-être les annonces dans les médias) pour venir s'inscrire. Or nous ne pouvons pas distribuer des produits avant d'avoir étudié la situation des demandeurs, c'est à dire que les gens repartent les mains vides. Il leur faut attendre la prochaine livraison, pour que leurs demandes puissent être prises en compte. Bien sûr nous disposons de colis d'urgence pour les cas extrêmes, mais pas pour tous ! Cette année les restos du cœur doivent faire face sur tous les fronts à Alès, d'abord pour s'adapter à ce nouveau local au Près St Jean et aux contraintes d'un déménagement dans un nouveau lieu (voir notre article) mais aussi pour organiser le travail des bénévoles. "Nous sommes pourtant déjà 72 à Alès explique Ginette Gaillard mais on nous en demande de plus en plus. Aujourd'hui il faut par exemple que nous allions ramasser directement certains produits dans les champs le soir ou le matin. Le bénévolat à ses limites... et nous ne sommes pas tous jeunes ! Pour la responsable alésienne, la charge de travail augmente régulièrement chaque année.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité