A la uneActualité générale.Actualités

SANTÉ Un nouvel établissement de soins à Caveirac à l’horizon 2015

Le futur projet d'implantation à Caveirac. Ph DR
Le futur projet d'implantation à Caveirac. Ph DR

La première pierre du projet d'établissement de soins de suite et de rééducation, situé dans le quartier de Cavermel à Caveirac  a été posée hier. Ce projet qui consiste en la relocalisation de deux établissements situés à Anduze et Notre Dame de la Rouvière comportera à terme 150 lits.

Le chantier qui a démarré en septembre comprendra près de 11 500 m2 de bâtiments pour un coût légèrement inférieur à 20 M€. Il est prévu près de 27 mois de travaux pour une livraison qui devrait donc intervenir à la fin de l'année 2015. Cette relocalisation de deux établissements gardois correspond aux préconisations de l'agence régionale de santé qui avait mis en évidence un besoin sur la région Nîmoise. La proximité du Centre Hospitalier rend cette implantation encore plus pertinente. Nommé directeur des deux établissements pendant cette période de transition, Didier Brossard commente. :  "le Centre de Soins de Suite et de Réadaptation Les Jardins géré par l'Ugecam-lr d'une capacité de 82 lits est aujourd'hui situé en zone rouge inondable et doit déménager.  Avec l'établissement de Notre Dame de la Rouvière d'une capacité de 52 lits et géré par Audavie, il a été décidé de coller aux recommandations de l'ARS et d'intégrer un bâtiment neuf avec une capacité supérieure et d'autres débouchés dans la zone nîmoise".

Un problème de déplacements

Si l'opportunité de travailler dans de meilleures conditions est évidente, la distance qui sépare le futur établissement des anciens  n'est pas sans poser de questions pour le personnel . "Il y a un certains nombre de salariés qui ne souhaitent pas travailler à Caveirac, une cinquantaine se sont déjà prononcés à ce jour, ce qui suppose un important accompagnement social de ce projet" explique Didier Brossard. "Après les entretiens, nous allons proposer à chacun d'effectuer les déplacements afin de mieux se rendre compte. Le challenge professionnel est attirant car nous auront à traiter des pathologies plus lourdes, mais sur le plan humain il va falloir rassembler des personnels de deux établissements différents et ajouter de nouveaux recrutement" commente-t-il.

Quel avenir pour les anciennes structures ?

Sur le plan des bâtiments les choses ne sont pas encore tranchées non plus. "Aujourd'hui à Anduze le classement en zone rouge ne permet pas d'imaginer de logement sur place, nous poursuivons donc notre réflexion avec la mairie d'Anduze. Sur La Rouvière, nous avons interrogé le Conseil Général et l'ARS sur une possibilité de reconversion. La réponse de l'ARS est claire, il n'y a pas de place pour un établissement sanitaire ou médico-social sur cette zone. Toutefois nous avons un réel savoir faire sur l'accompagnement des conduites addictives, et nous avons proposé au Conseil Général un projet novateur pour l'accueil des personnes atteintes de la maladie de korsakov liée à l'alcool."

 

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité