ActualitésEconomieSociété

NÎMES Le festival de la robotique, ça impressionne !

Plus d'une centaine de personnes était réunie en ce dimanche après-midi pour assister aux finales du tournoi (Photo Corentin Corger)

Ce week-end la salle du stade des Costières accueillait la 2e édition du Festival de robotique de Nîmes. Au programme, ateliers pour les enfants et tournois pour les plus grands.

Pour la deuxième année, les associations Canopé, Les Petits débrouillards et l'IUT de Nîmes organisaient ensemble le festival nîmois de la robotique. Un événement où se mêle conférences, ateliers, démonstrations, improvisations théâtrales pour partir à la découverte du numérique, de la robotique et des nouvelles technologies. Et surtout, en point d'orgue, le tournoi où ces bricoleurs de génie s'affrontent dans différentes catégories.

Trois jours pour mettre en avant la robotique qui ont démarré, vendredi, avec une ouverture du site dédiée aux scolaires. Grâce au réseau de création et d'accompagnement pédagogique Canopé, des enseignants ont animé des ateliers de programmation simple devant les enfants. Ces derniers étaient gâtés tout au long du week-end grâce à l'association Les Petits débrouillards qui ont proposé diverses activités.

Les enfants avaient de quoi s'occuper avec les ateliers des Petits débrouillards (photo Corentin Corger)

Mais ce qui attire surtout les étudiants et ingénieurs de la France entière, c'est le tournoi de robotique. Ce dernier existait à Nîmes, bien longtemps avant le festival, puisqu'il fêtait cette année sa 15e édition. "C'est le seul tournoi national qui est ouvert à tous et pas seulement réservé aux étudiants", se félicite Frédéric Giamarchi, qui fait partie des fondateurs de la compétition.

Une fois que le robot s'est élancé, il n'y a plus qu'à prier que les réglages soient les bons (photo Corentin Corger)

Le tournoi se compose en quatre épreuves. Il y a le parcours de Formule 1 où les robots autonomes doivent suivre un tracé et contourner des obstacles. Une fois que le chrono est lancé, les candidats n'ont plus qu'à prier que la programmation mise en place soit la bonne. Une micro précision qui devient encore plus impressionnante sur le labyrinthe mur car il y aussi le labyrinthe ligne.

L'épreuve, "la plus compliquée car peu de joueurs arrivent à rejoindre l'autre bout du parcours", d'après Frédéric, car le robot doit avoir enregistré toutes les possibilités du labyrinthe. Enfin, la journée s'est terminée par le combat de sumo, la compétition la plus spectaculaire où le robot doit faire sortir son adversaire du cercle.

La difficile épreuve du labyrinthe mur (photo Corentin Corger)

Un bel événement qui montre encore une fois la diversité et le savoir-faire de notre territoire et qui a un bel avenir devant lui.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité