A la uneActualitésGardSociété

TOROS Arles rend hommage à la photo avec une corrida instantanée

Paseo devant une arène bien garnie (Photo Anthony Maurin).
Maxime Solera en avril 2019 à Arles. Ce jour-là, il avait mis à mort son adversaire sans se servir de sa muleta... (Photo Archives Anthony Maurin).

C'est une sorte de Polaroïd réaménagé. Un instantané, forcément pris sur le vif d'une partie du spectre taurin actuel. Ce samedi, les arènes arlésiennes seront le théâtre d'une corrida spéciale qui verra Maxime Solera prendre l'alternative et devenir matador de toros devant une course de La Quinta.

Arles et la photographie. Un tandem difficilement dissociable ! Arles a beaucoup donné au monde de la photo et le monde de la photo, qui aujourd'hui plus que jamais est sur le devant de la scène, le lui rend. Comme un symbole, la corrida de samedi signe aussi l'ouverture des Rencontres de la photographie, chères à cette belle cité bucco-rhodanienne.

Pour l'occasion l'organisation a décidé de rendre hommage à la photographie avec 15 clichés en noir et blanc qui décoreront les arènes, des burladeros aux gradins. Des clichés de Clergue, Farine, George et bien d'autres pour se remémorer l'histoire taurine des arènes d'Arles.

Morante de la Puebla à Arles (Photo Archives Anthony Maurin).

Toujours dans les arènes, cette course estivale, rare ici, rendra donc un hommage à la photo mais aussi aux toros. Oui, c'est une des ganaderias préférées de l'empresa Jean-Baptiste Jalabert, celle de La Quinta, qui a envoyé les exemplaires du jour. Un encaste plaisant, aux robes séduisantes et au mental de soldat.

Pour défiler sur le sable chauffé de la piste, deux artistes et un guerrier. Commençons par le début, le chef de lidia. Morante de la Puebla sera Arlésien ce 3 juillet. Le maestro a dit qu'il avait suffisamment toréé des toros d'encaste Domecq et qu'il voulait passer à autre chose, c'est fait car les toros du jour seront plus piquants. Par le passé, on l'a vu détaler devant de tels bichos mais allez savoir... Tout le monde change avec la temps ! Morante veut enfin se mettre à toréer donc allons le voir une nouvelle fois, croyons en lui et il sera à la hauteur de nos espérances. Lui, le tableau dans le tableau, sera bel et bien à voir, à bien voir.

Pablo Aguado ici à Nîmes en 2019 (Photo Archives Anthony Maurin).

En deuxième sortie, un autre artiste, Pablo Aguado. Artiste jusqu'au bout de la muleta, le jeune diestro est apprécié par l'aficion française car c'est dans notre pays qu'il s'est enfin dévoilé au grand public après des débuts poussifs en Espagne. Doux et suave, son toreo est aussi instinctif, intuitif. La lumière qu'il dégage se retrouve en piste. En plus de tout cela, Pablo Aguado arrive à embarquer la charge du toro dans des courbes improbables et des nuances adorables. Sa tauromachie est artistique, solaire pour sûr, mais Aguado propose autre chose, un supplément d'âme qui emporte le spectateur dans un monde où lui seul a des repères. Suivez-le.

Maxime Solera à Arles lors de la dernière feria de Pâques 2019 (Photo Archives Anthony Maurin).

Enfin, Maxime Solera deviendra matador de toros. Enfin. Il arborera une cape de paseo de Christian Montcouquiol Nimeño II. Pour le futur maestro : "Ce sera un immense honneur pour moi. Nimeño a tracé de la plus belle des manières le chemin des toreros de France, et je suis forcément très fier de pouvoir arborer ce symbole. L'an passé, dans ces mêmes arènes d'Arles, j'aurais dû prendre l'alternative face à une corrida de Miura et ce geste aurait eu une signification encore plus particulière. Ce sera finalement une autre belle affiche, avec les toros de La Quinta mais je voulais lui rendre hommage et montrer qu’il sera toujours un exemple. Cette cape me permettra d'aborder le rendez-vous de samedi avec force, car l'héritage du torero à qui elle appartenait est puissant et magnifique. Je remercie toutes les personnes qui ont rendu tout cela possible."

Les toros de La Quinta pour cette corrida en hommage à la photo (Photo Arènes d'Arles).

Un moment fort dans la vie de jeune torero mais surtout dans la vie de l'homme. Oui, derrière chaque cape se cache un homme. Un autre. Maxime a gagné sa place comme on dit, cette place dont il rêve depuis qu'il est enfant sur les rives du Rhône. Solera, c'est le don de soi, c'est le travail, la puissance, la persévérance, la ténacité. Mais Solera, c'est aussi la douceur, le tact, l'intelligence, le placement, la justesse mais Solera c'est avant tout, l'envie. Tout cela, vous le verrez dans l'amphithéâtre romain qui va voir en son sein se dérouler une énième bataille. Cette fois, c'est décidé, Maxime Solera sera matador de toros et commence une nouvelle vie. Sa place est méritée, à lui de jouer, suerte a todos !

Anthony Maurin

C'est par ici pour acheter vos places. Présentation du Pass sanitaire obligatoire pour cet événement. Places disponibles au guichet des arènes : de 9H30 à 12H30 et de 13H30 à 17H30, par téléphone: 0891 700 370 ou sur internet: http://www.arenes-arles.com. Lundi 5 Juillet aura lieu la Cocarde d’Or, la plus grande des courses camarguaises. Les meilleurs raseteurs du moment se disputeront le plus prestigieux des trophées

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité