A la une
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 06.10.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 638 fois

CONCOURS Maya et Trinitée décrochent le podium au Sommet de l'élevage !

Avec Maya et Trinitée, Noa et Mathieu Saignol ont décroché la médaille de bronze. (Photo Corentin Migoule)

Pour la toute première fois, un éleveur gardois participait ce jeudi au Sommet international de l'élevage à Cournon-d'Auvergne (relire ici). Avec Maya et Trinitée, Mathieu Saignol, originaire de Mauressargues, vient de décrocher la 3e place dans la catégorie "Vaches Gasconne des Pyrénées suitées". 

La délégation gardoise qui a fait le voyage à Cournon-d'Auvergne pour assister au Sommet international de l'élevage vient tout juste de sabrer le champagne. "On est en train de fêter ça, dans la joie et la bonne humeur", a en effet confié Mathieu Saignol, au cours d'un appel téléphonique, il y a quelques minutes. Et pour cause ! L'éleveur mauressarguais, dont l'exploitation fête ses dix ans cette année, vient de décrocher la troisième place de ce concours réputé dans la catégorie "Gasconne des Pyrénées suitées", grâce au couple formé par Maya (6 ans) et Trinitée (6 mois).

Pourtant le quadragénaire n'y croyait guère ! "Notre victoire on l'a déjà acquise en étant sélectionné", disait-il humblement en fin de semaine dernière, à quelques jours du périple auvergnat. Mais, comme l'indiquait si bien sa fille, Noa, "dans ce type de concours, rien n'est joué d'avance". Et, contre toute attente, à l'unanimité des juges, les deux vaches nées sur l'exploitation mauressarguaise ont été récompensées d'un podium. "Honnêtement, vu ce qu'il y a devant nous, les deux premières places étaient inaccessibles", a commenté Mathieu Saignol.

Tulipe, la petite nouvelle

Rappelant sa fierté d'endosser le rôle d'ambassadeur de l'élevage gardois, le dernier nommé, accompagné de la Chambre d'agriculture du Gard, du syndicat des bovins et de la Fédération départementale des syndicats exploitants agricoles 30, entre autres, n'a pas caché son émotion : "Je suis ému pour plusieurs raisons. C'est d'abord la récompense de dix ans de dur labeur. Et puis le fait de sentir cette chaleur humaine, cette solidarité, et toute cette filière qui est derrière toi, ça touche !" 

En plus d'une plaque souvenir, Noa, Mathieu, Maya et Trinitée devront faire une place à la petite nouvelle pour le trajet retour qui aura lieu ce vendredi. Tulipe, une génisse, Gasconne des Pyrénées, "qui arrive d'un élevage de Haute-Garonne avec de très bonnes origines", rejoint la petite famille. "On l'a acquise aux enchères sur le salon", a précisé le quadragénaire. "Un beau cadeau" dont profitera sa jeune fille de 18 ans, laquelle "pourra préparer son installation sur de bonnes bases". Et Mathieu Saignol de conclure : "Ça sera un peu son souvenir de Cournon !"

Ce week end, Maya et Trinitée auront regagné leurs prés "pour un repos bien mérité". L'agriculteur mauressarguais, qui est aussi gérant d'un réseau d'eau potable, gardera en mémoire "l'affluence incroyable" générée par le salon et "un engouement qui réchauffe le cœur". Noa, dont l'avenir dans la profession est étroitement lié à celui de l'abattoir d'Alès, jugé "indispensable pour se lancer", a quant à elle trouvé une raison supplémentaire de perpétuer l'héritage de l'élevage de la Coste, en dépit des obstacles qui se dresseront.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais