A la une
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 09.04.2020 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1754 fois

DES NOUVELLES DE… Christian Bastid, conseiller départemental PCF de Nîmes

En cette période de confinement, Objectif Gard continue de parler politique. Du lundi au vendredi à 18h30, retrouvez le portrait d’un ou d’une élu(e) confiné(e). État d’esprit, mode de vie et point sur les dossiers… Restez connectés !
Christian Bastid, conseiller municipal d'opposition à Nîmes et conseiller départemental PCF du canton de Nîmes 2 accompagné de son chien, Marley (Photo : droits réservés)

Enfermé chez lui avec sa compagne, Christian Bastid respecte à la lettre le confinement. À distance, le communiste essaie de poursuivre ses fonctions d’élu départemental et municipal nîmois. 

Comme des millions de Français depuis le 17 mars, Christian Bastid est confiné chez lui. Pas question de quitter son domicile, de peur de mettre son entourage en danger. « Je fais les courses une fois par semaine, lorsque c’est vraiment nécessaire », commente celui qui, en y allant, klaxonne devant chez son fils pour faire coucou du balcon à mes petits-enfants.

Des communistes connectés

Une fois rentré chez lui, « nous mettons en place un sas de sécurité, conseillé par les professionnels de santé »,  confie sa compagne, Claudie, « cela passe par un changement de vêtements après chaque sortie et une douche si nous croisons du monde. » Chez eux, le couple profite de leur jardin ainsi que de leur compagnon à quatre pattes, Marley, un golden de trois ans et demi. 

Côté politique, le président du groupe PCF au Conseil départemental réunit virtuellement ses collègues : « Nous faisons une réunion par semaine via WhatsApp. » D'ailleurs le Nîmois s’aperçoit bien « que dans les Cévennes, il y a des problèmes de réseau… Notre camarade Jacky Valy sur le canton de Rousson a du mal à se connecter ! »

Crise sanitaire ou non, « nous sommes toujours sollicités par des personnes en difficultés. Ça peut concerner un logement, une perte d’emploi ou la fin d’indemnité chômage. » Alors, « on essaie de les mettre en lien avec les assistances sociales et autres services du Département », poursuit Christian Bastid. 

En marge de la gestion de crise

Concernant la Ville de Nîmes, l’action est un peu moins évidente. Dans l’opposition, les élus Front de Gauche, présidés par la communiste Sylvette Fayet, n’ont « pas voix au chapitre » : « nous avons indiqué que nous étions à la disposition du maire. Mais Jean-Paul Fournier ne nous a associé à aucune décision... C’est dommage, dans une situation aussi exceptionnelle que cette crise sanitaire, on a besoin des idées de tout le monde ! »

Des idées ? « Nous pouvons servir de relais entre la mairie et certaines associations, comme les Restos du cœur à qui il manque des masques », répond Christian Bastid. Au communiste de constater « qu’en période de confinement, on dépense plus d’argent puisque nous faisons davantage de courses. Il faudra rester vigilant lors de la reprise économique, pour éviter un maximum les licenciements. L’État devra donc jouer pleinement son rôle et certains devront rogner sur leurs dividendes. » 

Crise sanitaire ou non, la politique, elle, n'est pas confinée... 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais