A la une
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 31.08.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 5138 fois

ÉDITORIAL Nouveau transport nîmois : vraiment choisi ou simplement subi ?

Le tram'bus (Photo : Objectif Gard)

Après l'inauguration de la nouvelle ligne TER de la Rive droite du Rhône dans le week-end, lundi, ce sont les habitants de Nîmes métropole qui ont assisté à l'inauguration des nouvelles lignes Trambus. Quatre nouvelles lignes en "T" pour Tramway même si nous rassurons tout le monde, il s'agit bien de bus et non pas d'engins en acier circulant sur des voies ferrées. Ces cars bénéficient cependant de voies dédiées pour circuler. La promesse est là, celle de se rendre d'un point A à un point B plus rapidement. À l'occasion de l'ouverture de ce nouveau réseau, les équipes de la Métropole et du délégataire Transdev Nîmes en ont profité pour réaménager toutes les autres lignes. Après une concertation publique de plusieurs semaines en début d'année. Au final, il y a les gagnants, très heureux de découvrir qu'à présent le bus passe devant leurs portes. Et ceux mécontents qui à coup de pétition et d'appels vengeurs au standard de l'entreprise de transport, protestent d'avoir désormais plusieurs centaines de mètres à faire, voir davantage, pour trouver un bus pour aller bosser. D'autres encore, plus en colère, n'hésitent pas à citer une ancienne marque de peinture française, Ripolin, très utilisée au début du XXe siècle, pour comparer ce grand coup de com'. Il est évident que dans un budget contraint par le contexte de crise de l'énergie et de l'inflation galopante, un marché public négocié il y a plus de trois ans par l'ancienne équipe aux manettes de surcroît, Transdev ne pouvait pas faire de miracles. Nîmes métropole non plus même si Franck Proust, son président, demeure ambitieux. Il est toutefois dommage de constater qu'au moment où l'on nous rebat les oreilles avec l'impérieuse nécessité de privilégier le transport collectif comme alternative à la voiture individuelle polluante, le réseau nouvellement en place laisse sur le carreau une partie des habitants. Lesquels n'auront d'autres choix que de ressortir du garage leur véhicule à moteur pour aller travailler ou emmener les enfants à l'école. Espérons donc que les prochaines semaines offriront l'occasion d'aménagements sur les nouvelles zones blanches nîmoises. Attendre et voir.

Abdel Samari

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais