A la une
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 18.11.2021 - boris-boutet - 2 min  - vu 1073 fois

EXPRESSO Travaux du Pont de Provence : Aigues-Mortes face au défi de la mobilité intra-urbaine

Le maire d'Aigues-Mortes, Pierre Mauméjean. (photo Boris Boutet)

Avec la destruction et le remplacement du Pont de Provence, Aigues-Mortes sera privé au cours du premier semestre 2022 de sa principale voie d'accès. Ainsi, à partir du 3 janvier, l'accès à la ville se fera uniquement par le chemin de la Pataquière, ce qui pourrait provoquer des encombrements. Mais ce qui inquiète aussi les élus, ce sont les mobilités intra-urbaines rendues difficiles sans le Pont de Provence. 

Dans une lettre ouverte adressée à la SNCF, aux Voies navigables de France (VNF) et aux responsables des collectivités locales et nationales, l'opposant municipal Joachim Rams s'inquiète de l'absence de passage piéton permettant de passer d'un côté et de l'autre du canal. Selon lui, cette situation prive "des milliers de citoyens de mobilités intra-urbaines leur permettant de bénéficier de tous les services du quotidien."

"Depuis le 27 mai 2021, un arrêté municipal a conduit à l’interdiction des passages piétons sur le pont tournant SNCF de la Radelle, rappelle-t-il dans son courrier. Cette interdiction était présentée comme une mesure de sécurité temporaire prise pour une durée de six semaines dans l’attente de travaux à intervenir. À ce jour, les travaux n’ont toujours pas été engagés et l’interdiction du passage des piétons perdure, alors que curieusement le passage des trains se poursuit normalement à proximité."

Une navette urbaine mise en place

En conséquence, Joachim Rams réclame que qu'une passerelle "posée en appui sur des parties saines du quai soit mise en place afin permettre le passage en toute sécurité des piétons jusqu’au pont tournant." Une solution refusée par la SNCF selon le maire, Pierre Mauméjean. Son équipe réfléchit donc à d'autres options pour ne pas enclaver la cité.

"Nous allons mettre en place une navette gratuite sept jours sur sept qui permettra la traversée du canal, expose-t-il. Il ne s'agira pas d'un taxi urbain mais d'un service permettant aux piétons d'aller d'un côté et de l'autre de la rive. La seule problématique non résolue pour le moment est celles des vélos qui devront faire un détour important pour traverser le canal."  Pendant les six premiers mois de 2022, les Aigues-Mortais devront s'adapter avant de retrouver un Pont de Provence opérationnel et modernisé.

Boris Boutet

Boris Boutet

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais