A la une
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 25.09.2016 - elodie-boschet - 2 min  - vu 192 fois

FAIT DU JOUR Hautes-Cévennes : un village médiéval édifié à flanc de colline

Laeticia, Frédéric, Hugo et Alain sur le chantier des Fous de la Sogne. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Laeticia, Frédéric, Hugo et Alain sur le chantier des Fous de la Sogne. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

On les appelle les Fous de la Sogne. Plusieurs passionnés se sont lancés, en 2009, dans la construction d’un village médiéval sur la montagne d’Aujac, en Hautes-Cévennes. Le chantier devrait s’achever en 2045.

Le panorama sur les massifs des Cévennes est imprenable. Le terrain, coincé entre deux sources, s’étend sur un peu plus de trois hectares, entre faïsses, châtaigniers et quelques anciennes vignes de cépages oubliés. C’est ici, loin de toute agitation, qu’une bande de copains concrétise son rêve : celui de bâtir, grâce à des techniques anciennes, un fortin et son village médiéval à taille humaine. « Avec ce projet, on revient à des valeurs essentielles dans un monde en perte de repères. C’est une forme de thérapie », explique Frédéric, son initiateur.

22 mars 2009. La première pierre est posée. Une dizaine de bénévoles, amoureux de la pierre sèche, agriculteurs ou simple curieux, ont rejoint l’aventure. Ils savent que le chantier sera long, minutieux et parfois pénible. Mais l’enthousiasme est là. « On est pas pressé. Si on met dix ans au lieu de trois, c’est pas grave », souligne Frédéric. Sept ans plus tard, une maisonnette et plusieurs murets de pierres s’élèvent sur le site. Les deux tours du fortin ne sont pas encore construites, mais leur base est là. « Elles n’excèderont pas six mètres de hauteur », précise le créateur du projet.

Les Fous de la Sogne utilisent des outils anciens pour construire le village. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Mais pour que le village prenne forme, il faudra encore du temps et beaucoup de main d’œuvre. Jusqu’à présent, environ 2 000 personnes ont apporté leur pierre à l’édifice. Souvent des groupes de scouts, en juillet et août, et d’autres participants venus des quatre coins de France mais aussi d’Europe. « L’été 2014, nous étions 150 sur le site ! », se souvient Frédéric. L’hiver, les bénévoles sont moins nombreux mais le chantier continue, lentement mais sûrement. Il faut extraire la pierre, travailler le bois, réaliser de l’enduit de torchis… « Nous voulons montrer que nous pouvons recréer de l’habitat avec nos propres ressources », commente Alain, formateur bâti-rural et partie prenante du projet depuis ses débuts.

D’ici 2045, le fortin, une quinzaine de petites maisons et leurs ateliers sur les métiers du moyen-âge devraient sortir de terre grâce aux petites mains de ces passionnés. Au village et ailleurs, on continue de les appeler les « Fous ». Des Fous qui espèrent la relève, un jour, pour que les savoir-faire d’antan ne tombent jamais dans l’oubli.

La page Facebook des Fous de la Sogne ici.

Élodie Boschet

Elodie Boschet

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais