A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 19.08.2018 - corentin-corger - 4 min  - vu 943 fois

FAIT DU JOUR Un Olympico à l'accent du sud

Pour son retour au stade des Costières en Ligue 1, après 25 ans d'absence, Nîmes accueille l'Olympique de Marseille, ce dimanche soir à 21h.
10 495 supporters pour cette belle affiche. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Bernard Blaquart, coach du Nîmes Olympique, très impatient d'affronter l'OM (photo Corentin Corger)

L'Olympico, ce terme est d'habitude réservé aux affrontements entre l'Olympique Lyonnais et l'Olympique de Marseille. Mais cette année un troisième Olympique entre dans la danse, celui de Nîmes. NO-OM, une affiche rêvée pour le retour de la Ligue 1 au stade des Costières, qui fait resurgir ce grand duel des années 1970. 

On a toujours dû mal à réaliser, mais oui, le Nîmes Olympique a gagné le droit de faire partie de l'élite du football français et donc d'affronter les meilleures équipes. Parmi elles, l'OM, certainement le meilleur club de l'histoire du football français. Où comment jeter un gros pavé dans la mare après trois lignes ! Pour goûter à nouveau à la saveur de la Ligue 1 et plus de la Division 1, comme les Crocos l'ont connu lors de leur dernière apparition en 1993, il fallait un club historique.

D'autant plus l'OM, dont la rivalité avec Nîmes était forte au début des années 1970. En 71-72, au terme d'une saison haletante, les Phocéens privaient les Gardois du titre de champion de France qui échouaient à la deuxième place. Ils ne reproduiront jamais une telle performance. Et puis, les années ont passé, le Nîmes Olympique a décliné et les affrontements entre les deux équipes se sont faits plus rare. Tellement rare, que les Crocos n'ont jamais battu l'OM au stade des Costières en seulement trois rencontres. Toutes compétitions confondues, cela fait huit matches consécutifs que les joueurs de la Canebière battent les Rouges. Le dernier succès nîmois (1-3) remonte au 7 novembre 1981 où Cubaynes, Castagnino et Lucchesi faisaient taire le Vélodrome. Un temps que les moins de 20 ans et même de 37 ans ne peuvent pas connaître !

Place au présent désormais. Nîmes a montré en allant au-delà du réel à Angers, qu'il n'y avait pas de complexe à avoir à l’échelon supérieur. Mais le deuxième morceau est d'un autre calibre, déjà leader du championnat avec l'ambition de se qualifier pour la Ligue des Champions. Un terme encore inexistant dans le vocabulaire des Crocos qui visent le maintien. Néanmoins, ils réussissent la performance avec leur adversaire d'être la meilleure attaque de cette première journée avec quatre buts marqués.

Bernard Blaquart : "l'insouciance de ces jeunes est un atout"

Gaëtan Paquiez et Théo Valls font partie de cette jeunesse insouciante (photo Norman Jardin)

Le spectacle promet donc d'être au rendez-vous surtout quand le coach Bernard Blaquart semble poursuivre dans son schéma en 4-4-2. "On ne va pas se renier, un aura sur le papier une équipe offensive. On essaiera dans ce match-là, au moins de temps en temps, d'attaquer. Est-ce que l'on aura la possibilité ? Ça, j'en sais rien", s'interroge Bernard Blaquart, avec le sourire. Jouer au ballon, c'est en tout cas ce qui a été travaillé à l'entraînement jeudi matin. Des équipes de six joueurs qui s'affrontaient sur un petit terrain sous l’œil attentif de l'entraîneur. "Soyez patients, ne vous affolez pas, préparez les actions", étaient les consignes que l'on pouvait attendre au bord de la pelouse.

L'équation est la même qu'au premier match, un groupe inexpérimenté et jeune, mais qui prend davantage de proportion face à Marseille. "L'insouciance de ces jeunes est un atout, il faut qu'on la garde tout en progressant, en étant un peu plus mature, c'est un équilibre", poursuit le coach. En tout cas pour cette affiche, il n'est pas inquiet sur la faculté de ses hommes à se lâcher. "Ces joueurs ne réfléchissent pas trop, ils ont l'impression que rien n'est impossible. C'est l'histoire récente du club qui fait ça, certains ont vécu les montagnes russes."

Ne pas se poser de questions, c'est sans doute ce qui pousse cette équipe à déplacer des montagnes et à être si surprenante. "Là c'est le Tourmalet, après on aura le Galibier et Isola", plaisante Bernard en comparant les prochains adversaires des Crocos à des cols hors catégories. Un tel affrontement aide à progresser mais le Nîmes Olympique est toujours en phase de test, "il faudra sept ou huit matches pour voir si on peut espérer quelque chose dans ce championnat." Le technicien gardois qui a déjà pu tirer des leçons, après le premier match, sur les points faibles de son équipe : "on a des lacunes plutôt défensives, faut qu'on progresse. On l'a vu à Angers, en Ligue 1 les erreurs défensives se payent très rapidement."

Un match pour Bozok, l'ancien marseillais ?

Jérôme Arpinon, entraîneur adjoint, glisse quelques conseils amicaux à son buteur Umut Bozok (photo Corentin Corger)

Umut Bozok a porté les couleurs de Marseille, mais celles de Consolat, l'autre club de la ville. Il avait terminé meilleur buteur de National avec 20 réalisations lors de la saison 2016/2017. Deux ans plus tard, l'attaquant a l'opportunité de jouer face au club emblématique de la cité phocéenne. Pas totalement dans le coup à Angers, son coach veut rassurer sur un état de forme. "On a beaucoup parlé de ses problèmes de contrat, j'en ai parlé avec lui. On met ça de côté pour l'instant. Il va avoir la tête tranquille sur le terrain. Il a eu des petits ennuis de santé pendant la préparation, faut pas l'oublier."

Malgré ça, coach Blaquart a confiance sur la capacité de son buteur à s'adapter à la Ligue 1 : "je ne m'inquiète pas. Il aura moins de ballons dans les 16 mètres, qui est son point fort. Mais je ne me fais pas de souci." Un but face à l'OM serait un bon moyen de prouver son intégration dans ce championnat mais relancerait aussi l'intérêt des autres clubs à une dizaine de jours de la clôture du mercato. Une affiche dont les joueurs veulent se montrer à la hauteur. La plupart d'entre eux sont des supporters de l'OM et pour éviter la confusion, Bernard a toujours le bon mot: "on va leur dire de ne pas échanger le maillot avant le match !".

Il faut réserver cela pour la fin, quand Mandanda voudra le maillot de son bourreau Ripart. À chacun son scénario !

Corentin Corger

Le groupe des 19 joueurs retenus : Bernardoni, Valette - Paquiez, Alakouch, Lybohy, Briançon, Landre - Savanier, Valls, Diallo, Bobichon - Ripart, Bozok, Depres, Thioub, Bouanga, Vlachodimos, Denkey et Guillaume.

Compo probable : Bernardoni - Alakouch, Briançon (cap.), Landre, Paquiez - Thioub, Savanier, Diallo, Bouanga - Ripart, Bozok.

Absence : Alioui, Valdivia, Harek (blessés) et Miguel (suspendu).

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais