Publié il y a 1 an - Mise à jour le 09.10.2022 - tony-duret - 4 min  - vu 824 fois

FAIT DU SOIR Première assemblée citoyenne de la Nupes : Sala fait !

Sylvain André (à gauche) et le député Michel Sala (au centre) lors de la première assemblée citoyenne de la Nupes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce dimanche matin, la salle Pelico à Anduze hébergeait la première assemblée citoyenne de la Nupes dans le Gard. Au vu des résultats des dernières Législatives, et l’élection d’un seul député Nupes (Michel Sala), c’est logiquement dans la 5e circonscription du Gard qu’un peu plus de 150 personnes ont tenté de poser les bases de cette vaste union de la Gauche. 

À l’heure de la messe ou de Téléfoot, Michel Sala et les membres de la Nupes ont pris le pari de réunir les citoyens de la Gauche pour « coordonner l’action politique sur le territoire ». Vaste programme quand on sait que la Nouvelle union populaire écologique et sociale, la Nupes donc, réunit en son sein plusieurs mouvements ou formations politiques que sont La France insoumise, Europe Écologie Les Verts, le Parti communiste et le Parti socialiste pour ne citer que les principaux. 

Après le café et le traditionnel quart-d’heure Gardois, les citoyens ont rapidement démontré que les idées fusent aussi le dimanche. Évidemment, avant cela, il a fallu passer par la présentation des différents représentants des partis politiques qui ont tous insisté sur la nécessité du rassemblement, à coups « d’union fait la force », et de « volonté de construire ensemble »… Et s’il y avait eu un représentant du Parti socialiste sur les chaises destinées aux politiques, le message aurait été encore plus crédible. 

Tous au régime !

Mais l’heure n’était pas aux bisbilles politiciennes. Le public avait envie de parler, de proposer, d’alerter, et surtout de se faire entendre. Les sujets sont variés. Le premier à prendre la parole commence fort : « Faut-il être un riche touriste pour se loger ici ? » Comme beaucoup d’autres citoyens, il n’aura pas une réponse précise à sa question puisque l’objectif, comme le rappelle un organisateur de cette matinée de réflexions, est de « s’organiser pour travailler ensemble et de définir les objectifs de la Nupes ». 

Environ 150 personnes étaient réunies ce matin à la salle Pelico à Anduze pour cette première assemblée citoyenne de la Nupes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Mais les thèmes résonnent évidemment avec l’actualité, avec le quotidien. Le député Michel Sala tend l’oreille. Il entend une femme faire part de son inquiétude : « Nous sommes contre les militaires qui vont débouler dans nos Cévennes ». Un autre enchaîne : « On est tous soumis à un régime d’amaigrissement (…) J’aimerais un retour sur les décisions prises par les tenants du poujadisme. Il faut fournir des repères à la population pour ne pas qu’elle se fasse berner ». À l’heure de la sobriété énergétique, il est malgré tout chaudement applaudi. Une troisième se présente, c’est Brigitte qui profite de ses vacances pour assister à cette réunion. Elle écoute les débats depuis une petite heure et semble admirative : « Je suis très surprise de vous retrouver tous ici et surtout aussi unis. Je suis preneuse car nous, en Dordogne, on n’y arrive pas ». Le public, autant surpris que ravi d’être cité en exemple, applaudit à nouveau. Et la sobriété énergétique en reprend un coup.

La Nupes aux soirées étudiantes ?

Ça repart. Le micro vole de mains en mains. Et maintenant les gestes barrières… Le Gouvernement n’aurait pas tenu dix minutes ce matin à Anduze. Sans compter les prises de parole qui ne lui étaient pas franchement favorables. Les citoyens présents ont d’ailleurs été invités à participer à la marche contre la vie chère et l’inaction climatique qui aura lieu dimanche prochain, 16 octobre, à Paris. Mais un fin observateur, venu de Génolhac, trouve à redire à l’affiche posée derrière les élus : « L’urgence absolue, c’est la catastrophe climatique en cours. Et ce qui m’emmerde, c’est que sur l’affiche « Marche contre la vie chère » est en gros et le reste en petit ». Les détails…

L'affiche de la marche contre la vie chère qui a fait réagir un citoyen. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Après deux heures de réunion, les mains continuent de se lever. Sous l’oeil de Sylvain André, le maire communiste de Cendras assis à ses côtés, Michel Sala tente de répondre à certaines questions. Sur la présence de l’Armée à Saint-Jean-du-Gard, il tacle la Safer : « Il faut redéfinir son rôle. On ne peut plus continuer avec une Safer qui joue le rôle d’une agence immobilière ». Il promet aussi de mettre à disposition du grand public les votes des élus Les Républicains et du Rassemblement national à l’Assemblée nationale. 

Mais il n’y a pas que le Gouvernement, l’Armée, la Droite et son extrême qui en prennent pour leur grade. La jeune Nupes - une grande partie de l’assemblée en semble consciente - a encore du chemin à parcourir. « D’abord, commence une femme, je n’ai pas de problématique. Je suis une citoyenne et j’ai des problèmes. Et ce qui me gonfle, c’est quand je vois sur les marchés deux ou trois composantes de la Nupes qui distribuent des tracts différents ». Une dissonance qui pourrait jouer des tours à la Nupes ? Sylvain André alerte : « On a besoin du rassemblement de la Gauche et on a créé un véritable espoir. Mais il ne faut pas reproduire l’hégémonie d’un parti sur les autres. » Tom, 23 ans, certainement l’un des plus jeunes de cette assemblée grisonnante, acquiesce. Lui, pour fédérer tout le monde, il propose « des soirées étudiantes pour parler de politique dans la bonne humeur ». Et d’imaginer Michel Sala, Jean-Michel Suau ou Geneviève Blanc débattre tout en dansant avec les jeunes sur la piste du Carré Rose, là on ne sait pas si Brigitte de Dordogne va s’en remettre. 

Tony Duret

Tony Duret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio