Publié il y a 1 an - Mise à jour le 10.09.2022 - corentin-migoule - 3 min  - vu 2034 fois

FOOTBALL Trop généreux, l'OAC reçoit la fessée auxerroise

Mahamat et les siens chutent lourdement face à la réserve de l'AJ Auxerre. (Photo Fabrice Fourès)

Le onze oacien chute lourdement face à la réserve de l'AJ Auxerre. (Photo Fabrice Fourès)

Plombé par un quart d'heure cauchemardesque et une multiplication d'erreurs individuelles, l'Olympique d'Alès en Cévennes s'incline lourdement face à la réserve d'Auxerre (1-5) malgré une belle réaction d'orgueil en deuxième période.

Le match. Le premier quart d'heure n'est pas tout à fait un round d'observation, mais celui-ci se résume à une grosse bataille dans l'entrejeu pour le gain des duels. Discipliné tactiquement et très concerné, l'OAC a fort à faire face au très athlétique onze auxerrois. La première occasion du match est à mettre au crédit d'Ousmane Camara, qui profite d'une erreur d'appréciation de Mogès pour pénétrer dans la surface cévenole. Il faut un retour salvateur de Fofana en taclant pour stopper ce rush à l'issue duquel l'attaquant visiteur réclame un pénalty suite à une main du premier nommé. L'estimant involontaire, l'arbitre ne l'accorde pas (17e).

Aux prises avec un adversaire dans son couloir droit, Lenny Houelche perd un ballon, subtilisé par N'gatta. Le décalage à l'opposé du dernier nommé pour Silvestre suffit à prendre à revers la défense alésienne et le meneur de jeu bourguignon, d'un délice de tir enveloppé du pied gauche, bat Moreau (0-1, 22e). Cette ouverture du score plonge les Alésiens dans le doute, tandis qu'elle donne confiance à des visiteurs inspirés. L'enchainement de la paire Silvestre-Krizoua surprend la charnière centrale oacienne et, si Moreau est d'abord décisif, sa parade est bien suivie par les attaquants auxerrois, lesquels s'y reprennent à deux fois pour pousser le ballon de la tête au fond des filets (0-2, 28e). Alès n'y est plus et ça tourne à la correction quand Camara, après avoir enrhumé Mogès, crucifie le portier cévenol (0-3, 30e).

Stupeur parmi les spectateurs de la tribune de Louis-Pautex, surpris par ce passage à vide des locaux après un premier quart d'heure tout à fait équilibré. Sur un temps mort, alors qu'un Auxerrois sollicite un soigneur, Diaguely Dabo tente de sonner la révolte. Ça grogne aussi du côté du capitaine, Yann Djabou. Le moment choisi par Stéphane Saurat pour opérer un double changement avec les entrées de Peyrard et Franco à la place de Ben Nasr et Balmy, dans le dur (36e). Autant d'éléments qui semblent faire du bien aux Oaciens, bien décidés à réduire l'écart au plus vite. Mais le bloc bourguignon est étanche et ne laisse rien filtrer. Tout l'inverse de celui des Alésiens qui s'effrite à nouveau dans le temps additionnel de ce premier acte cauchemardesque. Dabo s'emmêle les pinceaux plein axe. Moreau sort de ses buts, pensant lui venir en aide, mais se troue à son tour. Chapelle n'a plus qu'à accompagner le ballon au fond des filets pour corser l'addition (0-4, 45+2). Terrible !

Le réveil cévenol, insuffisant

Les vestiaires alésiens ont dû trembler à la pause ! Nouvel entrant, Peyrard est bien dans son match. C'est lui qui décoche la première frappe oacienne du match après une remise en retrait de Dabo. Insuffisant pour tromper Laiton, vigilant (51e). Au terme d'une chevauchée fantastique, Djabou passe en revue une demi-douzaine d'Icaunais avant de frapper du droit, son mauvais pied, obligeant malgré tout le portier visiteur à réaliser une horizontale (55e). Alès est mieux, Alès pousse, et c'est logiquement que Mahamat réduit l'écart en marquant un joli but après avoir dribblé le gardien (1-4, 58e).

Hélas pour l'OAC, cette soirée ressemble à un condensé d'erreurs individuelles. Sur un ballon a priori anodin à hauteur du rond central, Peyrard et Djabou hésitent, se gênent, ce qui profite à Camara. Véloce, puissant, l'avant-centre file au but et fixe Mogès avant d'ajuster Moreau, une nouvelle fois impuissant (1-5, 65e). Un cinquième but qui intervient alors même que les hommes de Stéphane Saurat sortaient la tête de l'eau. Ce coup de massue plombe un peu l'intérêt d'une fin de match qui aurait pu s'avérer palpitante.

Tandis que les Alésiens jettent leurs dernières forces dans la bataille sans trop y croire, les Bourguignons gèrent assez sereinement. Un dernier arrêt de Moreau (90e), et il ne se passera plus grand chose jusqu'au coup de sifflet final de M. Bertolotti, irréprochable. Une gifle (1-5), la deuxième en quatre journées pour l'OAC qui devra batailler toute la saison pour espérer sauver sa peau dans ce championnat très relevé.

Corentin Migoule

4e journée de National 2. Stade Louis-Pautex (Uzès). Arbitre : M. Bertolotti. OAC 1-5 Auxerre II. (mi-temps : 0-4). But pour Alès : Mahamat (58e). Buts pour Auxerre : Silvestre (22e), Krizoua (28e), Camara (30e, 65e), Chapelle (45+2). Avertissements à Alès : Peyrard (37e), Franco (85e). Avertissement à Auxerre : Silvestre (24e).

OAC : Moreau – Houelche, Mogès, Fofana, Djabou (cap.) – Dabo, Jérémy Balmy (Peyrard, 36e), Assoumin (Abelinti, 58e) - Ben Nasr (Franco, 36e), Mahamat, Abdoualye Diaby (Dengerma, 72e). Entraîneur : Stéphane Saurat.

Auxerre : Laiton - Albenas, Lipinski (Krizoua, 15e), Buhanga, Mayela (Dembele, 84e) - Bouekou, Ngatta, Camara (Adekalom, 84e)- O. Camara, Silvestre (Metsoko, 75e), Chapelle. Entraîneur : David Carre.

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio