Politique
Publié il y a 9 mois - Mise à jour le 08.02.2022 - marie-meunier - 4 min  - vu 455 fois

GARD RHODANIEN Vote du budget : près de 26 millions d'euros investis en 2022

Le conseil d'agglomération du Gard rhodanien s'est tenu ce lundi 7 février après-midi dans la salle des fêtes de Pont-Saint-Esprit. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À l'initiative de Jean-Yves Chapelet, la quasi-totalité des élus a quitté la salle en soutien à Jean-Christian Rey. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ambiance électrique dans le Gard rhodanien. Le conseil d’agglomération a commencé depuis une vingtaine de minutes et déjà presque la totalité des élus quitte la salle. Une interruption momentanée pour soutenir le président, Jean-Christian Rey, qui a eu le sentiment d'être pris pour cible « personnellement » par l’élue d’opposition spiripontaine, Catherine Chantry. 

Emploi maladroit ou mauvaise interprétation de l'expression "en bon père de famille" ? Catherine Chantry assure que son propos ne visait que la gestion de la collectivité. Jean-Christian Rey, lui, y voit une atteinte à sa vie privée. Jean-Yves Chapelet qualifie les mots de Catherine Chantry "indignes d'un élu" et invite l'assemblée à sortir "pour marquer (son) mécontentement". Une poignée est restée dans la salle, notamment Catherine Chantry, Didier Bonneaud, Alain Pommier ou encore Thierry Vincent.

Cet interlude passé, place au gros morceau du conseil de ce lundi : le vote des budgets primitifs 2022. Au menu, un budget principal et dix budgets annexes qui représentent au total plus de 110 millions d’euros. Et chaque année, ce sont 26 millions d’euros que l’Agglo injecte en investissements. « C’est un budget ambitieux, mais prudent. On décline le projet de territoire et on amorce une accélération vers la décarbonation », indique le président. 

Construction de multi-accueils, pôles d'échanges multimodaux, études pour le mémorial harkis...

Sur le fonctionnement, ce dernier assure que « les finances sont saines et les ressources humaines efficaces ». Les frais de personnel devraient augmenter de 3,8% entre les montées en compétences, les revalorisations du SMIC et l’augmentation des agents de catégorie C. Les ordures ménagères monopolisent une grande partie des charges à caractère général avec une dépense de 11,6 millions d’euros en 2022. L’Agglo veut maintenir sa politique de services sachant que « 3 000 familles utilisent l’ensemble des services : écoles de musique, centres aérés et multi-accueils. »

Didier Bonneaud et Catherine Chantry ont posé plusieurs questions après la présentation des différents budgets primitifs par Guy Aubanel. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L'intercommunalité présente un autofinancement de 2,3 millions d’euros et un endettement de 3,2 millions d'euros. Deux montants dans les clous aux yeux du président. Côté investissements, 7 925 459 € seront dépensés cette année dans le budget principal. Parmi les projets, il y aura la construction du multi-accueil de Tavel (600 000 €) et de celui des « Petits pas » dans l’ancienne école Montessori (1,3 million d’euros), la rénovation de l’ALSH (Accueil de loisirs sans hébergement) de Saint-Géniès-de-Comolas (205 000 €), des études liées au projet de territoire, notamment 50 000 € pour le mémorial Harkis ou 70 000 € pour le musée. Dans les budgets annexes, on peut aussi noter des dépenses de 3,5 millions d’euros pour les pôles d’échanges multimodaux de Bagnols et Pont-Saint-Esprit, 435 000 € pour la création d’une aire de grand passage à Pont-Saint-Esprit, 400 000 € pour le pluvial…

L'élaboration du budget a dû se faire avec des éléments imprévus, comme les 600 000 € de baisse de la CVEA (cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises) par rapport aux prévisions initiales. En conséquence, la CFE (cotisation foncière des entreprises) devrait augmenter de 6 % et sera votée au prochain conseil (tout en maintenant un taux plus bas que ceux des intercommunalités voisines, ndlr). La TEOM devrait prendre 0,25 points également.

70 000 € d'études pour le projet du nouveau musée : "La culture c'est quelque chose d'important"

Cette dense présentation a appelé quelques réactions. Catherine Chantry estime que le budget "n'est pas conforme" car le rapport d'orientations budgétaires voté fin 2021 est "incomplet" selon elle. Aucun commentaire de la part du président. Didier Bonneaud, également élu d'opposition spiripontain, lui, se demande ce qu'il en est des projets d'hôtel d'Agglo et de piscine (10 000 € de budget). "On continue de travailler, peut-être sur l'acquisition éventuelle du bâtiment où l'on se trouve aujourd'hui. Ce sera présenté sur un budget annexe si on arrive au bout des négociations pour montrer que les économies que l'on fait vont équilibrer l'emprunt", répond Jean-Christian Rey. Il ajoute : "Pour la piscine, on en est encore au groupe de travail. Le but, c'est d'aller voir des structures, de voir où, combien, quel type de fonctionnement..."

Didier Bonneaud interroge aussi la hausse de la taxe Gemapi. Le vice-président Benoit Trichot explique : "On entre en phase opérationnelle : il va y avoir la digue de Pont-Saint-Esprit à 2,4 millions d'euros qui devrait démarrer entre 2023 et 2024 ou encore la future digue de Saint-Étienne-des-Sorts. On veut anticiper ses futurs coûts. On a lissé une moyenne de 12,90 € pour les six années à venir. L'idée, c'est de ne plus augmenter cette taxe pendant le mandat." 

Philippe Pecout, de l'opposition laudunoise, pointe les 70 000 € mis pour les études sur le projet de musée à Bagnols. Il se montrera attentif sur le dossier qu'il voit comme "un moteur essentiel et attractif aux communes" et souligne que le projet "doit être bien entendu raisonnable au regard de budget de la collectivité et de ses partenaires, il n’en reste pas moins qu’il doit demeurer une priorité pour ce mandat." Jean-Christian Rey acquiesce et rappelle que l'Agglo supportera l'investissement du musée, pas le fonctionnement : "La culture c'est quelque chose d'important. Il y a à la fois la volonté de mettre en sécurité le fonds et mettre en avant les oeuvres. Le comité technique a décidé en lien avec la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) de retravailler les différentes pistes et de recalibrer différemment le projet." Le budget primitif principal a été voté avec une opposition de Catherine Chantry et quatre abstentions de Pascale Bordes, Alain Pommier, Corine Martin et Alexandre Pissas.

Marie Meunier

Et aussi... Au début de la séance, un chèque de 7 250 € a été remis à Laurent Gautier, le président de l'association Knet partage. Une belle somme récoltée grâce à la collecte de canettes qui rapporte des financements. "On a pu aider des milliers d'enfants dans toute la France et au-delà des océans. (...) Merci pour votre confiance et votre générosité", a commenté Laurent Gautier.

L'Agglomération a remis un chèque à l'association K Net Partage. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais