Publié il y a 1 an - Mise à jour le 12.06.2022 - marie-meunier - 4 min  - vu 942 fois

LÉGISLATIVES 3e circonscription : Pascale Bordes (RN) arrive en tête devant le député sortant de la majorité présidentielle, Anthony Cellier

Pascale Bordes candidate RN sur la 3e circonscription, découvrant les premiers résultats du premier tour des Législatives. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pendant le dépouillement au bureau n°1 de Bagnols-sur-Cèze, à la mairie. (Marie Meunier / Objectif Gard)

On était loin de l'effervescence des grands soirs d'élection ce dimanche à Bagnols-sur-Cèze. À l'image d'un premier tour des Législatives marqué par une forte abstention de plus de 58%. Pour autant, c'est à la mairie, place Mallet, qu'ont été centralisés tous les résultats de la 3e circonscription.

Pascale Bordes, candidate Rassemblement national (RN), arrive en tête sur la circonscription avec environ 13 300 voix (30,08%), suivi par Anthony Cellier, député sortant de la majorité présidentielle, qui cumule plus de 12 000 voix (26,77%). En troisième, on retrouve la candidate Nupes, Sabine Oromi, avec 9 250 voix environ (20,66%). Insuffisant pour décrocher son ticket pour le second tour. À Bagnols-sur-Cèze, les résultats suivent la même tendance : 34,25% pour Pascale Bordes, 27,49% pour Anthony Cellier, qui a 400 voix de retard sur la première candidate, et 22,16% pour Sabine Oromi.

Anthony Cellier, député sortant de la majorité présidentielle, est arrivé second à ce premier tour des Législatives sur la 3e circonscription. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Comme en 2017, on se retrouve avec un duel Rassemblement national - La République en Marche sur la 3e circonscription. À l'inverse que ce n'est plus le candidat de la majorité présidentielle qui est sorti en tête dans les urnes. Le député sortant affirme "accueillir ces résultats avec beaucoup d'humilité, à l'identique que ceux de la Présidentielle (où le RN était arrivé en tête dans les urnes à Bagnols déjà, ndlr)." Le parlementaire se projette déjà sur le deuxième tour : "Il va falloir continuer à travailler et convaincre pour s'assurer que cette circonscription reste avec un député de la majorité et continue d'en tirer tous les bénéfices. Pendant cinq ans, on a obtenu des résultats, j'ai fait mes preuves dans divers domaines qui améliorent le quotidien des citoyens."

"Je préfère quelqu'un d'efficace plutôt que quelqu'un [...] qui ne me servira à rien"

D'ailleurs, Anthony Cellier peut compter sur le soutien de 30 maires de la circonscription. Parmi eux, Jean-Yves Chapelet, premier magistrat bagnolais, pour qui le dilemme n'en n'est pas un : "D'un côté, j'ai un homme qui bosse, de l'autre, j'ai une élue du Rassemblement national qui a loupé neuf conseils municipaux sur treize. Je préfère quelqu'un d'efficace plutôt que quelqu'un qui restera comme elle est conseillère municipale, absente et muette, et qui ne me servira à rien." Voilà qui a le mérite d'être franc et clair. Aux yeux d'Anthony Cellier, voter pour lui, c'est le choix "de l'utile" et "éviter que la circonscription se retrouve gelée et sclérosée pendant cinq ans".

Pascale Bordes, candidate RN, est arrivée en tête sur la 3e circonscription du Gard avec 30,08% des voix. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Un peu plus de 1 300 voix le séparent de Pascale Bordes. Est-ce que les habitants se déplaceront davantage aux urnes dimanche prochain ? Est-ce que les électeurs de la Nupes reporteront leurs voix sur le candidat de la majorité présidentielle, jusqu'à battre le Rassemblement national au second tour ? Ce qui est sûr, c'est que la candidate bagnolaise du parti de Marine Le Pen va tout faire pour conserver son avance. "Dès demain, je serai sur le terrain. Malgré mon activité professionnelle prenante, on a mené une véritable campagne de terrain. On a tracté, boîté et on va continuer", affirme Pascale Bordes.

"Je m'attendais à de bons résultats, mais là, ils sont vraiment très bons"

Toutefois, cette dernière a eu une "grande surprise" à la découverte des scores : "Je m'attendais à de bons résultats, mais là, ils sont vraiment très bons. C'est le prolongement local de la dynamique de la Présidentielle." Quant au travail mené par le député sortant, elle se montre critique : "Si nous connaissons de graves difficultés notamment dans le domaine de l'énergie, c'est en partie à cause de l'inaction du Gouvernement. Il ne suffit pas d'avoir des titres ronflants pour être efficace. Il faut aller sur le terrain et mener une politique énergétique. Ce n'est pas à mon sens ce qui a été fait et c'est peut-être ce qui explique pourquoi M. Cellier n'est pas en tête sur cette circonscription où il est sortant."

Du côté de Nupes, la déception est palpable. Mais en même temps, l'union menée par la candidate communiste, Sabine Oromi, a permis à la Gauche de faire l'honorable score de 22,16% à Bagnols-sur-Cèze. "Je ressens de la fierté devant le travail accompli. On a quand même travaillé entre plusieurs partis pas habitués à être ensemble. Le peuple de Gauche a eu la possibilité de donner son avis. Même au niveau national, il y a une belle dynamique. Je ne sais pas s'il y a un mois, on espérait cela", réagit Sabine Oromi, quelques minutes après l'annonce des résultats.

En bas de la mairie, les différents candidats et soutiens discutent des résultats. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Elle est très inquiète de l'abstention, de "ces personnes qui ne se sentent pas comme faisant partie de la République, mais aussi du score du Rassemblement national très élevé. Je ne suis propriétaire d'aucune voix, mais moi, Sabine Oromi, j'appelle à ce qu'il n'y ait aucun député Rassemblement national sur ce département et sur cette circonscription." Bien que la candidate invite son électorat à se tourner vers Anthony Cellier au second tour, elle veut "qu'il rende des comptes aux personnes de Gauche qui voteront pour lui et souhaite le rencontrer dans la semaine".

Marie Meunier

Marie Meunier

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio