A la une
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 01.07.2019 - boris-de-la-cruz - 1 min  - vu 18681 fois

NÎMES Assassinat de Saint-Césaire : un homme se rend à la police ce lundi matin

Sur les lieux du crime, le soir de l'assassinat au quartier Saint-Cézaire à Nîmes. Photo B.DLC

INFO Objectif Gard. Un homme a été abattu, mercredi soir vers 22h à hauteur du bar du Griffe, quartier de Saint-Césaire à Nîmes.

Depuis mercredi soir, le tireur était en fuite et introuvable. Il était activement recherché par les services de police. Selon nos renseignements l'auteur présumé de l'assassinat a été placé en garde à vue. Il s'est rendu au services d'enquête ce lundi matin. "Un individu s'est constitué prisonnier", confirme une source judiciaire.

Mercredi, quelques minutes avant le drame, une altercation a éclaté entre la future victime et son agresseur, deux hommes qui se connaissaient. La victime, Hafid Kebdani, était un chef d'entreprise à la tête d'une structure de travaux public et il était en train de reprendre une discothèque à Port Camargue. Le tireur faisait parfois des travaux pour lui. Selon l'avocate de la victime, le drame est survenu sur un fond de dette de 500 euros de l'un envers l'autre concernant des travaux effectués. Une version qui reste à vérifier par les services d'enquête.

Après les tirs, l'homme très grièvement atteint a été pris en charge par les pompiers. Il a été transporté vers le CHU de Nîmes, avant de décéder un peu plus tard dans la soirée. Une procédure est en cours, la justice a ouvert une enquête pour "assassinat". Le tireur a lui quitté les lieux pour s'enfuir, avant de se constituer prisonnier ce lundi matin. Dans la matinée de lundi nous avons appris qu'une deuxième personne était placée en garde à vue dans ce dossier.

Boris De la Cruz

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais