Publié il y a 16 jours - Mise à jour le 03.04.2024 - Yannick Pons - 2 min  - vu 649 fois

CAMARGUE Pierre Mauméjean claque la porte du conseil communautaire

Conseil CCTC

Conseil CCTC

- Photo Yannick Pons

Le conseil communautaire de la Communauté de communes de Terre de Camargue (CCTC) du 28 mars, a vécu une fin quelque peu houleuse. Les élus d'Aigues-Mortes ont quitté la séance au moment de la 26e délibération.

De sa douce voix envoutante, caractéristique, le président Robert Crauste valide les délibérations les unes après les autres d’un rythme soutenu, sans aucune anicroche. Rétrocession de la parcelle AP 418 à la commune d’Aigues-Mortes, crédit de paiement (AE/CP), fixation des taux du TEOM, du taux des taxes des ménages, même la taxe Gemapi est adoptée sans encombre. On se dit que comme d’habitude, on va passer une soirée tranquille. Que Robert Crauste éconduira les quelques remarques empreintes d’indignations maîtrisées, de son opposant à la mairie, Charly Crespe.

Suspension de séance

C’est lors de la délibération 18 que les choses dérapent. Claude Bernard, vice-président délégué aux finances, initie la présentation du budget primitif et rapidement Pierre Mauméjean, le maire d’Aigues-Mortes et vice-président de la CCTC, prend la parole, légèrement agacé. En cause, 7 000 euros de subventions annuelles par commune, qui ont disparu du budget, ainsi que onze mille euros prévus pour les travaux de restauration de l’orgue de l’Église de Notre Dame des Sablons.

Le maire d’Aigues-Mortes, qui a clairement bossé son dossier, ne se contente pas d’une réponse hésitante de Claude Bernard et exige une réponse immédiate. Afin d’appaiser les débats, Robert Crauste annonce une suspension de séance. Une demi-heure plus tard, Claude Bernard revient dans la salle, accompagné de son comptable et présente sa nouvelle copie.

Budget adopté

Le budget primitif est adopté à la majorité, mais on sent bien que Pierre Mauméjean n’a pas dit son dernier mot. Dès la délibération 25, le maire d’Aigues-Mortes revient à la charge en demandant des explications sur le mécanisme de la taxe de la collecte des déchets ménagers qui sera appliquée aux professionnels dès le mois de janvier 2025.

« C’est 150 000 euros qui sont en jeu pour la communauté et on n'a aucun litrage ni assiette. Certaines entreprises pourraient voir leur taxe augmentée de 500% mais on ne sait rien, alors que l’on demande des précisions depuis plus d’un an », lance le maire d’Aigues-Mortes, qui avait déjà posé ces questions juste avant le début du conseil.

Séance ajournée

Les élus de Saint-Laurent-d'Aigouze se préparaient aussi à s’abstenir sur ces deux délibérations relativement floues. Agacé, le vice-président rapporteur Olivier Penin lance une deuxième réflexion à l’endroit de l’édile en fustigeant l’ambiance du conseil communautaire du soir. « Puisqu’on ne peut pas poser des questions, on rentre chez nous », lance Pierre Mauméjean avant de se lever et d’inviter les élus de son groupe de le suivre.

Les opposants Charly Crespe et Corinne Pimiento, leur emboitent le pas. Le quorum n’était plus atteint et la séance devait être ajournée. Rien de grave puisque le budget a été adopté, mais il met au jour un certain agacement du maire d’Aigues-Mortes qui fustige un manque de clarté sur certaines dispositions. Pierre Mauméjean s’agace notamment du manque d’informations donné par les administrateurs de la CCTC concernant les travaux de l’avenue Frédéric Mistral, mais aussi sur l’école Charles Gros.

L’élu demande les montants et les dates précises des travaux, qu’il devrait obtenir lors de la prochaine séance.

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio