Publié il y a 20 jours - Mise à jour le 24.06.2024 - Abdel Samari - 2 min  - vu 768 fois

ÉDITORIAL La lettre d'Emmanuel Macron : dernière cartouche avant le pire

Macron Police

Emmanuel Macron lance ses derniers espoirs dans un courrier aux Français

- Photo MaxPPP

Tout cela ressemble quand même à un message glissé dans une bouteille avant de la jeter à la mer.

Dimanche prochain, les Français et donc les Gardois sont appelés aux urnes. Une nouvelle fois après les Européennes. Cette fois, ce n'est pas pour venir garnir les instances européennes, mais l'Assemblée nationale. En deux tours, c'est notre avenir commun pour les prochains mois, à minima 12 avant une possible nouvelle dissolution, qui se joue. Mais cette campagne raccourcie dans le temps est-elle suffisante pour permettre à tous de mener la réflexion nécessaire avant ce choix crucial ? Difficile de le dire. D'autant plus que les unions de façade brouillent le message, à droite comme à gauche. Au centre, c'est pire. Les alliés du chef de l'État prennent tour à tour leur distance avec lui. Même le dernier Premier ministre nommé par le président de la République ne sait plus comment faire pour se distinguer de sept ans de pouvoir qui ont conduit à ce chaos politique. Ce matin, c'est par une lettre qu'Emmanuel Macron conjure les électeurs de lui renouveler leur confiance malgré les griefs exprimés. Dans ce courrier, est-ce que le locataire de l'Élysée fait un inventaire de ses erreurs ? Un mea-culpa face à la situation ? Convient-il que l'aspiration sociale des citoyens a été mise de côté pour une seule politique tournée vers l'offre ? Légèrement. Concernant la décision d'une dissolution, le président considère qu'elle a été prise en responsabilité, avec beaucoup de gravité et après une réflexion de plusieurs semaines. Mais surtout, sans aucune considération, y compris personnelle. L'occasion ainsi de répondre aux critiques sur un ego mal placé chez lui depuis trop longtemps. Pour le chef de l'État désormais, cette décision est la seule qui puisse permettre à notre pays d’avancer et de se réunir. Ah bon ? Mais avec qui ? Renvoyant dos à dos l’extrême-droite, autour du Rassemblement national et de La France insoumise et ses alliés, la seule solution, la meilleure, toujours selon lui, se trouve au sein du bloc central d’Ensemble pour la République ! Ou à défaut, avec toutes les bonnes volontés de l'arc républicain qui voudront travailler à ses côtés. Tout cela ressemble quand même à un message glissé dans une bouteille avant de la jeter à la mer. À ce stade, les différents sondages montrent que les Français veulent changer radicalement de braquet. Et une lettre, même avec des mots choisis, ne devrait pas permettre d'aller dans le vent contraire de l'histoire bien triste qui attend notre pays après le 7 juillet...

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio