Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 14.12.2014 - abdel-samari - 2 min  - vu 231 fois

HOMMAGE La Nîmoise Odile Assmann s’est éteinte ce samedi

Odile Assmann. Photo DR

La Nîmoise Odile Assmann s’est éteinte ce samedi à l’âge de 97 ans.

Figure emblématique du monde caritatif nîmois, Odile Assmann avait créé notamment La Table ouverte pour les plus démunis et personnes sans ressources.

C'est par un courrier à destination du Sénateur-Maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier que Catherine Bernié-Boissard, Conseillère municipale Nîmes rend hommage à cette combattante sans relâche : "La biographie de notre concitoyenne Odile ASSMANN qui vient de nous quitter, porte le juste titre « LE DON DE DONNER ». Afin de marquer le souvenir de la personnalité et de l’action de cette inlassable militante de la solidarité et de la générosité, le Conseil municipal et vous-même s’honoreraient en donnant le nom d’Odile ASSMANN au Centre communal d’action sociale. Je ne doute pas que vous accorderez toute l’attention nécessaire à une proposition qui rencontrera à coup sûr l’approbation de nos concitoyens."

Autre personnalité de gauche à rendre hommage à Odile Assmann, Françoise Dumas : "« Combattre et accueillir », telle était la devise d’Odile ASSMANN qui vient de nous quitter. Combattre la fatalité, la misère et l’exclusion qui frappent les accidentés de la vie ; combattre certaines pesanteurs des pouvoirs publics pour que l’urgence humaine et sociale soit entendue. Mais aussi accueillir les personnes de tout âge, de toutes conditions et de toute origines ; accueillir ceux qui sont aidés comme ceux qui aident pour que chacun trouve sa juste place. Odile ASSMANN qui avait été assistante sociale, avait le don de tisser des liens entre les femmes et les hommes de bonne volonté et d’interpeller les institutions. Dans son ouvrage intitulé si justement « Le don de donner », elle citait cette parole de Victor HUGO prononcée le 9 juillet 1849, à la chambre des députés, au sujet de la lutte contre la misère et la pauvreté : « Tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli ».  Pour sa part, elle aura rempli ce devoir d’humanité jusqu’au bout de son existence engagée, entourée de ses proches, de ses compagnons de la Table Ouverte auxquels j’adresse mes plus sincères condoléances. Dans cette mobilisation au service des plus démunis qui, jour après jor, doit être continuée l’exemple et le souvenir d’Odile ASSMANN seront un rappel permanent à ce devoir de fraternité, sans lequel la République n’est plus elle-même."

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais