Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 21.01.2015 - thierry-allard - 3 min  - vu 260 fois

MARCOULE Le site nucléaire vers une belle 60ème année

De haut en bas et de gauche à droite : Philippe Guiberteau, directeur du CEA Marcoule, Olivier Arnaud, directeur d'Areva Marcoule, Jean-Marc Ligney, directeur d'Areva Melox, Patrick Faure, directeur de Socodei et Patrick Vincenot, directeur de l'usine Synergy Health Marcoule (Photos et montage : Thierry Allard / Objectif Gard)

La cérémonie de vœux des directeurs des différentes entités qui composent le site nucléaire de Marcoule se tenait hier soir.

Une cérémonie dans un lieu à hauts enjeux de sécurité qui aurait pu ne pas avoir lieu après les récents attentats, comme l’a confié Philippe Guiberteau, directeur du site CEA Marcoule : « dans ce contexte se posait la question du maintien de ce rendez-vous. Nous avons choisi de le maintenir, c’est aussi un moyen de montrer que nous ne cédons pas à la menace. »

« La page que nous proposons d’écrire est celle de la valorisation des savoir-faire dans la chimie séparative, le démantèlement et la valorisation »

La cérémonie maintenue, les différents directeurs ont dressé le bilan de 2014 et les perspectives de 2015 devant un parterre d'élus et d'officiels. Une année particulière, puisqu’elle marquera les 60 ans du site, qui seront célébrés en octobre.

En attendant, pour Philippe Guiberteau, l’année qui vient de finir a été marquée « par la mise au point d’un test de dépistage rapide d’Ebola » par les chercheurs de la Direction des Sciences du Vivant, qui a bien failli fermer quelques mois plus tôt. « Le rôle de la recherche et sa visibilité sont plus que jamais reconnus », s’est félicité le directeur.

Concernant 2015, Philippe Guiberteau a indiqué que « la direction de l’énergie nucléaire du CEA reste mobilisée sur le projet ASTRID, qui est en phase d’études jusqu’en 2019 », et que beaucoup aimeraient voir réalisé à Marcoule. Autre grand thème du site, le démantèlement « devenu un élément fort de l’identité de Marcoule » et qui représente, toujours selon le directeur, « 800 millions d’euros de commandes. »

Et Philippe Guiberteau de se projeter : « la page que nous proposons d’écrire est celle de la valorisation des savoir-faire dans la chimie séparative, le démantèlement et la valorisation, avec PVSI et IEH (…) au cœur d’une stratégie de développement durable. »

« Une année de progression »

2014 a également été une belle année pour l’usine Areva Melox, qui fabrique du combustible MOX pour les centrales nucléaires, d’après son directeur Jean-Marc Ligney : « c’est une année de progression, avec une amélioration des résultats en termes de sécurité », mais aussi « une hausse de la production, avec 134 tonnes produites, soit 10 de plus qu’en 2013. »

Alors pour 2015, Jean-Marc Ligney souhaite « la poursuite des progrès et le respect des engagements. » Melox devra aussi faire face « à la fin de nos fabrications pour nos clients allemands », mais est prête à « contribuer au redémarrage des installation japonaises dès lors qu’ils en feront le signe. »

La sécurité est aussi au cœur des satisfactions du directeur d’Areva Marcoule Olivier Arnaud, avec « aucun accident » en 2014, tant dans les équipes d’Areva que dans celles de ses sous traitants, un niveau qu’il faudra « maintenir en 2015. »

Le démantèlement a aussi été au cœur de l’année, avec « la création d’une entité opérationnelle démantèlement et services » et un des sujets de l’année à venir : « il faudra profiter de notre expérience à Marcoule et la Hague pour répondre au marché international. »

La fonderie de Socodei devrait rouvrir en 2015

Pour Socodei, 2015 devrait être l’année du redémarrage de la fonderie, fermée depuis l’accident industriel mortel du 12 septembre 2011. « Nous sommes tout proches du but », a ainsi affirmé son directeur Patrick Faure. Une réouverture qui signerait « le retour à l’équilibre financier » au cours d’une année qui sera également marquée par « la modification de l’incinérateur pour augmenter sa capacité de traitement. » Des travaux lourds, pour 3,5 millions d’euros, qui seront effectués jusqu’au 19 mars.

Enfin, pour l’entreprise Synergy Health, qui opère dans les domaines du médical et de la pharmaceutique, 2015 sera l’année de « l’augmentation de l’exploitation industrielle, avec plus 50 % de la capacité actuelle de traitement, et le démarrage — enfin ! — de l’irradiateur expérimental », a annoncé son directeur Patrick Vincenot. Pour accompagner ce mouvement, l’entreprise a prévu de recruter 3 personnes, faisant passer son effectif de 9 à 12 salariés.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais