Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 05.03.2024 - Marie Meunier - 2 min  - vu 357 fois

UZÈS Les rues rebaptisées avec des noms de femmes à l'approche du 8 mars

Dix stagiaires de la MJC ont participé à cette action symbolique.

- photo DR

Rue Simone-Veil, rue Léna Situations, rue Frida Kahlo... Les jeunes stagiaires de la Maison des jeunes et de la culture (MJC) d'Uzès ont rebaptisé certaines rues du centre-ville avec des noms de femmes. Elles ont réalisé cette action symbolique lundi soir, quelques jours avant la Journée internationale des droits de la femme. 

Comment rendre hommage aux femmes et les rendre plus visibles dans l’espace urbain ? C'est la question que se sont posée Marie Schenck, plasticienne et médiatrice culturelle à la MJC, et ses dix stagiaires âgées de 14 à 16 ans. Le groupe a eu l'idée de rebaptiser symboliquement certaines rues d’Uzès avec des noms féminins, ce lundi 4 mars.

10 stagiaires ont voulu donner de la visibilité aux femmes dans l'espace public.  • photo DR

Ce projet est porté et initié par Radio Fuze, dans le cadre d’un programme d'Éducation aux médias et à l’information, financé par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Les jeunes stagiaires ont choisi les noms de femmes célèbres ou anonymes qui les inspirent pour orner les rues du centre-ville d'Uzès. Dans leur choix, on a : Frida Khalo, la frondeuse mexicaine ; Emma Watson, l’actrice engagée ; Sonita Alizadeh, la rappeuse afghane ; Simone Veil, la militante de l’IVG ; l’avocate militante Gisèle Halimi ; Lena Situations, la youtubeuse au naturel ; Rosa Parks, la combattante anti-ségrégation ; Nina Simone, la légende du jazz ; Coco Chanel, la styliste de la femme moderne ; Millie Bobby Brown, l’entrepreneuse en or ; Raph, fière d'être non-binaire.

Seules deux rues uzétiennes portent le nom d'une femme

Les stagiaires de la MJC ont réalisé leurs plaques de rue personnalisées grâce à la technique du pochoir. En plus du nom de ces femmes, figurent dessus leur portrait en noir et blanc. Le groupe a accroché ce lundi 4 mars ces nouvelles plaques, qui sont éphémères mais traduisent une volonté de défendre l'égalité hommes/femmes. Elles ont choisi cette date du 4 mars car c'est quelques jours avant la date du 8 mars qui est la Journée internationale des droits des femmes.

"À Uzès, seules deux rues portent le nom d’une femme : la rue Dhuoda et la rue Jeanne-Palanque. En avril 2024, il devrait aussi avoir une place Marquise de Crussol", indique Marie Fringand de Radio Fuze. Elle conclut : "C’est ainsi une façon, ludique et sympathique, d’interpeller les habitants et habitantes sur le manque de représentation des femmes dans l'espace public. En France, en 2014, seules 2 % des rues étaient féminisées, en 2023, on en compte un peu plus de… 6 %."

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio