Faits Divers
Publié il y a 18 jours - Mise à jour le 18.11.2022 - Boris De la Cruz - 1 min  - vu 9523 fois

GARD Décès d'un nouveau-né : l'adolescente ne sera pas jugée pour la mort de son enfant

Une enquête de la Gendarmerie après le décès d'un nouveau né
(Photo d'illustration : Objectif Gard)

Elle a fait un déni grossesse. Aucun de ses proches ne savait que l'adolescente portait un enfant.

Elle a accouché seule, au domicile de ses parents en mai 2020. Une adolescente qui a coupé elle-même le cordon ombilical, avant de jeter par la fenêtre le nouveau-né. Un drame survenu dans un petit village du Gard.

Immédiatement une enquête criminelle a été ouverte et confiée au juge Olivier Sabin, du pôle judiciaire de Nîmes. La jeune femme était mise en examen pour « avoir volontairement donné la mort à son enfant ».

Un meurtre par ascendant sur un mineur de moins de 15 ans. Durant les investigations, il aurait été établi par des expertises médico-légale que le nourrisson était déjà mort lorsque l'adolescente, âgée de 16 ans, a accouché.

Pour autant le parquet de Nîmes a demandé il y a quelques mois dans ses réquisitions que la jeune mise en cause soit jugée pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Une version qui n’a pas été retenue par le juge Sabin qui a décidé de prononcer un non-lieu dans cette affaire.

Le parquet de Nîmes n’a pas fait appel de cette décision dans le délai imparti, une décision qui est donc devenue définitive. La jeune femme ne sera donc jamais jugée...

Maître Christelle Lextrait, conseil de l'adolescente, a été sollicitée par notre rédaction mais n'a pas souhaité s'exprimer. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais