Publié il y a 1 an - Mise à jour le 06.01.2023 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 1135 fois

TRIBUNAL Le fils condamné pour des violences sur sa maman de 90 ans

Un homme condamné pour des violences sur sa maman de 90 ans

Un homme, âgé de 55 ans, a été condamné cette semaine pour "violence sur un ascendant". Il est sanctionné pour avoir mis plusieurs claques au visage de sa maman, une dame de 90 ans. Il écope de 8 mois de prison dont 4 mois avec sursis probatoire pendant deux ans. Il lui est interdit de fréquenter les débits de boisson et il doit soigner ses problèmes d'alcoolémie.

À l'invitation de la présidente du tribunal correctionnel de Nîmes, elle prend place sur la banc des parties civiles. Cette dame marche péniblement aidée d'une canne. Rapidement cette victime prétend "avoir fait du mal à son fils". Car c'est elle qui a déposé plainte et avec son état de santé défaillant elle a besoin de lui pour faire les courses et l'aider au quotidien. 

"Mais attendez madame, ce n'est pas vous qui êtes prévenue", souligne gentiment à l'adresse de la victime, la présidente du tribunal Marie-Lucie Godard. La juge indique à la nonagénaire que malgré son courrier et son désir de retirer sa plainte, le tribunal est saisi des faits et que l'audience va se poursuivre. "Oui mai j'ai un grand regret à tout ça. Je ne voulais pas faire ça à mon fils", répète Louisette*. 

Lui ne se souvient de rien, ennivré au-delà de la conscience ce soir-là. C'est sa maman qui a alerté un voisin ce 12 juillet 2022 à Saint-Gilles... La nonagénaire, frêle a expliqué que son fils l'avait giflée et avait menacé de la tuer si elle avertissait les gendarmes. Un fils, âgé de 55 ans, qui avait été condamné en 2016 pour avoir pris un couteau en menaçant sa mère. 

"Celà fait deux fois que celà se produit, ce n'est pas très rassurant", reprend la présidente Godard. " J'en ai honte et le plus dur est de ne pas m'en rappeler. Vous savez je m'occupe d'elle. Depuis les faits j'étais sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer chez ma mère. Je faisais quand même ses courses et je déposais les sacs devant son portail. C'est ma compagne qui faisait ensuite la cuisine", ajoute le prévenu.

Ce soir d'été 2022 les gifles sont parties car sa maman lui demandait de baisser le son de la musique. "Et elle m'a traîté de bâtard", déclare sans vraiment convaindre cet homme victime d'un accident de la circulation très grave en 2002 qui l'empêche depuis de travailler. 

"Il est intolérable qu'un homme de sa carrure puisse frapper sa mère âgée de 90 ans, une dame qui ne tient plus sur ses jambes", dénonce le procureur-adjoint Kocher. C'est une affaire d'une lâcheté incroyable, de frapper une vieille dame sa propre mère. Je vous le dis comme je pense monsieur c'est une honte, poursuit le réprésentant du ministère public. "D'autant que vous avez déjà été condamné auparavant pour des violences aggravées sur votre maman", complète le procureur Kocher. 

"Bien sûr il y a des faits, mais cette dame demande elle-même que son fils revienne à la maison. Elle a besoin de lui... S'il n'est pas là elle ne peut rien faire d'autant qu'elle refuse l'aide d'un tiers pour s'occuper d'elle et de sa maison" plaide maître Nicole Dorier Sammut. 

Le fils condamné est reparti au bras de sa maman après l'audience. 

* Pour protéger l'anonymat de la victime, nous avons décidé de modifier son prénom. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio