Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 23.04.2024 - M.M. - 2 min  - vu 551 fois

PONT-SAINT-ESPRIT Le parti de Gauche 30 appelle à "ne laisser aucune marge de manœuvre à l'extrême-droite"

pont-saint-esprit illustration

La ville de Pont-Saint-Esprit.

- photo d'illustration Marie Meunier

Le Parti de Gauche 30 appelle à ne pas laisser s'installer l'extrême-droite à la mairie de Pont-Saint-Esprit lors de cette élection municipale anticipée. Dans un communiqué, le parti insiste : "La faillite de la vieille Gauche ne doit pas faire le lit de l’extrême-droite populiste et autoritaire en ce printemps 2024."

Ce dimanche 28 avril, se jouera le premier tour de l'élection municipale partielle intégrale de Pont-Saint-Esprit. Trois candidats visent l'écharpe tricolore : Claire Lapeyronie, la maire sortante, Emmanuel Le Pargneux encarté au Rassemblement national, et Gérome Bouvier, épaulé par une liste qui se revendique "de la société civile, soutenue par aucun parti." 

Face à cette configuration, le Parti de Gauche 30 "lance un appel pressant à ne laisser aucune marge de manœuvre à l'extrême-droite". Pour eux, cette frange de l'échiquier politique se montre "opportuniste, (et) profite des échecs précédents pour s'implanter et perpétuer son agenda destructeur.

Le Parti de Gauche 30 se montre aussi critique envers la politique de Claire Lapeyronie qui selon le parti "ouvre la voie à une potentielle victoire de l'extrême-droite". Et de préciser dans le communiqué : "La politique de la maire actuelle a entraîné démissions sur démissions dans son conseil municipal (...). “Socialistes”, dans la mouvance de Carole Delga à la Région, première vice-présidente d’une Agglo du Gard rhodanien macroniste, notamment, elle a perdu le soutien du PS et du PCF local créant un certain chaos politique dans sa ville."

Le Parti de Gauche 30 appelle donc à ne pas voter pour la liste étiquetée Rassemblement national mais ne mentionne pas de nom précis vers qui tourner son vote... Même si la teneur du communiqué dessine une petite idée... Il est ajouté dans le texte : "Il est de notre responsabilité de garantir, là comme ailleurs, un avenir où les valeurs de solidarité, de justice sociale et de respect de l'environnement prévalent." En conclusion, le Parti de Gauche 30 répète : "Nous le disons avec force : la faillite de la vieille Gauche ne doit pas faire le lit de l’extrême-droite populiste et autoritaire en ce printemps 2024. Viendra ensuite le temps de la reconstruction d’une alternative progressiste."

M.M.

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio