EconomieEconomie.

DOSSIER COMPLET : CRÉATION D’UNE SOCIÉTÉ D’ACCÉLÉRATION DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

8252590-flacons-de-chimie-bleu.jpg

Afin de valoriser efficacement les résultats de la recherche en Languedoc-Roussillon, la Région a décidé d'accompagner et de soutenir la création d'une Société d'Accélération de Transfert de Technologie (SATT).

Elle permettra de regrouper dans une seule structure régionale les découvertes et les brevets issus des laboratoires et de mieux les vendre aux entreprises. Ce dispositif est attendu par tous les acteurs économiques et académiques locaux.

Ce projet de création s'inscrit dans le cadre des « Investissements d'Avenir », projets impulsés par l'Etat dans l'objectif d'améliorer la compétitivité de la France.

L'appel à projets « Sociétés d'Accélération de Transfert de Technologie (SATT) » doit aboutir à la création de dix SATT sur le territoire national.

La Région a décidé de saisir l'opportunité ainsi offerte au Languedoc-Roussillon de créer une structure privée qui rendra plus efficace et plus rapide la vente, par les établissements d'enseignement supérieur et de recherche, de leurs brevets et de leurs outils technologiques aux entreprises.

La Région soutient la création de cette société, dénommée AxLR, qui sera composée de 12 actionnaires :

- les 5 universités de Montpellier (UM1, UM2, UM3), Perpignan (UPVD) et Nîmes (Unîmes),

- les 2 grandes écoles Montpellier SupAgro et l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier,

- 4 organismes de recherche, le CNRS, l'INSERM, le CEMAGREF et l'IRD, ainsi que la Caisse des Dépôts et Consignations pour le compte de l'Etat.

Le périmètre d'activité de la SATT couvre une centaine d'unités de recherche représentant 4 750 chercheurs, enseignants chercheurs et personnels de recherche (ingénieurs, doctorants, post-doc).

L'Université Montpellier II déposera le dossier pour le compte de l'ensemble des actionnaires. Il sera présenté à Paris le 14 mars prochain.

Si le projet est retenu, il devrait recevoir une dotation de 65 M€ par l'Etat.

Selon le calendrier imposé par l'Etat, la Société AxLR devrait alors se mettre en place entre fin 2011 et début 2012.

Les objectifs :

- sensibiliser les chercheurs au monde économique et détecter les inventions dans les laboratoires,

- intégrer l'incubateur régional de créations d'entreprises LRI,

- créer un Fonds pour financer le dépôt des brevets et autres droits par les actionnaires,

- développer le transfert des brevets et des savoir-faire vers le monde économique.

www.objectifgard.com vous propose un dossier complet concernant ce projet d'envergure :


Le fonctionnement de la société ...

La SATT Languedoc-Roussillon va intégrer l'ensemble de la chaîne de valorisation, depuis la sensibilisation et la détection dans les laboratoires, jusqu'à l'incubation de start-up.

Elle gèrera également :

- la propriété intellectuelle de ses membres en région pour les nouveaux brevets et les autres droits qui seront déposés après sa création (les actionnaires restant propriétaires),

- les contrats de partenariat concernant les plateformes technologiques et grands équipements installés dans les laboratoires afin de faciliter leur accès aux entreprises.

L'incubateur régional LRI (3ème en France) intégrera la SATT comme l'un de ses départements.

Une équipe expérimentée au service des entreprises

La SATT sera composée de 23 personnes à sa création et sera organisée en trois départements :

- le département administratif, finances, juridique, ressources humaines et système d'informations : Il sera chargé de la comptabilité générale et analytique, de la trésorerie, du reporting comptable et financier, du système d'information, de la gestion des ressources humaines, de la propriété industrielle et des contrats.

- le département marketing et licensing, chargé de démarcher les entreprises potentiellement intéressées par le portefeuille de brevets, les compétences, expertises et équipements des unités de recherche des actionnaires.

- le département maturation et incubation, chargé de sensibiliser à la « valorisation » des brevets et outils, détecter les innovations et les projets dans les laboratoires, d'en assurer la maturation (avec le soutien du fonds de maturation) avant cession à des entrepreneurs et/ou incubation de projet de création de start-up.

Un important travail partenarial

La SATT travaillera en étroite collaboration avec les acteurs locaux du soutien à l'innovation, telle que l'association de transfert de technologie dédiée aux entreprises, mise en place par l'Etat et la Région en 2005, Transferts LR.

Elle s'appuiera également sur les structures d'accompagnement à la création d'entreprises comme le Business Innovation Centre (BIC) de Montpellier Agglomération, classé 1ère pépinière mondiale en 2007 par l'association internationale des pépinières, et le réseau Synersud qui fédère 18 pépinières en région.

Pour les organismes de recherche non actionnaires (CIRAD, BRGM, INRIA, Ifremer, INRA), des partenariats spécifiques seront signés dont un bon nombre sont déjà en négociation, afin de bénéficier mutuellement des avantages organisationnels ou des contacts des uns et des autres.

La SATT ne limitera pas ses actions au périmètre régional, puisque de nombreuses entreprises du territoire national ou même étrangères collaborent déjà avec des laboratoires situés en région.

La SATT sera ainsi présente sur les grands salons dans les domaines d'application qu'elle a ciblés, pour présenter l'offre de compétences et de technologies régionales dont elle assure la promotion. Elle agira également au niveau des réseaux et des organisations professionnelles liées aux secteurs de pointe. Elle entretiendra des contacts étroits avec les structures nationales telles que les Centres de valorisation thématique et les organismes nationaux (EPIC).


Une activité orientée vers des secteurs d'avenir

Les domaines scientifiques du Languedoc-Roussillon, sur lesquels travaillera la SATT, sont regroupés en 6 pôles scientifiques identifiés depuis 2008 au sein de la communauté scientifique montpelliéraine : Agro-environnement, Chimie, Biologie et santé, MIPS (math, informatique, physique, systèmes), Eau (pôle de recherche transversal), Science Humaine et Sociale.

Ces pôles sont porteurs au titre des initiatives d'excellence et des investissements d'avenir des projets suivants : 18 equipex, 9 labex, 5 infrastructures biotech, 2 IEED (Institut Européen du Développement Durable), 2 plate-formes mutualisées d'innovation, 1 IHU (Instituts Hospitalo-Universitaire), 1 Idex.

Par ailleurs, ces pôles sont souvent associés ou proches des 6 pôles de compétitivité répartis sur leur territoire :

- Eau (à vocation mondiale),

- Derbi (énergies renouvelables),

- Eurobiomed (bio-santé),

- Qualimed (alimentation),

- Trimatec (biocarburants, fluides supercritiques et chimie séparative) ;

- Risques (risques naturels : inondations, et industriels).


Le Languedoc-Roussillon, un territoire propice à une SATT

Première région française, d'une part pour son taux de dépenses de recherche publique (DIRDA) sur le PIB, et d'autre part pour sa croissance démographique, le Languedoc-Roussillon est une région qui doit baser son développement sur sa matière grise.

Pour cela, la politique menée pour valoriser la recherche doit s'appuyer sur les nombreux acteurs locaux : les 5 200 chercheurs et enseignants chercheurs et les 10 000 personnels scientifiques et administratifs répartis dans 5 universités et 10 organismes de recherche.

Il est nécessaire que cette recherche scientifique et académique puisse mieux servir le développement économique régional et national. La multiplicité des structures et la diversité des règles de valorisation de la recherche par les acteurs en région rendent complexes le montage des partenariats entre laboratoires et entreprises et la signature des contrats.

Par ailleurs, l'écosystème de l'innovation dans cette région est extrêmement dynamique. En tête des régions pour la création d'entreprise, lauréat national ou international pour ses pépinières d'entreprises et incubateurs, le Languedoc-Roussillon possède également des scores élogieux au concours national de création d'entreprises innovantes. Le lien entre recherche publique et croissance économique est donc ici plus important qu'ailleurs, puisque si la recherche peut mieux irriguer le tissu économique local, la croissance des entreprises, surtout les PME, pourra en bénéficier plus qu'ailleurs.

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité