Actualité générale.Actualités

LE GARD PARÉ POUR L’HIVER

5 à 10 cm de neige, voire plus dans certaines vallées, une neige collante et lourde… C’est ce qu’a connu le Gard en mars 2010, comme 12 autres départements du Sud-Est de la France : le signe que nous ne sommes pas à l’abri de conditions climatiques difficiles, avec des routes bloquées pour la saison à venir.
Ce matin, à l’hôtel du département, le Conseil général a voulu présenter à la presse son nouveau plan d’intervention sur le réseau routier en période hivernale. C’est d’ailleurs son premier plan de viabilité hivernale, hors conditions exceptionnelles, qui réclamerait la mise en place d’un comité spécialement commandé par le préfet, dans le cas d’un enneigement de 15 jours consécutifs par exemple.
Avec la décentralisation, en 2007, plus de 420 personnes ont été transférés au sein du Conseil général, avec, en janvier 2011, une intégration d’agents de l’ex-DDE à l’unité Parc au Conseil général.

Il devenait de ce fait obligatoire pour la collectivité de réfléchir à un nouveau mode opératoire plus efficace pour assumer ses nouvelles compétences, une occasion habile pour Jean Denat, Vice-président du Conseil général, de rappeler son attachement au service public, lors de la présentation de ce plan hivernal.

Le plan de viabilité hivernal correspond à un dispositif matériel, et organisationnel en situation dite « normale » et couvrant la période du 15 novembre au 15 mars prochain. Un important dispositif matériel est mis en œuvre (2,5 millions d’euros rien que pour la viabilité hivernale) : 15 véhicules porteur, 28 saleuses et 23 lames et étraves, sans oublier par ailleurs, une réserve de 2000 tonnes de sel, qui devraient être fournis par les Salins d’Aigues-Mortes.
Le plan de viabilité hivernale repose sur le volontariat des agents départementaux, comme le représentant de l’exécutif du département nous l’a expliqué ce jeudi, dans le cadre de la mise en place d’une « astreinte », pour un dispositif permanent et général. Ils sont au nombre de 500 à être intégrés au dispositif, dont une partie de cadres, de chargés d’exploitation, de l’entretien et de la modernisation du réseau des routes départementales.
L’aménagement de ce plan se veut homogène, avec cinq unités territoriales, 35 centres d'exploitation, un centre de gestion en alerte 24h/24h et de son unité Parc (personnel et engins).

Quatre types de voies de circulation sont classés selon 4 niveaux de priorité répartis sur les 4.500 km de routes départementales : niveau 1 pour les axes principaux, niveau 2 pour les voies de liaison, niveau 3 pour les voies d’accès, et niveau 4 pour les voies de desserte locale. Quatre niveaux de condition de circulation, de « impossible » à « normale » sont également prévus.
En termes d’intervention et de logistique, elles se feront selon trois zones géographiques : la zone « montagneuse des Cévennes », la zone « vallée et garrigues », et la zone « plaine/littoral ».
Une équipe de professionnels interviendra (en cas de phénomènes hivernaux courants) :
- sur les grands axes (niveau 1), avec un retour à des conditions normales de circulation dans un délai maximum de 4h, entre 6h et 21h ;
- sur les voies de liaison (niveau 2), avec un retour à des conditions normales de circulation dans un délai de 5h à 8h, entre 6h et 21h ;
- sur les autres voies (niveaux 3 et 4), avec des interventions réalisées entre 5h et 20h avec une priorité donnée aux hameaux d’au moins 30 habitants.

De gauche à droite, Thierry Blaclard, directeur adjoint déplacement, infrasctructures et foncier, Jean Denat, Fabien Pottier directeur de l'exploitation, entretien, gestion du réseau

Les Gardois informés en temps réel dès le 1er décembre 2011

Lors de la présentation du nouveau plan de viabilité hivernale, il a été proposé de faire un retour sur l’épisode climatique particulier qui s’est déroulé du 1er au 6 novembre dernier, et qui a développé plus d’intensité et de longueur que les « épisodes cévenoles » précédents. Le standard Inforoute Gard a d’ailleurs été très sollicité sur cette période. Le site du Conseil général, de son côté, a bénéficié d’une fréquentation 8 à 10 fois plus forte que d’accoutumé, avec 24.356 connexions en une semaine.

L’avenir proche promet une petite révolution avec la mise en place d’un nouveau système d’information en temps réel. A compter du 1er décembre prochain, un relevé de l’état des axes départementaux sera transmis toutes les 4 heures au PC exploitation de la DGADIF (basé à Nîmes), suivant les relevés des 5 unités territoriales. Ces données seront ensuite diffusées via le système d’information « INFOROUTE », accessible 24h/24h (au 0 810 811 855), ou sur une cartographie interactive, consultable sur www.inforoute.gard.fr. Vous pourrez via le site connaître en temps réel les évènements ponctuels (travaux, accidents, déviations…) selon  des caractéristiques prédéfinies (11 cols, 72 ponts submersibles…). D’autres développements sont à venir à courts termes : un accès à des webcams présentant les conditions de circulation (sur le pont de l’Europe depuis le giratoire des Angles notamment), des abonnements SMS ou mails, ainsi que des applications pour « smartphone ».

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité